Recherche avancée       Liste groupes



      
INDIE POP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (150)

VAMPIRE WEEKEND - Vampire Weekend (2008)
Par MOONDREAMER le 24 Novembre 2013          Consultée 1088 fois

Chers lecteurs, chers amis, permettez-moi de vous introduire au monde merveilleux de VAMPIRE WEEKEND ! Vampire quoi ? Mais si, ce groupe d’indie pop sorti de nulle part qui a connu un certain succès avec « A-Punk », porté par un buzz internet monstrueux avant même que leur premier album ne paraisse. Ça ne vous dit toujours rien ?

VAMPIRE WEEKEND, c’est le groupe d’indie pop qu’il est de bon goût de détester quand on crache sur tout ce qui est « hype », l’archétype même de la musique dite alternative plébiscitée par Les Inrocks et Pitchfork, un quatuor dont l’attraction captivante polarise toujours autant les avis.

Mais ce groupe, c’est d’abord la rencontre entre quatre étudiants de Columbia, prestigieuse université new yorkaise de l’Ivy League, réunis par hasard autour d’une même passion pour la musique issue de tous les horizons : Erza KOENIG au chant et à la guitare, Rostam BATMANGLIJ aux claviers, à l’orgue et au piano, Chris TOMSON aux percussions et à la batterie et Chris BAIO à la basse.

Aaaah, s’il est bien une chose que je puisse dire des albums de VAMPIRE WEEKEND, c’est qu’ils me mettent tous de bonne humeur et c’est particulièrement valable sur ce premier album. Il y a une forme de simplicité, d’innocence et de délicatesse qui se dégage de tous les titres donnant à cet album éponyme un côté ingénu (d’aucuns le qualifieraient d’inoffensif) mais avec un aspect sophistiqué que les premières écoutes ne laissent pas paraître.

Non vraiment, ce groupe est fascinant : on dirait des enfants élevés dans la musique classique et les orchestres de chambre qui auraient soudainement découvert la world music et les influences africaines à la Paul SIMON (période Graceland), y auraient ajouté la simplicité et l’évidence du punk rock en le dépouillant de toute violence, et auraient secoué bien fort toutes ces influences pour aboutir à quelque chose de paradoxalement aussi hybride que pur.

Bien sûr, tout ne se vaut pas (le refrain de « Campus », par exemple, est presque dissonant) mais l’ensemble est définitivement intéressant : passer des riffs simplistes mais percutants de « A-Punk » aux percussions afro de « Cape Cod Kwassa » et enchaîner avec les violons et les altos virevoltants de « M79 » (sans aucun doute, un des meilleurs morceaux de l’album), c’est audacieux et ça marche étonnamment bien. Notons d’ailleurs que les musiciens sont très complémentaires, mention spéciale pour BAIO et sa basse discrète mais efficace. Enfin, la vrai star du groupe est sans conteste KOENIG, dont la guitare, et surtout la voix servent de fil conducteur puissant à tout l’album.

Encore un mot sur les paroles des morceaux. Souvent alambiquées et quelque peu absconses, mélangeant les querelles grammaticales (« Oxford Comma ») à une géographie absurde (« Cape Cod Kwassa Kwassa » et « Walcott ») où "Louis Vuitton" rime avec "Reggaeton", elles constituent peut-être un des points faibles de cet album. Ce côté cryptique masque peut-être une vraie profondeur qui m’échappe mais je pencherais plutôt pour une absurdité assumée, une volonté de reléguer au second plan le côté lyrique pour se concentrer sur la musique à proprement parler.

Concluons donc : VAMPIRE WEEKEND n’est pas un groupe qui plaira à tout le monde. Prétentieux, inoffensif, "précieux" et ennuyeux pour ses détracteurs, le quatuor New Yorkais saura quand même convaincre une audience éclectique par sa fraicheur, sa candeur et son hybridité déjantée. Je vous laisse juge, mais mon avis est déjà pris depuis longtemps.

A lire aussi en POP par MOONDREAMER :


VAMPIRE WEEKEND
Modern Vampires Of The City (2013)
Une vraie leçon de maturité




LITTLE BOOTS
Hands (2009)
Vous avez toute légitimité à détester


Marquez et partagez





 
   MOONDREAMER

 
  N/A



- Ezra Koenig (chant, guitare, piano, percussions)
- Rostam Batmanglij (orgue, piano, clavecin, guitare, choeurs)
- Chris Baio (basse, choeurs)
- Christopher Tomson (batterie, guitare)
- Hamilton Berry (violoncelle)
- Jonathan Chu (violon, alto)
- Jessica Pavone (violon, alto)
- Jeff Curtin (percussions)
- Joey Roth (percussions)
- Wesley Miles (choeurs)


1. Mansard Roof
2. Oxford Comma
3. A-punk
4. Cape Cod Kwassa Kwassa
5. M79
6. Campus
7. Bryn
8. One (blake’s Got A New Face)
9. I Stand Corrected
10. Walcott
11. The Kids Don’t Stand A Chance



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod