Recherche avancée       Liste groupes



      
BIG BEAT / ELECTRO PUNK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Fatboy Slim, The Chemical Brothers
- Membre : Hyper

The PRODIGY - Invaders Must Die (2009)
Par SASKATCHEWAN le 7 Août 2011          Consultée 603 fois

Aujourd’hui PRODIGY est devenu un groupe familial (la honte). C’est un camembert noble que le patriarche de la maison sert sur un socle de bois, son plus beau canif à la main. Un groupe que l’on déguste comme les anecdotes de repas de famille, vieux serpents de mer qui ressurgissent après deux verres de rouge. Sauf que cette anecdote est sale et que ce camembert de supermarché rejette encore l’âpre fumet métallique de son usine à fromage.

Comme les métaphores c’est nul, passons toute de suite à l’analyse rigoureuse, objective, et pointue de cet album. PRODIGY, qui est un trio malin, a bien compris que pour survivre il faut s’adapter. Pour plaire aux jeunes des années 2000, il a pris son big beat de jeunes des années 90, et l’a mélangé avec de l’électro-house plus actuelle. Inspiration subtile, mais mélange dangereux.

Mais ça marche ! Keith FLINT charme de nouveaux les oreilles avec ses hurlements de supporter de West Ham aviné (quoique « aviné » est un mot presque trop noble dans le cas présent, on parle d’une bonne vieille 8,6, pas d’un Grand Bordeaux). Certains titres se hissent au niveau de leurs très énergiques aînés (prononcez trèzénergikzaînés sans fourcher), tels « Invaders Must Die », « Omen », « Warrior Dance ». « Stand Up » fait même les fins de match de la Une, mais je ne suis pas sûr que ce soit vraiment une consécration.

L’album est d’un niveau égal tout du long, ce qui est assez rare chez PRODIGY. Il manque peut-être un morceau plus fouillé à la « Narayan » pour égaler un Fat of the Land. Un petit reste de trance psychédélique, histoire de transformer l’énergie brute en envoûtement, ça n’aurait pas été de trop.

En tout cas, Invaders Must Die est un très bon album de PRODIGY, une énorme surprise de la part d’un groupe que j’avais déjà descendu au caveau des gloires déchues de ma décennie favorite.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


Amon TOBIN
Supermodified (2000)
Second volet d'une "trilogie" essentielle




SYL KOUGAï
ΙΧΘΥΣ (2015)
Amen !


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
   SASKATCHEWAN

 
   (2 chroniques)



- Liam Howlett (arrangements électroniques)
- Keith Flint (chant)
- Maxim Reality (chant)
- Dave Grohl (invité, batterie sur run with the wolves et stand)


1. Invaders Must Die
2. Omen
3. Thunder
4. Colours
5. Take Me To The Hospital
6. Warrior's Dance
7. Run With The Wolves
8. Omen Reprise
9. World's On Fire
10. Piranha
11. Stand Up



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod