Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Embryo, Spooky Tooth, Deep Purple

ELECTRIC SANDWICH - Electric Sandwich (1972)
Par JOVIAL le 9 Décembre 2016          Consultée 824 fois

Vous la voyez ? Vous voyez cette horreur ? Cette pochette immonde ? Ce hamburger géant que défouraillent des ampoules ? Savez-vous à combien peut se vendre un original ? On va vous le dire : entre 400 euros et 1200 dollars ! C'est ici que les amateurs de vinyles béniront le CD dans la plus grande des allégresses. Voire le téléchargement pirate. Sans déconner. Comment peut-on demander autant d'argent pour pareil LP ? Encore une fois, on s'imagine l'album rare forcément bon, et l'album bon forcément cher. Surtout lorsqu'il s'agit d'un disque de krautrock qui, aussi étonnant que cela puisse paraître, jouit désormais d'une incroyable « hype » depuis deux décennies. L'Internet en a refait vivre le moindre de ses représentants, adoubant des formations qui n'intéressaient au contraire personne à leur époque et ne méritent pas plus qu'on le fasse aujourd'hui. Et ELECTRIC SANDWICH en fait plus qu'indubitablement partie.

Le groupe est formé en 1969 à Bonn par quatre étudiants chevelus, alors à la recherche d'une musique autre, d'une « attitude intellectuelle » novatrice et blablabla. Le coup classique, quoi. En 1971, ils sont signés par Brain, ZE label of krautrock dans les seventies, et c'est même Dieter DIERKS, ZE producer of krautrock que l'on place aux commandes du premier album éponyme. Un simple coup d'essai qui ne sera guère transformé puisque l'aventure s'achève en 1973.

Malgré l'expérience supposée de ses musiciens, ELECTRIC SANDWICH joue une musique assez mal assurée. Digressions bancales, chant ignoble, textes simplistes, variations plus grossières que surprenantes, improvisations interminables, guitares lourdes... Ca fait beaucoup. D'autant plus que la production ne dessert guère l'ensemble, Dieter Dierks avait mangé chinois la veille. C'est sans-doute dommage car le groupe avait des choses à dire. Une base blues, des élans de progressif anglais, un habillage psychédélique, un mellotron élégant, du saxophone, des riffs lourds. On aurait signé sans réfléchir. Malheureusement, le moteur n'a pas carburé. Dans l'esprit, ELECTRIC SANDWICH en était quasiment resté aux répètes de garage.

Et pourtant, son nom revient assez souvent lorsque l'on s'intéresse au krautrock. La compilation Krautrock – Music For Your Brain lui en retient d'ailleurs un titre, « China ». C'est amusant, c'est justement le titre qui ne représente absolument pas le son d'ELECTRIC SANDWICH. « China » s'ancre bien dans l'humeur krautrock de l'époque, avec sa structure instrumentale itérative et ses envolés guitaristiques, mais n'a rien à voir avec le reste du disque. Hommage à ASH RA TEMPLE ? Vestiges d'un passé plus freak ? La cassure est nette. « Nervous Creek » mélange SCORPIONS et Sweet Smoke, « Archie's Blues » tente la carte LED ZEPPELIN et « I Want You » rappelle les vieux disques d'Arthur Brown et de DEEP PURPLE. On y entendra aussi du Blue Cheer, du Beck, du Ten Years After, du boogie, du jazz. Bref, tout pour plaire. Mais ELECTRIC SANDWICH finalement, c'était peut-être la branche la plus heavy du krautrock. Un peu comme ce qu'aurait pu devenir SCORPIONS à l'époque, en suivant une autre voie. On rêverait de connaître une suite ! Mais non, on se posera là. La musique, c'est comme la politique : autant de bonnes idées, autant de bonnes intentions ne valent rien sans un discours qui tient la route et convainc les masses. Nos quatre Bonnois ne récolteront qu'un pourcentage minime.

ELECTRIC SANDWICH était une formation certes attachante, mais maladroite et quelque peu rasoir. Gardons à la rigueur « Nervous Creek » et « I Want You » qui dominent un album parfois agréable, très souvent anecdotique.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JOVIAL :


MARILLION
Script For A Jester's Tear (1983)
La naissance d'un grand groupe

(+ 1 kro-express)



MARILLION
Clutching At Straws (1987)
Chef-d'oeuvre inégalable du groupe anglais

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Klaus Lormann (basse)
- Wolf Fabian (batterie)
- Jörg Ohlert (guitare/claviers)
- Jochen Carthaus (chant/harmonica/sax)


1. China
2. Devil's Dream
3. Nervous Creek
4. It's No Use To Run
5. I Want You
6. Archie's Blues
7. Material Darkness



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod