Recherche avancée       Liste groupes



      
DARK WAVE/ETHERAL/ELECTRO  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


LYCIA - Quiet Moments (2013)
Par SUNTORY TIME le 7 Décembre 2013          Consultée 1056 fois

Nappes de claviers étirées, guitares bourrées d’échos et voix maladive marquent le style de la musique gothique version LYCIA. Âgée de 25 ans, la formation de Mike Van Portfleet a acquis une solide réputation dans les milieux de la musique sombre. Angoisse et déprime au rendez-vous ! Du moins selon les clichés liés à ce mouvement obscur et parfois dérangeant. Mais LYCIA ne joue pas sur la même partition que les provocateurs post-punk de la musique expérimentale et industrielle. Sa musique invite au voyage dans des terres froides, de paysages désolés enveloppés dans un brouillard épais.

Depuis son départ du label Projekt en 2003, LYCIA ne donnait plus grand signe de vie. Après un album solo en 2004, Van Portfleet réveille LYCIA en 2010 avec le mini album Fifth Sun, intégralement chanté par sa désormais femme, Tara Van Flower. Rythmé, énergique et lumineux, Fifth Sun amplifiait l’évolution « dark pop » du précédent album, Empty Space.
LYCIA est de retour, discrètement mais sûrement. La réédition en vinyle de l’un de leurs albums cultes, le lancinant Cold, permettait de prouver que le cercle fermé de fans est toujours bel et bien présent. Et surprise, Mike Van Portfleet annonce la sortie de Quiet Moments peu de temps après.

Evénement de taille dans ce petit monde underground. Et Quiet Moments ne renie pas la réputation passée de LYCIA. On retrouve des titres longs et lents, plein de noirceur glaciale, comme cette pochette illustrée d’une photo d’hiver, avec une silhouette difficile à identifier, donc inquiétante. Univers blanc de neige, comme les titres « Greenland » et « Antarctica » en référence aux deux continents de glace, gigantesques et linéaires, comme ces deux titres. « Quiet Moments » évolue dans ce même registre de lenteur, batterie lourde et guitare éthérée.
C’est plombant, un poil trop homogène. Ce n’est pas évident d’écouter un tel disque, risqué même. La déprime peut frapper à tout moment. Et le chant tremblant, maladif et possédé de Mike Van Portfleet ne va sûrement pas y remédier.

L’instrumental ambient « The Pier » vient comme une césure entre les titres atmosphériques de la première partie et ceux de la suivante. Et c’est là que l’originalité pointe. Les chansons sont plus courtes. « Spring Trees » annonce la fin de l’hiver avec le duo Van Portfleet / Van Flower sur le refrain. Mais « the Wind Sings » retourne aux ténèbres. Mais cette fois, ce sont des bruitages électro qui habillent la chanson de façon surprenante. Et les chansons suivantes possèdent ces mêmes rythmiques grésillantes qui placent les ambiances éthérées au second plan. On se retrouve avec une sorte de dark élécto bizarre et menaçante, digne de films d’horreur. Puis « The Soi lis Dead » retourne aux principes du gothique, avec le chant hypnotique de Tara Van Flower » pour conlure cette heure de musique glacée.

Quiet Moments rappelle le deuxième album du groupe, le pesant A Day in the Stark Corner, sorti il y a déjà 20 ans. Lancinant, long, poisseux comme cette pièce maîtresse, le nouvel album de LYCIA souffre d’un déséquilibre qui peut cependant s’expliquer. La première partie compile les compositions longues et « classiques » du style LYCIA, tandis que la deuxième apporte son lot de nouveauté dans les arrangements. Avec « The Pier » pour faire office de charnière entre les deux faces.

Un album long, fascinant, mais difficile à écouter d’une traite par son atmosphère éprouvante et sa longue durée (une bonne heure). Quiet Moments a le grand mérite de remettre LYCIA en ordre de marche. Paru en édition limitée, il ne contentera pour l’instant que les grands fans du groupe, et risque d’effrayer les néophytes. C’est le risque avec ce genre de musique. Si vous aimez les climats glacés, épais comme une marche dans 1 mètre de neige, alors ce disque peut vous convenir.

A bon entendeur…

A lire aussi en NEW-WAVE par SUNTORY TIME :


DEATH IN JUNE
Nada! (1985)
Le meilleur album de la première période de dij




INDOCHINE
7000 Danses (1987)
Le plus abouti de la première période ...


Marquez et partagez





 
   SUNTORY TIME

 
  N/A



- Mike Van Portfleet (tout + chant)
- Tara Van Flower (chant sur titres 7 et 11)


1. Quiet Moments
2. The Visitor
3. Antarctica
4. Greenland
5. Grand Rapids
6. The Pier
7. Spring Trees
8. The Wind Sings
9. Dead Leaves Fall
10. Dead Star, Cold Star
11. The Soil Is Dead



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod