Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Oysterband
- Style + Membre : Seth Lakeman

John JONES - Never Stop Moving (2015)
Par GEGERS le 23 Novembre 2015          Consultée 592 fois

La randonnée est une activité silencieuse. Les marcheurs convaincus sont souvent des "taiseux", qui se nourrissent du bruit de leurs pas et de la nature. Rompre le silence d'une marche par des propos ineptes et convenus, c'est se couper du monde et des éléments. Pour John JONES, ce silence est d'or. C'est lui qui l'inspire et lui permet de créer, de s'enivrer de l'absence de bruit pour donner naissance à une musique qui lui rend hommage. Le chanteur d'OYSTERBAND marche depuis des années, peu importe les distances et la météo. Une activité récréative, qui a aussi des vertus régénératives. L'artiste en est convaincu, la randonnée l'a grandement aidé à vaincre cette tumeur maligne qui menaçait sa vie. Humblement, le bonhomme marche, inlassablement, non pas pour échapper à un sombre destin, mais pour revivre au contact de cette nature bienveillante et débonnaire de la campagne anglaise. En décidant, depuis quelques années, de rejoindre chaque lieu de concert à pied, le chanteur a constitué une matière, tant musicale que littéraire, qui lui permet de donner naissance aujourd'hui à un second opus solo à prendre comme une ode à la randonnée.

"Never Stop Moving", le propos est clair. Au son d'un folk très "british" dans la conception et dans l'esprit, John JONES, la voix claire et alerte, a compilé une dizaine de morceaux inspirés par ses déambulations salvatrices, parmi lesquels trois traditionnels qu'il interprète avec respect et sagesse. S'il se fait seul l'auteur et compositeur de la plupart des titres, le chanteur s'est de nouveau entouré de ses comparses habituels, parmi lesquels son camarade Alan Prosser, guitariste d'OYSTERBAND, la chanteuse Rowan Godel (qui intervient sur plusieurs albums du groupe), ou encore Seth Lakeman, avec qui John JONES a réarrangé le traditionnel "Jim Jones", titre énergique que l'on aurait bien vu interprété par les Canadiens de GREAT BIG SEA tant il est proche de l'univers du groupe.

Les amateurs de l'univers d'OYSTERBAND ne seront pas dépaysés. Ici aussi, la clé de voûte des compositions reste la guitare acoustique, omniprésente, qui peut se faire tour à tour enjouée, intimiste ou désabusée. Autour de l'instrument, bouzouki, violon et percussions viennent tisser une toile folk séduisante, sur laquelle la voix chaude et limpide du chanteur se pose avec légèreté. Le morceau-titre, "Never Stop Moving", est sans aucun doute le meilleur exemple de cette combinaison réussie de l'ensemble des éléments. Il y a ici une force instrumentale, doublée d'une rythmique énergique, qui prend vie au contact de la poésie et de la prestation vocale à la fois puissante et délicate de John JONES. L'immédiateté du morceau participe à sa réussite.

Car par ailleurs, le chanteur propose un univers plus complexe, à l'écoute duquel l'auditeur ne peut pas se contenter de rechercher la mélodie qui va accrocher son oreille. Il faut alors se familiariser avec la fusion des instruments, se plonger dans un univers folk ambiancé où les paroles jouent un rôle tout aussi important que la musique. "Down by the lake", dont l'histoire est proche du "Polly Von" de PETER, PAUL & MARY (une jeune femme tuée par erreur par un chasseur qui est aussi son époux), évoque le folk britannique des années 70, tout comme "She wrote her name today" et "Ghosts of the village", dont les mélodies lancinantes invitent à s'attarder sur les paroles.

L'ensemble incite à partir marcher. Souvent, les rythmiques frappées, répétitives, évoquent le rythme des pas sur la lande, alors que les évocations des paroles font naître dans notre esprit des images d'une nature vierge, rugueuse autant qu'accueillante. Si l'album fait preuve d'une certaine complexité, et peut même paraître au premier abord hermétique pour qui n'est pas familier avec l'univers folk "roots" du Britannique, le sentiment d'avoir affaire à un grand album se confirme au fil des écoutes. Un album né dans la douleur, et s'écoute en douceur. Avant que le silence ne reprenne ses droits.

3,5/5

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


Les COWBOYS FRINGANTS
Paris - Montreal (2011)
Crisse, une toune pour ces maudits Français ?




GREAT BIG SEA
Road Rage (2000)
Quand terre-neuve s'en va-t'en live


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- John Jones (chant)
- Al Scott (guitare, tambourin, batterie, piano)
- Benji Kirkpatrick (bouzouki)
- Lindsey Oliver (basse)
- Rowan Godel (chant)
- Alan Prosser (guitare)
- Tim Cotterell (violon)
- Dil Davis (batterie)
- Sophie Walsh (harpe)


1. Down By The Lake
2. Ferryman
3. The Wanderer
4. She Wrote Her Name Today
5. Jim Jones
6. Black And White Bird
7. Banks Of Newfoundland
8. Never Stop Moving
9. Pierrepoint's Farewell
10. Ghosts Of The Village
11. Rambling Boys Of Pleasure



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod