Recherche avancée       Liste groupes



      
NEOFOLK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2014 Woodfall

MUSK OX - Woodfall (2014)
Par MR. AMEFORGEE le 29 Décembre 2014          Consultée 1366 fois

Certains philosophes estiment que la beauté de la nature a moins de valeur que la beauté des œuvres d’art, dans la mesure où elle n’est pas le produit d’un esprit créatif. Que dire alors de la beauté des œuvres qui célèbrent la beauté de la nature ?

En l’occurrence, le thème de la forêt est, pour ainsi dire, avec la mer, le lieu commun par excellence. Mystère, dimensions symboliques, ambivalence, les conditions sont réunies pour que l’homme, fasciné, y revienne, encore et encore. Avec les écueils qui vont avec : sentimentalisme, grandiloquence, léthargie complaisante… Chose remarquable, si Musk Ox, à son tour, se fait le chantre (le barde ?) des beautés sylvestres, c’est en évitant la plupart des chausse-trapes. Woodfall, qui est son deuxième album, ne se veut ni une peinture buissonneuse, ni un manuel de survie en mode épique, ni une élégie pleurnicharde ; c’est, tout simplement, en cinq mouvements, un récit d’aventure.

Le trio canadien du « bœuf musqué » est mené par le guitariste Nathanaël Larochette, qu’on a pu entendre récemment sur l’album The Serpent & the Sphere d’Agalloch. Le groupe se réclame du genre néofolk, c’est-à-dire de ce genre de folk qui privilégie les atmosphères aux chansons, et cite, entre autres, Tenhi, Empyrium, October Falls, le deuxième album d’Ulver et les passages acoustiques d’Opeth comme influences. Pour autant, si le premier album, titré simplement Musk Ox, pouvait être pleinement considéré comme appartenant au néofolk, son successeur, plus inventif et ambitieux, dépasse le cadre et trace sa propre sente.

Musique de chambre néoclassique conviendrait mieux. Les pérégrinations de la guitare sèche, du violon et du violoncelle nous renvoient à des temps anciens (fictifs), à la fois rustiques et élégants. Music for Egon Schiele de Rachel’s et, possiblement, la très bonne bande originale, jouée par un quatuor à cordes, de Ben Houge pour le jeu vidéo steampunk Arcanum, font partie des inspirations du présent album. Schubert devenu bûcheron transcrivant un Tolkien intimiste. Ajoutons une légère touche de post-rock, quoique dépourvue de toute linéarité, et l’enchantement est prêt à l’évocation.

Les arpèges de guitare s’égrainent des doigts du ménestrel, tandis que les battements d’ailes du violon et du violoncelle convoquent à la fois les ombres de la nuit et le parfum d’humus de la terre. C’est dynamique et versatile, doucement lyrique mais jamais geignard, mélodique sans être facile. Courses à travers des futaies, haltes au milieu de clairières, on se désaltère à la source enchantée de quelque torrent, on contemple la sépulture herbue d’un ensorceleur oublié, on échappe à l’étreinte de fantômes voraces, en se guidant à la seule lueur des étoiles. Sous les ronces, les ravins se font piégeurs. Tandis que la lune ricane, on lui oppose des veillées riches de rires et d’hydromel. Quand la pluie nous rince, le sol se change en marécage. La forêt tour à tour est un labyrinthe désespérant, un béhémoth à l’haleine putride, un temple vibrant. Au-delà, peut-être, on finira par apercevoir la silhouette des dragons, ces géants sinueux, qui, d’un sommeil de pierre, sont devenus montagnes, avant qu’enfin, on s’en retourne à la civilisation, transformés.

Chacun se fera son propre récit. Mais gageons que l’expérience sera marquante. Le premier album était prometteur, mais Woodfall est d’une toute autre tenue. Pierre précieuse ? Tonal, il n’a pas la prétention de la musique savante à réinventer la roue, et c’est l’une de ses forces. En tant qu’œuvre néoquelquechose et hommage à la forêt, c’est une pleine réussite. Expressif, cohérent, équilibré et extrêmement varié : une pierre précieuse de soixante-cinq minutes, oui.

Qui tentera le voyage ?

A lire aussi en FOLK par MR. AMEFORGEE :


Matt ELLIOTT
Failing Songs (2006)
Une infusion raffinée de ciguë




Matt ELLIOTT
Drinking Songs (2005)
Plein d'un vin trembleur


Marquez et partagez







 
   MR. AMEFORGEE

 
  N/A



- Nathanaël Larochette (guitare classique)
- Raphael Weinroth-browne (violoncelle)
- Evan Runge (violon)


1. Part 1 - Earthrise
2. Part 2 - Windswept
3. Part 3 - Arcanum
4. Part 4 - Above The Clouds
5. Part 5 - Serenade The Constellations



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod