Recherche avancée       Liste groupes



      
WORLD MUSIC  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


MIDNIGHT RAVERS - Le Triomphe Du Chaos (2013)
Par MARTIN le 18 Novembre 2013          Consultée 819 fois

Possible que les gars d'HIGH TONE soient diagnostiqués hyperactifs, dans le sens maladif du terme. Un double album en 2010, un autre en 2011 en compagnie de BRAIN DAMAGE, un troisième à vocation Sound System sous le nom de Dub Invaders l'an passé, plus quelques pistes lâchées sur le Dubstore de Jarring Effect par chacun des membres du groupe. Et, en toile de fond, des tournées de concert qui ne prennent fin que pour laisser place à la suivante. En voilà des gars passionnés, malgré l'ancienneté du groupe, ça fait plaisir à voir. Ou alors plus simplement, il faut payer les factures ? Qu'importe, de notre côté, on est bien content.

Dominiquer Peter, le batteur d'High Tone, trouve malgré tout le temps de partir au Mali, et là ou d'autres, méritants, en auraient profité pour se toucher la nouille bien au calme, comme dans toutes vacances qui se respectent, lui préfère embarquer à ses cotés l'illustrateur Emmanuel Prost pour créer ce qui deviendra MIDNIGHT RAVERS. D'un côté, des rencontres avec divers musiciens, qui feront ce que l'album est, de l'autre, des dessins (superbes) racontant ce voyage. Pour aller au bout de la démarche, une tournée d'expos est d'ailleurs au programme ! Ce qui permettra d'ailleurs de prolonger l’expérience un peu frustrante de l'album, bien trop court.

Car la musique y est bonne. Pas question de Dub et de Wobbles ici, tout au plus un subtil accompagnement de sonorités électroniques qui viennent caractériser un peu plus une musique Africaine sobre, subtilement planante, séduisante, et surtout très simple. Un voyage immédiat qui déborde de vie, notamment dans ses titres chantés, puisque l'album accueil de nombreux invités. Parfois, quelques skanks et lignes de basse discrètes nous rappellent les origines musicales de Dominique Peter, c'est notamment vrai sur le premier titre de l'album, mais la comparaison avec le Dub s'arrête là.

Le triomphe du chaos se veut plus immédiat et fédérateur. Un trip très apaisant qui n'a d'ailleurs pas grand-chose à voir avec le Chaos, quitte à décevoir les amateurs de black metal qui auraient acheté l'album pour son nom. Pas futés cela dit, la pochette est à l'image de la musique, avec ses couleurs pastels et chaleureuses. Tout doux. Pas niais pour autant. Parfois même dansant. Une fois même, vraiment touchant, avec ce Don't Let Me Down chanté par Fatim Kouyaté qui pourra arracher une larme aux plus sensibles d'entres vous, et même aux un peu plus endurcis. Une larme suivit d'un tremblement labial pour tenter d'exprimer votre émotion et lâcher un « fifre, c'est beau », avant d’enchaîner sur un petit Reign In Blood bien sentit pour vous rassurer quant à votre orientation sexuelle.

Parfois même c'est légèrement emmerdant, enfin disons plus contemplatif : 3 titres très ambiant, sans aucun chanteur, juste quelques instruments africains à corde et à vent qui varient autour de différents thèmes, discrètement accompagnés de sonorités électroniques qu'il faut d'ailleurs saluer pour leur sobriété et leur pertinence (allez, sauf sûr Ride On, c'est quoi ces gazouillis qui interviennent au milieu et vous font baisser le volume de peur d'être prit pour un type aux goûts étranges ? Allons, Dom!). 3 titres assez deep, méditatifs, qui vous accompagneront dans votre bien-être ou vous ennuierons un peu, selon le moment.

Tout ça est mixé avec beaucoup de naturel, et il ressort du Triomphe Du Chaos une impression d'artisanat et de passion bien appréciable. La batterie est volontairement en retrait, à l'exception du titre éponyme de l'album, étrangement trop en avant.

Bien dommage que l'écoute de l'album se conclue par quelque frustration, car, si l'on exclut la piste cachée qui intervient après de longues minutes de silence (visiblement, l'enregistrement du moment de la création de Don't Let Me Down), l'album dépasse péniblement la demi-heure. Pour une musique aussi ambiante, difficile de ne pas en ressortir avec un goût d'inachevé. Et cette piste cachée que l'on aura la politesse d'attendre 2 fois n'y change pas grand-chose.

Cela dit, MIDNIGHT RAVER reste une belle parenthèse qui vient se caler agréablement entre deux hausses d'împots et une vague de gel. Une bouffée d'air chaud qui ne se refuse pas.

A lire aussi en WORLD MUSIC :


Carlos NUñEZ
Os Amores Libres (1999)
Musiques ibères et celtes




SECRET CHIEFS 3
Book M (2001)
Pages d'orient


Marquez et partagez





 
   MARTIN

 
  N/A



- Dominique Peter
- Guests (pleins)


1. Mind Is Confused
2. Musical Stamped
3. Same Pollution
4. Don't Let Me Down
5. Smoky Place
6. Night Life Ravers
7. Ride On
8. Le Triomphe Du Chaos



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod