Recherche avancée       Liste groupes



      
MATH ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Bandcamp - Tous Les Albums En Streaming ! (624)

PNEU - Pince Monseigneur (2008)
Par JOVIAL le 2 Mars 2014          Consultée 737 fois

Ah les étiquettes… ça vous joue parfois des tours. Non évidemment je ne vous parle pas de ces petites choses qui vous grattent entre les deux omoplates et vous apprennent que votre t-shirt préféré est « made in Bidula », mais bien de celles qui font que le groupe X appartient à la race du Rock machin et pas du Rock truc. Vous me suivez ? Un exemple concret tiens, c'est PNEU. À la vue de l'étiquette « math rock » dans le col de ces Tourangeaux, le littéraire que je suis n'a pas hésité une seconde à prendre la fuite, se remémorant dans la douleur les heures passées en cours d'aide à essayer de comprendre le théorème de Thalès et la tangente du cosinus de mon cul, règles auxquelles ma cervelle refuse encore et toujours l'accès. PNEU donc, non merci pas pour moi. Mais comme le disait avec justesse un auteur parallélien, s'appeler « pneu » c'est marrant, c'est « comme chaussette ou encore saucisson », on est forcément curieux de savoir ce qu'il y a derrière.

Et cette curiosité paye. Du math rock vous dites ? Si seulement on avait pu m'apprendre la mole de la courbe de mon chibre avec Pince Monseigneur, j'aurais fait des efforts pour m'ouvrir à ce monde merveilleux/odieux (rayez la mention de votre choix) que sont les mathématiques. Car PNEU, ça défonce. Défouraille. Charcute. Et re-défonce. Dehors l'étiquette, on s'en fout. Notre duo de Tours pratique un rock sans fioriture, qui travaille au corps sans répit. Rien, pas le temps de reprendre son souffle, Pince-Monseigneur est une « Plongée en A »(pnée?) de quelques vingt-cinq minutes qui défilent aussi vite qu'une mandale de votre paternel. Un batteur infatigable et un guitariste-artilleur, voilà ce qu'on y trouve. Et pourtant aucun morceau ne se ressemble dans ce magma d'une violence inouïe. Fabuleux. L'immense défouloir de « Matophore » n'a rien à voir avec la frénésie d'« À Coup de Couteau Denté » ou du hachoir de « Lys ». Mais tout va si vite et si brutalement qu'on a souvent même pas le temps de s'en rendre compte, « Tu t'blesses » nous retourne le cerveau que l'on ne retrouvera « Neuf » qu'à la fin de l'album. Ici la « Neige » ne se répand pas en gentils flocons mais en bourrasques bien lourdes, et le « Tailleur » de la huitième piste ne travaille pas le tissu mais directement notre cuir.

Pince Monseigneur est un disque libérateur. Toute une énergie qui nous explose à la figure, hypnotisante sans jamais être neutralisante, extrême sans jamais être excessive. PNEU ne cède pourtant nullement à la facilité, ce rock fait de saccades et de secousses recèle un travail de très haute volée. Les rythmes changent sans cesse, on se demande comment la guitare fait pour suivre la batterie (à moins que ce ne soit le contraire?) et pourtant ce premier effort uniquement instrumental ne réserve en aucun cas une écoute fastidieuse. On laisse sa tête à l'accueil, on la récupérera à la fin après que Jey et Jb aient fait le ménage dans notre boîte crânienne. Impressionnant. Du pur, du dur, du dingue. Nos deux compères se font plaisir, ne se la racontent pas (au contraire de beaucoup de formations du genre toujours dans la surenchère – du moins c'est mon avis) et vont à l'essentiel. Ça fait du bien. En cherchant vraiment la petite bête, on pourra dire que PNEU baisse parfois sa garde, sur la plus calmée « Entremet » notamment. La cohésion de l'album dans son entièreté n'en souffre néanmoins pas et la qualité n'en est pas non plus affectée, donc ce genre de remarque n'a franchement pas lieu d'être. Trouver un vrai défaut à ce disque, pour contester le fait que ce premier coup d'essai est en fait un coup de maître, n'est pas aisé. Pince Monseigneur étant disponible via le Bandcamp du groupe, je vous laisserai vous-même le soin de le trouver, si tant est qu'il en existe réellement un, et éventuellement m'en faire part. Je suis toute ouï, malgré mes oreilles suintant d'une overdose de « Matophore ».

Note : 4/5
À écouter absolument, rien que pour se faire une idée : « Plongée en A » et « Neige »

A lire aussi en POST-ROCK par JOVIAL :


BEAK>
>>> (2018)
>+>+>=>>>




ORCHARD
Serendipity (2017)
Prenez votre temps


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Jey (guitare)
- Jb (batterie)


1. Plongée En A
2. Matophore
3. A Coup De Couteau Denté
4. Avant Gauche
5. Tu T'blesses
6. Lys
7. Deux Brouettes
8. Tailleur
9. Entremet
10. Neige
11. Neuf



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod