Recherche avancée       Liste groupes



      
J-POP CELTIQUE  |  REMIX

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nobuo Uematsu
- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video
- Style + Membre : Sq Series

Yasunori MITSUDA - Creid (xenogears Arrange) (1998)
Par CHIPSTOUILLE le 27 Février 2006          Consultée 2238 fois

C'est après le succès qu'ont rencontré les musiques de Chrono Trigger, en 1995, que Yasunori MITSUDA eu l'occasion de participer très certainement à l'un des plus gros projets de sa carrière, les musiques de Xenogears. Si ce jeu n'est pas forcément réputé pour sa section musicale, (il a fait beaucoup plus de bruit grâce à son scénario) il faut avouer que Yasunori MITSUDA aura marqué, une fois de plus, les esprits. Peu à l'aise avec les thèmes rythmés, comme on avait déjà pu le constater sur Chrono Trigger, MITSUDA se révèle sur des parties plus mélancoliques, battant tous ses concurrents dans ce domaine précis.

Cet "arrange" ne contient pratiquement que ces thèmes sur lesquels il est le plus à l'aise: douceries sucrées, bercées entre musique celtique (et moyen-orientale sur "Dajil"), new age, (J-)pop-rock, et bien sûr quelques racines traditionnelles japonaises. Beaucoup d'influences, donc, pour un si petit disque, mais le résultat est là, assez surprenant au final. Le plus étrange, à vrai dire, c'est que cette version arrange s'écarte complètement du cadre "space opéra" dans lequel le jeu officie sur une bonne partie. Le coté celtique mis en avant (un peu comme ce que l'on retrouvait sur Final Fantasy IV Celtic Moon de UEMATSU) a la plus grosse part du gateau, même si, et c'est là mon plus grand regret, il la partage avec un accordéon un peu envahissant.

Commençons par les déceptions, l'album d'arrange nous refourgue les deux titres pop mielleux que sont "Two Wings" et "Möbius", respectivement les versions japonaises de "Stars of tears" et "Small two of pieces". Les deux titres partent d'une base mélodique honorable, mais s'échouent sur du pseudo Céline DION à arrangements orchestraux douteux. Le solo de guitare sur "Möbius" n'est pourtant pas si mal, mais les deux titres feront grincer des dents mêmes les plus ouverts d'esprit. "Spring Lullaby" officie dans un même registre, en moins gnan-gnan cependant, mais comme vient de me le faire si justement remarquer mon colocataire: "C'est quoi ton truc, on se croirait dans un restaurant Coréen!". Ensuite vient "Stairs of light", où intervient l'accordéon envahissant, et un thème bancal, pas vraiment réussit non plus. Dernière déception, ou plutôt semi déception, "Balto", qui commençait pourtant très bien grâce à une guitare calme et un air de flûte envoûtant, voit le coté "arrange" de la chose opérer la transformation d'un superbe thème en une niaiserie pop-accordéon, ce qui commence à faire beaucoup.

Passé ce gros bloc de déception (je le répète, les thèmes d'origine sont pourtant bons, c'est le coté pop mielleux/ accordéon envahissant qui gâche surtout la fête) on retrouve tout de même pas mal de bons titres (l'autre moitié donc). La première place revient à "Dajil", qui mélange merveilleusement bien les influences moyen-orientales, rock et new age de l'album, le reste étant mis entre parenthèses ici. Le coté rock fait que le titre s'éloigne complètement de son style initial plus calme, mais le rendu est réussi. "Creid", ensuite, qui faisait initialement dans le chant liturgique, voit ses choeurs synthétiques fondre comme neige au soleil au profit d'un chant doublé, très calme; la transformation fonctionne. En tant qu'amateur de "musique sacrée", j'aurai aimé voir le titre chanté en choeur, plus fidèlement à la version d'origine, mais je chipote. Enfin, "Melkaba", "Lahan", et "June Mermaid", sont dans le registre décrit plus haut, celtique/new age, plus fidèles à leur version d'origine (quoique ça se discute concernant "Melkaba"), plus mélancoliques aussi, permettant à cet album de n'être finalement qu'une semi déception.

Alors que dire? Un peu comme pour le Final Fantasy VI Grand Finale de UEMATSU, je suis mis à mal lorsqu'il s'agit d'émettre un avis arrêté sur cet album. Le matériel d'origine est excellent, le coté "arrange" de la chose est parfois très réussi, mais peut s'avérer également complètement à coté de la plaque. Pourtant, c'est peut être l'arrange que je connais qui mérite le mieux son nom, étant donné que l'on peut difficilement parler de simples "réorchestrations" dans le cas de MITSUDA. J'émets donc des réserves, au final, je serais même tenté de plutot vous conseiller l'OST, synthétique et froide, certes, mais jamais sirupeuse, comme c'est le cas trop souvent ici.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par CHIPSTOUILLE :


TRI YANN
La Découverte Ou L'ignorance (1976)
échange banjo contre guitare électrique

(+ 3 kros-express)



TRI YANN
An Naoned (1972)
Ye jacobites by name, lend an ear, lend an ear

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



Non disponible


1. Melkaba
2. Two Wings
3. Balto
4. Creid
5. Dajil
6. Stairs Of Light
7. June Mermaid
8. Spring Lullaby
9. Lahan
10. Möbius



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod