Recherche avancée       Liste groupes



      
POP PROGRESSIVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


SOUND OF CONTACT - Dimensionaut (2013)
Par MARCO STIVELL le 21 Décembre 2014          Consultée 812 fois

SOUND OF CONTACT, un nom dans lequel on retrouve les initiales S.C., comme dans Simon COLLINS. Le fils aîné de Phil, désormais connu par une certaine part d'afficionados curieux, et comme ceux-ci le savent bien, suit les traces de son père depuis le début des années 2000, délivrant une poignée d'albums de pop moderne fort intéressants (on citera en particulier U-Catastrophe, publié en 2008). Simon se fait mieux connaître des fans de GENESIS grâce à sa reprise de la chanson « Keep It Dark » en 2007, ainsi que sa participation au Genesis Revisited II de Steve HACKETT. Sachant que ce dernier était invité sur le fameux U-Catastrophe, comme papa Phil (mais pas sur le même morceau), la boucle est bouclée !

Peut-être ces expériences auront-elles contribué largement à convaincre Simon de passer à la vitesse supérieure et de former un véritable groupe de rock progressif, tout en incorporant les éléments de ses albums précédents. Dans SOUND OF CONTACT, on rencontre logiquement ses collaborateurs habituels, Dave Kerzner, Kelly Nordstrom et Matt Dorsey, tous pêle-mêle au songwriting, aux guitares, basse et claviers, tandis que Simon, digne fils Collins s'occupe de la batterie et du chant.

SOUND OF CONTACT est signé chez Inside Out où il fait paraître son premier album Dimensionaut (mixé par Nick Davis, le producteur de GENESIS), et sera très vite programmé en concert aux côtés de MARILLION et SPOCK'S BEARD, emblèmes du genre dit neo-prog, preuve de son succès. La filiation avec ces groupes apparaît logiquement nette à l'écoute de l'album, même si le groupe se réclame plus de GENESIS, PINK FLOYD et de la pop des années 70. Comment d'ailleurs ne pas s'émouvoir durant l'introduction de « Closer to You », son piano à la Tony Banks et ses guitares plaintives que Steve Hackett ne saurait renier, rappelant le meilleur du GENESIS de la seconde moitié des années 70 ?

Ce même titre révèle toutefois que si SOUND OF CONTACT a bien digéré ses influences, c'est pour mieux les fondre dans un son qui lui est propre, et encore une fois rattaché aux travaux précédents de Simon Collins. La chanson est en effet pop, propose une mélodie sucrée sur un arrangement élaboré et qui fonctionne bigrement bien, comme à de nombreux autres endroits de l'album. On ne peut ainsi que s'émouvoir du duo avec Hannah Stobart (The WISHING TREE, le groupe de Steve Rothery parallèle à MARILLION) et sa voix enchanteresse, sur « Beyond Illumination ».

Toutefois, à raison d'une durée qui s'étale sur 1 heure 13 minutes, certains morceaux paraissent moins marquants, à l'image de « Remote View ». « Omega Point » est l'exemple type de chanson qui vaut surtout pour sa progression et son développement instrumental, tout comme « I Am (Dimensionaut) » où Dave Kerzner se fend d'un solo de piano magistral. Les premiers accords de guitare folk et les claviers du morceau « Sound of Contact » nous ramènent avec nostalgie au PINK FLOYD du début des années 70, sans parler de l'instrumental grandiose « Realm of In-Organic Beings », rehaussé par un choeur féminin comme on en trouve sur Dark Side of the Moon.

On sent que le groupe est soudé du fait de nombreuses années passées à jouer ensemble. Le second morceau, « Cosmic Distance Ladder », un nouvel instrumental aux sonorités modernes (sachant que quelques éléments electro sont incorporés) révèle des prouesses techniques dans la grande tradition progressive, et pour le meilleur. Globalement, le son est lourd sans être écrasant. Naturellement, l'autre point fort en la matière reste « Möbius Slip », long de presque vingt minutes, idéalement placé en fin d'album et ponctué d'envolées diverses. Les riffs de guitare sont magnifiquement complétés par les claviers, et le final émeut par un solo de Moog largement étiré.

Une formule surexploitée, mais que l'on prend toujours plaisir a découvrir, voire redécouvrir. Les mélodies pop quant à elles, se laissent écouter plus qu'agréablement et allègent l'ensemble, simple d'accès au final. Si SOUND OF CONTACT apparaît déjà comme une formation en mouvement (Kerzner a quitté le groupe, Nordstrom se concentre sur l'apport en studio), Dimensionaut restera comme un album solide et une réalisation de choix au sein d'un genre qui n'innove plus guère.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


CURVED AIR
Air Cut (1973)
Pop-rock progressif à son meilleur




René WERNEER
Ecoutez Tous, Pauvres Et Riches (1978)
Folk progressif, plus rock que malicorne


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Simon Collins (chant, batterie)
- Dave Kerzner (claviers, choeurs)
- Kelly Nordstrom (guitares, basse)
- Matt Dorsey (guitares, basse, choeurs)
- + Hannah Stobart (chant)
- Wells Cunningham (violoncelle)


1. Sound Of Contact
2. Cosmic Distance Ladder
3. Pale Blue Dot
4. I Am (dimensionaut)
5. Not Coming Down
6. Remote View
7. Beyond Illumination
8. Only Breathing Out
9. Realm Of In-organic Beings
10. Closer To You
11. Omega Point
12. Möbius Slip



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod