Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


2010 The Road
2016 Mars
 

- Membre : Nick Cave & The Bad Seeds , Grinderman

Nick CAVE & WARREN ELLIS - Mars (2016)
Par STREETCLEANER le 22 Janvier 2017          Consultée 837 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Mars est une musique composée pour une série TV de la chaîne National Geographic par Nick CAVE et son compère de longue date, Warren Ellis, à qui on doit déjà plusieurs bandes originales, dont celle de The Road (2010). Le thème de Mars a été abordé par nombre d'artistes, par exemple, The FLAMING LIPS (Christmas on Mars, 2008) ou dans un genre assez voisin, par VANGELIS (Mythodea, 2001) ou par TANGERINE DREAM (Mars Polaris, 1999). Toutefois, cette dernière musique du groupe allemand n'était pas réellement convaincante, non qu'elle soit foncièrement mauvaise, mais plutôt qu'elle peinait à nous immerger dans un voyage spatial vers Mars. La réussite de ce type de musique repose sur la facilité avec laquelle elle génère des images et des atmosphères. C'est sur ce point que la BO de CAVE & Ellis fonctionne mieux. Un voyage vers Mars est forcément un voyage à haut risque, probablement sans retour. Comme dans un film d'aventure, on retrouvera donc plusieurs phases dans cette longue expédition, l'allégresse du départ, l'insouciance des tâches routinières, mais aussi la tension du danger et des alertes, l'angoisse de l'isolement ou de la solitude, l'excitation de la découverte par ces nouveaux pionniers, pionniers déjà célébrés par Brian ENO avec Apollo (1983). La BO de Cave & Ellis s'avère donc plus conforme à cette attente.

La BO de Mars est presque intégralement instrumentale, seules l'introduction « Mars Theme » et la conclusion « Life on Mars » sont l'occasion pour Cave de poser brièvement sa voix, noyée dans le vent et les bips de la technologie. La sensation d'apesanteur est prégnante dès le second titre « Mars » et il faut dire que c'est ce qu'on attend d'une telle BO. Un thème fait de montées grandiloquentes de synthés et de boucles composées de 4 notes sur fond de petits échos fait monter la tension, dévoile l'astre à conquérir et annonce l'importance des préparatifs. Le piano est mis à contribution et tisse des thèmes légers dans un bain de sons qui semblent évoquer des échanges radios (« Daedalus », « Earth »), on effleure même la musique contemporaine minimaliste de REICH ou GLASS (« Earth », « Science »), mais aussi l'ambient de ENO. Mais c'est avec « Voyage » qu'on rentre dans les affaires sérieuses de Mars, les affaires les plus graves. Ce titre stressant, qui crisse, nous rappelle qu'une fois la mission lancée il va falloir se débrouiller tout seul. C'est ici le silence et l'alternance du froid indicible et de la chaleur écrasante de l'espace qui commandent. Les synthés y résonnent comme un orgue dans une cathédrale, et peuvent nous rappeler la BO de Interstellar de Hans ZIMMER. Et les échos grésillants de « Space X » qui tournent en boucle représentent-ils ce temps long de la traversée, un voyage qui semble s'éterniser et ne jamais finir ? En tout cas, cette sensation du temps qui s'étire est bien là.

« Space Station » nous offre un travail à partir de légers wobbles de basse sur lesquels vient se poser un dripping proche du xylophone. « Symphony of the Dead », titre de près de 10 minutes (sur un total de près 50 minutes), est le plus long de l'album. Paradoxalement, ce titre semble plein de vie. Dès le début, nous avons affaire à ce qui pourrait ressembler à des piaillements. L'orchestration du philharmonique de Prague à la fois calme et agrémentée de tensions se prête parfaitement à des longs travellings sur des paysages mystérieux. Et là encore, on retrouve des sonorités pouvant nous faire penser à certains passages de Interstellar.

Mars n'est pas la BO d'un blockbuster. Et à l'évidence elle restera probablement confidentielle en termes de ventes. Toutefois, son intérêt réside dans le fait qu'elle peut se passer entièrement d'un support visuel. A proprement parler, s'il n'y a pas de musique martienne, cette BO se suffit à elle-même. Les atmosphères sont là, à portée de mains, c'est l'imagination qui fait tout le reste. Délicate, empreinte d'une certaine beauté fascinante, caressant le mystère, délivrant des soubresauts de tension, on nage en pleine apesanteur. Au fond, cette BO est réussie car cette musique a une âme et parle à notre imagination.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par STREETCLEANER :


CLOGS
The Creatures In The Garden Of Lady Walton (2010)
Une belle balade dans un jardin romantique




M. O'DONNELL/M. SALVATORI
Halo Original Soundtrack (2002)
Une référence parmi les OST


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Nick Cave
- Warren Ellis
- The City Of Prague Philharmonic Orchestr


1. Mars Theme
2. Mars
3. Daedalus
4. Earth
5. Science
6. Voyage
7. Space X
8. Space Station
9. Symphony Of The Dead
10. Planetarium
11. Aftermath
12. Towards Daedalus
13. Life On Mars



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod