Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ VOCAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1958 1 Lady In Satin

Billie HOLIDAY - Lady In Satin (1958)
Par JASPER LEE POP le 16 Janvier 2023          Consultée 342 fois

Masochiste, le Kingbee ? Le moins qu’on puisse dire, c’est que mon confrère n’y va pas avec le dos de la cuillère dans sa chronique de Lady in Satin. J’avais cru comprendre qu’il n’était pas sensible au talent de Lady Day et si tel est aussi votre cas, ne vous approchez pas de ce dernier album sorti de son vivant. Billie HOLIDAY y est rincée, exsangue, malade d’une cirrhose du foie et littéralement à la fin de sa vie. Elle lutte, chante mal, faux, sa voix craque, vrille, dérape, ça n’est pas beau à entendre. On peut effectivement détester et tourner les talons. On peut aussi trouver ça bouleversant parce que mince, ça ne manque pas d’émotion, une interprétation aussi brute de décoffrage. Surtout si on connaît le parcours chaotique de la dame relaté dans son autobiographie Lady Sings the Blues, un des incontournables à lire pour tout jazzeux qui se respecte, même si pas toujours factuellement exact à ce qu’il paraît. Reste qu’elle en a bavé des ronds de chapeau et a de ce fait une légitimité certaine à chanter le désespoir, le chagrin, la résignation qui fait normalement son effet si tant est qu’on a un petit cœur qui bat. La carte émotion à vif est d’autant plus gagnante qu’HOLIDAY pose ce qui lui reste de voix sur un écrin de cordes qui ne fait effectivement pas dans la demi-mesure.
Le contraste est assuré et ça fonctionne très bien sur "I’m a Fool to Want You", "You’ve Changed" et "You Don’t Know What Love is". Quant au final "The End of a Love Affair", il serre la gorge.
Mais le procédé a aussi ses limites : la monotonie d’un chant dénué d’amplitude finit par lasser sur la durée. Carton rouge par exemple à "It’s Easy to Remember" avec les arrangements sirupeux de Ray Ellis dignes d’une caricature de Disney. N’est pas Nelson Riddle qui veut.

Lady in Satin est le chant d’un cygne qui a déjà perdu ses plumes et la vulnérabilité sans fard de son interprète le rend particulièrement touchant. De là à crier au chef-d’œuvre comme beaucoup le font, il ne faudrait pas exagérer et il s’agirait de ne pas se laisser prendre en otage par le statut nécrologique de l’album.

A lire aussi en JAZZ par JASPER LEE POP :


Peter BRÖTZMANN
Machine Gun (1968)
T'es prêt?




Eric DOLPHY
Out To Lunch! (1964)
Ailleurs.


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
   JASPER LEE POP

 
   (2 chroniques)



- Billie Holiday (chant)
- Barry Galbraith (guitare)
- Milt Hinton (contrebasse)
- Osie Johnson (batterie)
- Mal Waldron (piano)
- Mel Davis (trompette)
- Billy Butterfield (trompette)
- Bernie Glow (trompette)
- Jimmy Ochner (trompette)
- Urbie Green (trombone)
- Jack Green (trombone)
- Jj Johnson (trombone)
- Tommy Mitchell (trombone)
- Danny Bank (flûte)
- Phil Bodner (flûte)
- Roméo Penque (flûte)
- Tom Parshley (flûte)
- Janet Putman (harpe)
- Maurice Brown (violoncelle)
- David Soyer (violoncelle)
- Emmanuel Green (violon)
- Harry Hoffmann (violon)
- Harry Katzmann (violon)
- Léo Kruczek (violon)
- Milton Lomask (violon)
- Harry Meinikoff (violon)
- David Newman (violon)
- George Ockner (violon)
- Samuel Rand (violon)
- David Sarcer (violon)
- Sidney Brecher (violon alto)
- Richard Dichler (violon alto)
- Elise Bretton (chœurs)
- Miriam Workman (chœurs)


1. I'm A Fool To Want You
2. For Heaven's Sake
3. You Don't Know What Love Is
4. I Get Along Without You Very Well
5. For All We Know
6. Violets For Your Furs
7. You've Changed
8. It's Easy To Remember
9. But Beautiful
10. Glad To Be Unhappy
11. I'll Be Around
12. The End Of A Love Affair



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod