Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2012 1 Shadowmaker
2013 1 Resilient
 

- Style : Judas Priest
 

 Site Officiel (184)

RUNNING WILD - Resilient (2013)
Par RED ONE le 12 Octobre 2013          Consultée 993 fois

Le retour aux affaires de Rolf Kasparek avec un nouvel album de RUNNING WILD en 2012, le plus que moyen Shadowmaker, n'avait pas spécialement convaincu les fans. Production en carton, titres peu inspirés (malgré quelques bonnes idées), une pochette résolument... déroutante, et une volonté assez flagrante de s'affranchir des thématiques pirates qui firent jadis le succès de la formation allemande. Ajoutons à cela que RUNNING WILD n'avait désormais plus de "groupe" que le nom, puisqu'il était désormais évident que l'ancien fleuron de la scène speed/power teutonique n'était plus qu'un projet solo de Rolf Kasparek, bien qu'aidé par son fidèle guitariste Peter Jordan lors des sessions d'enregistrement.

Malgré tout, Rock'n'Rolf semble avoir eu conscience qu'il ne fallait pas abuser de la sympathie des fans. C'est donc ainsi que fin 2012, Rolf Kasparek et Peter Jordan donnent naissance à un side-project, GIANT X, au sein duquel les deux musiciens sont crédités à part égale dans l'écriture. Le premier album de GIANT X, sobrement baptisé "I", est sorti début 2013 et continue sous un autre nom les expérimentations de l'album Shadowmaker. GIANT X sert de toute évidence de soupape de sécurité pour Rolf Kasparek, qui peut y laisser libre cours à ses pulsions de hard rock mainstream et de chansons FM expérimentales. Ce choix artistique raisonnable annonçait bien sûr un futur album de RUNNING WILD plus fidèle à l'esprit pirate des origines que ne l'était Shadowmaker. La pochette de Resilient, bien que pas très originale ni très inspirée, nous rassurera immédiatement sur ce point, puisqu'on constate enfin le grand retour d'Adrian, la mascotte officielle du combo allemand.

Que les choses soient cependant claires : Resilient semble avoir été conçu pour plaire aux fans hardcore déçus par les côtés "expérimentaux" de Shadowmaker. On s'en rend compte immédiatement à l'écoute de la piste d'ouverture, "Soldiers Of Fortune", titre qui aurait pu figurer sur les albums les plus speed du groupe tels que Black Hand Inn (1995) ou encore Masquerade (1996), et qui témoigne d'une évidente volonté de retour aux sources. C'est également le cas sur "Fireheart" ou bien encore la très réussie "The Drift", qui nous renvoie à la glorieuse époque de l'album Death Or Glory (1989). Idem également sur la piste de fin, "Bloody Island", pur titre de pirate metal dans la grande tradition des anciens joyaux du Captain Rolf. Une chanson de presque 10 minutes, dans l'esprit d'un "Treasure Island" (titre final de l'album Pile Of Skulls).

Certains défauts propres à Shadowmaker n'ont cependant pas disparu : ainsi la production, bien que massive, ne cache en rien l'aspect artificiel de la musique qui nous est proposée ici, et bien évidemment, la batterie est toujours simulée par une boîte à rythmes. Néanmoins, elle semble bien mieux produite que par le passé, et c'est presque à croire que Kasparek et Jordan ont fait des efforts pour que l'on ne s'en rende plus trop compte à la longue lorsqu'on écoute leurs albums.
Quelques titres, tels que "Crystal Gold", "Desert Rose" ou encore "Run Riot", témoignent également toujours des influences éminemment hard rock et presque hard FM de Rolf, qui étaient certes bien présentes dans la musique de RUNNING WILD depuis Victory (2000) et The Brotherhood (2002), mais qui avaient atteint leur paroxysme sur Shadowmaker. Heureusement, ces titres sont plutôt cools : ainsi le riff de "Crystal Gold", simpliste mais diaboliquement efficace, envoie quand même du lourd, et la chanson se révèle même assez réussie. De plus, Rolf n'a pas fait l'erreur de nous réitérer ici l'expérience calamiteuse que constituait "Me & The Boys" sur l'album précédent. Sur Resilient, la quasi totalité des titres sont donc speed, véloces et ne font aucun quartier.

On notera toutefois des titres franchement anecdotiques, voire quelque peu ennuyeux, tels que "Down To The Wire", plutôt lourdingue, ou encore la piste éponyme "Resilient", qui bien qu'assez sympa, ne se classe définitivement pas parmi les chansons les plus réussies de l'opus.
Malgré cela, on ne peut que se réjouir de l'orientation de cet album, qui semble définitivement plus uniforme et plus homogène que ne l'était Shadowmaker. Bien que le retour à des sonorités "old school" puisse être légitimement taxé d'opportunisme après les critiques essuyées par l'album précédent, on ne peut que saluer l'inspiration retrouvée de Rolf Kasparek, qui sort quand même son deuxième album studio en moins d'un an (en comptant le premier album de GIANT X).

Resilient est donc un album plutôt sympathique, qui plaira évidemment aux fans inconditionnels du groupe allemand mais qui peut également ravir un amateur de heavy metal lambda, car son contenu est efficace et sans prise de tête. Les titres accrocheurs sont présents en assez grand nombre et nous prouvent que Rolf Kasparek est enfin de retour aux affaires, même s'il n'a définitivement plus rien à prouver. Espérons que cette forme créatrice retrouvée ne soit pas qu'une passade.

Titres vraiment sympas : "Soldiers Of Fortune", "The Drift", "Desert Rose", "Crystal Gold", "Bloody Island"

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


JUDAS PRIEST
Epitaph (2013)
La fin du Priest ? Heureusement non !




JUDAS PRIEST
Killing Machine (1978)
Judas assassine la concurrence

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Rolf Kasparek (tout ?)
- Peter Jordan (probablement le reste)


1. Soldiers Of Fortune
2. Resilient
3. Adventure Highway
4. The Drift
5. Desert Rose
6. Fireheart
7. Run Riot
8. Down To The Wire
9. Crystal Gold
10. Bloody Island



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod