Recherche avancée       Liste groupes



      
INDIE POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


NADA SURF - You Know Who You Are (2016)
Par LONG JOHN SILVER le 13 Mars 2016          Consultée 1132 fois

NADA SURF est apparu au mitan des 90’s dans la lignée des groupes « alternatifs » qui ont emboîté le pas à NIRVANA, notamment grâce au hit sarcastique que fut « Popular ». L’album High/Low produit par Ric Ocasek* rencontra lui-même un succès prometteur or le groupe n’allait pas tarder à effectuer un virage power/indie pop qui convenait nettement plus aux qualités des américains portés sur les mélodies et les harmonies vocales aériennes. Let Go, le troisième effort, fut de ce point de vue une franche réussite en même temps que l’apogée de NADA SURF, alors que les gars avaient signé sur un label indépendant. Depuis cette époque, le groupe sort régulièrement des disques mais ne fait plus vraiment parler de lui. Pas facile d’exister alors qu’on n’a jamais été une grosse structure d’autant que peu s’empressent pour parler de vous ou vous donner la parole.

Pourtant, NADA SURF a pondu de très belles choses auparavant, simplement il n’a plus bénéficié d’une couverture médiatique appréciable depuis l’échec relatif de The Weight Is A Gift en 2005, autant dire une éternité dans un monde où tout devient obsolète en l'espace d'une nano seconde. Il est vrai que cela fait un moment que sa formule pop-rock/indie ne surprend plus tellement et que les mecs n’ont jamais couru après les sunlights non plus. Leur heure de gloire passée, ils continuent de faire ce qu’ils savent faire, voilà tout. D’autres ont obtenu plus de succès qu’eux en maintenant une façade similaire à chaque fois. Certains sont restés cultes (on pense aux RAMONES). NADA SURF ne semble concourir à aucune de ces reconnaissances.

Il paraît inutile de chercher ici quelconque trace d’électro, de break beat, de scratch, de post je ne sais quoi - le côté noisy avait disparu dès le deuxième album -, la technologie, qu’elle soit instrumentale ou expérimentale, est le cadet des soucis du (désormais) quatuor américain. À la place de quoi, les gars alignent des disques honnêtes, néanmoins pas toujours passionnants car la flamme qui fit les beaux jours de NADA SURF, sa capacité à aligner des mélodies immédiates, a tout de même bien vacillé et faibli. Encore plus depuis Lucky en 2008. Tout juste note-t-on que l’apport d’un deuxième guitariste en 2012 confère une amplitude un peu plus fouillée qu’auparavant, et encore. You Know Who You Are est le deuxième opus du groupe en configuration quatuor à paraître, or il a mis quatre ans pour succéder à The Stars Are Indifferent To Astronomy, délai aussi long que celui qui sépara jadis The Proximity Effect de Let Go, dans les circonstances pénibles qu’on connaît depuis**, or Let Go avait formidablement relancé le trio. Qu’en est-il avec You Know Who You Are ?

D’emblée, « Cold To See Clear » installe l’atmosphère en terrain connu, met de l’intensité au service d’une mélodie claire comme de l’eau de roche. On (re)connait la recette. En fouillant dans cet album, on trouvera quelques similitudes entre « New Bird » et la power pop des FOO FIGHTERS. On appréciera la dimension apportée par les cuivres sur « Out Of The Dark », qui rappelle les KINKS, et on relèvera avec gourmandise les arpèges BYRDSiens de « Victory’s Yours ».
À côté de quoi, « Friend Hospital » doit à son solo de guitare d’être bien relancée. Mais c’est « Animal », ballade DYLANesque, qui se révèle être au fil des écoutes le titre le plus abouti du disque car ici, mine de rien, la pop assez simple de NADA SURF tire vers l’Americana, laissant glisser quelques arpèges de guitares classieux du meilleur effet. D’ailleurs, l’ensemble n’est pas avare en ballades dès « Believe You’re Mine », on sait qu’on ne va pas être trop remués, et si ce titre est élégant - comme pas mal d’autres – il peine de la même façon à fendre la glace et enfin nous faire frémir. Ceux qui se rappellent le NADA SURF de 2002 ont en tête une musique volontiers énergique or quatorze années ont passé, les tempos sont plus souvent apaisés. Il n'empêche, des titres comme « Rushing », « You Know Who You Are » ou « Gold Sounds » manquent franchement d’étincelle mélodique - mais pas que - pour convaincre.

Et c’est souvent cela le problème avec la musique pop, le fameux fil entre l’agréable et le « pas désagréable », tellement fragile qu’il tient à pas grand chose. On aimerait pouvoir vous dire que cet album sympathique d’un groupe sympathique, allait vous permettre de fondre à l’écoute de mélodies accrocheuses mais malheureusement ce ne sera pas forcément le cas, tant l’inspiration qui enveloppait autrefois les productions du groupe semble s’être lissée avec le temps. Surtout qu’ici il manque également un ou deux « trucs » imparables, qu’on nommerait « tube(s) potentiel(s) » pour faire ressortir l’album du lot.

*Leader des CARS, groupe Pop/rock/New Wave mythique aux USA et producteur de High/Low (1996)
** Le groupe s'est séparé de Elektra, un très gros label, après bien des déboires qui auraient pu le faire éclater

A lire aussi en POP par LONG JOHN SILVER :


Harry NILSSON
Sandman (1976)
Le sable et la magie, par-delà l'oubli.




Harry NILSSON
Knnillssonn (1977)
Nilsson is leaving the building


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Matthew Caws (guitare, chant)
- Daniel Lorca (basse, choeurs)
- Ira Eliott (batterie)
- Doug Gillard (guitare,choeurs)


1. Cold To Sea Clear
2. Believe You're Mine
3. Friend Hospital
4. New Bird
5. Out Of The Dark
6. Rushing
7. Animal
8. You Know Who You Are
9. Gold Sounds
10. Victory's Yours



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod