Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUES IBèRES ET CELTES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Nuit Celtique

Carlos NUñEZ - Os Amores Libres (1999)
Par MARCO STIVELL le 7 Décembre 2014          Consultée 666 fois

Os Amores Libres est une sorte de passerelle, un parfait compromis entre le premier album de Carlos NUÑEZ et son troisième. Il contient la moelle de A Irmandade das Estrelas/Brotherhood of Stars, conjuguée à un caractère presque artisanal grâce aux diverses expériences qui le rendent touffu par moments, et anticipe la simplicité pop de Mayo Longo. Toutefois, ce n'est dit que pour inclure le disque dans l'oeuvre du Galicien, car il a sa propre empreinte et figure avec le recul parmi ses meilleurs.

Pas moins de sept producteurs -dont NUÑEZ en personne- se succèdent au cours des douze chansons, ce qui vient renforcer la sensation de densité, sans pour autant souffrir de revers comme c'est parfois le cas avec ce genre d'oeuvres qui « passe de main en main ». Après tout, cela va de pair avec le nombre d'invités, toujours très important comme le veut cette musique de rencontres.

C'est en toute logique que des musiciens d'horizons différents apparaissent, tels Jackson Browne, Renaud Garcia-Fons, Haddad Abdelhamid, Martin Russell et la chanteuse israélienne Noa. Sans oublier bien sûr la pléïade de musiciens celtes et ibères (parmi lesquels les accompagnateurs fidèles à l'artiste), de Sharon Shannon à Teresa Salgueiro, de Dan Ar Braz à Pancho Alvarez, de Liam O'Flynn à Xurxo Nuñez. Pour le meilleur, encore une fois...

Certes, l'oeuvre est imposante sur le plan effectif, mais non remplie de manière forcée, et toujours mieux marquante qu'un album de l'Héritage des Celtes, auquel Carlos NUÑEZ a participé entretemps. Le gaitero (on peut même dire « gaïta-hero » !) a été fortement influencé par cette expérience, on s'en doute, mais évite pour autant de tomber dans certains pièges.

Il suffit d'écouter les deux chansons les plus irlandaises de l'opus, tel ce « Raggle Taggle Gipsy » certes pop mais décontracté, ainsi que « La Quinta Brigada », protest-song de Christy Moore et hommage aux Irlandais ayant servi dans la XVème Internationale durant la guerre d'Espagne en 1937. Celle-ci retrouve ses origines espagnoles et martiales (« Viva la Quince Brigada », puisque Moore avait adapté), à grand renfort de cuivres en roue libre.

L'Espagne de ces années-là est très présente sur ce disque, également grâce à la magnifique adaptation du poème de Federico Garcia Lorca : « Danza da Lúa en Santiago », où planent les voix andalouses, et où l'on se dit qu'il ne manque que Denez Prigent, tant la musique se fait délicieusement proche de son style gwerz moderne... Avec « La Quinta Brigada » et cette mention des pages sombres de l'histoire d'Espagne, on pourrait presque mettre en exergue le savoureux décalage avec le titre choisi : Os Amores Libres, les amours libres...

Le titre correspondant est en revanche plus léger, un air splendide qui fait fusionner la musique galicienne avec celle d'Irlande, façon Chieftains (Derek Bell est d'ailleurs bien présent). Carlos NUÑEZ, dont les solos de gaïta et de flûte virevoltent comme à l'accoutumée et dès le début de l'album, prend aussi le temps de rapprocher les musiques de sa péninsule en elles-mêmes, Galice et Andalousie par exemple, avec le flamenco. Cela donne sur « Alma Barca » des touches très fidèles à la tradition du folklore gitan dans sa couleur méditative, ou alors de manière plus pop et rythmée sur le titre précédent, « A Orillas Del Rio Sil ».

On ne peut pas tout citer, mais il y a de nombreux temps forts sur ce disque, des moments à danser, des jigs autant que des reels, des valses ou des polkas... L'ensemble converge vers l'énorme et puissant « O Castro da Moura », étalé sur près de quatorze minutes, faisant intervenir de multiples percussionnistes ainsi que l'empreinte d'Afro Celt Sound System (Martin Russell et Simon Emmerson à la production). Notons encore les interventions éblouissantes des chanteuses, comme toujours chez Carlos NUÑEZ : Noa sur le world « A Lavandeira da Noite », et Teresa Salgueiro en lieu et place de Luz Casal sur « Maria Soliña ».

A lire aussi en WORLD MUSIC par MARCO STIVELL :


GWENNYN
Kan An Tevenn (2011)
L'une des meilleures jeunes chanteuses bretonnes




Loreena MCKENNITT
Live In Paris And Toronto (1999)
Double live copieux et classieux


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Jigs & Bulls
2. Os Amores Libres
3. Muiñieras Da Sorte
4. Maria Soliña
5. A Orillas Del Rio Sil
6. Alma Barca
7. O Cabalo Azul
8. The Raggle Taggle Gipsy
9. Danza Da Lúa En Santiago
10. A Lavandeira Da Noite
11. Viva La Quinta Brigada
12. O Castro Da Moura



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod