Recherche avancée       Liste groupes



      
ALTERNATIVE POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Mgmt
 

 Site Officiel (216)

EMPIRE OF THE SUN - Walking On A Dream (2008)
Par MOONDREAMER le 9 Octobre 2013          Consultée 802 fois

Leur album était une des révélations de la scène indie en 2009 et impossible d’échapper à leurs singles matraqués sur toutes les radios : EMPIRE OF THE SUN a fait une entrée bruyante sur la scène musicale pour leur premier album. Le groupe est composé de deux artistes australiens, Nick LITTLEMORE et Luke STEELE, qui se sont rencontrés un peu par hasard et ont abandonné leurs projets solos (respectivement PNAU et THE SLEEPY JACKSON) pour travailler ensemble.

Le duo a su créer un univers musical basé sur une électro pop polymorphe bercée par les sonorités des FLAMING LIPS et l’efficacité pop de SUPERTRAMP. On ne peut échapper à la comparaison avec un autre duo dans la veine électro pop : MGMT, grand frère stylistique embarrassant, dont les sonorités et les visuels du premier album ne laissent à leurs petits frères qu’une désagréable sensation de déjà vu.

Pourtant, EMPIRE OF THE SUN met beaucoup plus l’accent sur son identité visuelle, partie intégrante de leur conception de l’art qui vise à unifier toutes les cultures qui vénèrent le soleil dans une esthétique incontestablement kitsch mais assumée. Le groupe se défend toutefois d’une référence au livre éponyme de J.G. Ballard ou à son adaptation par Spielberg.

Comme Oracular Spectacular, le premier album de MGMT, Walking On A Dream souffre d’un certain déséquilibre entre une excellente première moitié d’album et une seconde moitié un peu en deçà de la première. Les meilleurs morceaux de l’album se trouvent donc dans la première partie de l’album. « Standing On The Shore » est une chanson efficace qui nous introduit à la voix nasillarde de STEELE, à l’ambiance si particulière de l’album ainsi et surtout qu’aux excellents arrangements. « Walking On A Dream » a déjà bien fait ses preuves, avec sa couche de claviers éthérés, son refrain chanté en falsetto et sa délicate atmosphère rêveuse et détendue. « Half Mast » se place dans le prolongement parfait du morceau précédent, avec sa mélodie entraînante et accessible sans pour autant faire retomber la subtile sensation de rêve.

Le second single, « We Are The People », apparaît alors en fondu et marque incontestablement le temps le plus fort de l’album. Si vous ne deviez garder qu’un morceau d’EMPIRE OF THE SUN, ce serait lui : des guitares acoustiques aux synthés placés à la perfection, du refrain entraînant au pont simple mais puissant, de la voix enchanteresse de Luke aux paroles travaillées, le groupe touche à l’exceptionnel le temps d’un morceau.

Quel dommage donc qu’il soit suivi de « Delta Bay », une des chansons les moins réussies de l’album, avec ses couplets dérangeants, son refrain lourd et submergé sous des arrangements vulgaires... « Country » est un morceau instrumental qui parvient une fois encore à créer une atmosphère irréelle mélangeant sonorités acoustiques et synthétiques dans un crescendo réussi suivi d’un atterrissage en douceur.

La suite de l’album n’est pas foncièrement mauvaise mais n’atteint plus les sommets de la première moitié : « The World » a de bonnes idées mais souffre de son refrain peu convaincant, « Swordfish Hotkiss Night » fait figure d’ovni intéressant mais pas du tout à sa place dans l’album et « Without You » n’a plus la légèreté aérienne qui faisait la force des premiers morceaux. Sortons tout de même du lot « Tiger By My Side », servi par un très bon duo basse/guitare électrique et un travail de choeurs envoutant.

Pour son premier album, EMPIRE OF THE SUN dévoile donc une patte musicale diversifiée et fascinante, bien qu’inégale. Walking On A Dream frôle l’excellence mais souffre de quelques points faibles qui nuisent à sa cohérence. Ma note risque donc de ne pas faire justice à certaines des perles contenues sur cet album, n’hésitez pas malgré cela à laisser une chance à celui-ci, le voyage en vaut largement le coût !

Note réelle : 3.5/5

A lire aussi en POP par MOONDREAMER :


CATS ON TREES
Cats On Trees (2013)
Entêtant, frais et soigné !




MARINA AND THE DIAMONDS
Electra Heart (2012)
Un enrobage sucré masquant l’amertume du message


Marquez et partagez





 
   MOONDREAMER

 
  N/A



- Luke Steele (voix, guitare, claviers)
- Nick Littlemore (synthétiseur)


1. Standing On The Shore
2. Walking On A Dream
3. Half Mast
4. We Are The People
5. Delta Bay
6. Country
7. The World
8. Swordfish Hotkiss Night
9. Tiger By My Side
10. Without You



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod