Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Stone Age
- Style + Membre : Jean-michel Jarre
 

 Site Officiel (350)

SPACE ART - Space Art Tribute (2012)
Par BAKER le 15 Juillet 2019          Consultée 276 fois

SPACE ART a été un groupe éphémère, mais important. Très important. Il fait partie des purs piliers de ce qu'on appelle la French Touch, et il a eu un réel succès radiophonique. Une telle carrière, courte mais flamboyante, ne peut s'effacer d'un claquement de doigts. Et en parlant de claquements de doigts, merci Thanos pour nous avoir privés de Roger Rizzitelli. Un batteur extravagant, créatif, une force de la nature qui se suicidera en 2010, privant la déjà petite famille des musiciens de studio français d'un de ses meilleurs talents. Evidemment, ça ne pouvait pas laisser de marbre Dominique Perrier. Leur association était explosive, fructueuse. Alors oui, ce disque est sorti officiellement sous le nom de DOMINIQUE PERRIER PROJECT. Mais, et c'est sûrement le plus beau compliment qu'on puisse lui faire, officieusement ce disque est un vrai album de SPACE ART.

Car à part le son, évidemment plus rond et précis qu'avant, beaucoup même (voire un peu trop : doucement les basses !), on retrouve les caractéristiques habituelles de ce qui nous avait charmé sur les deux premiers albums, et un peu moins sur le troisième qui réussit quand même à trouver sa place ici (les petites parties disco, le chant) : des mélodies bien trouvées, des ambiances cosmiques mais pas vraiment planantes, et surtout des séquences terriblement bien fichues. A ce niveau - et aux autres - Perrier n'a pas perdu sa légendaire patte, tout comme aux solos où notre homme s'amuse parfois au chat et à la souris avec ses touches. Sur "Optical Illusions", mais surtout sur le meilleur titre de la galette, un "Stone Art" très frais, à l'intro TANGERINE DREAM 90s faisant place à du celtic-rock-electro de toute beauté. Ca emmène l'auditeur très loin tout en restant accessible à tous, ça parle de l'espace tout en restant les deux pieds sur terre.

Du SPACE ART pur jus, vous en avez, dès le début avec "Eternally Revolving" tout séquenceur dehors, une partie 1 introductive qui laissera finir le disque sur les parties 2 et 3 non sans charme, voire de l'émotion ; car évidemment, du titre Talk to "Bunny" (surnom de Roro) au battement de coeur qui finit l'album et la carrière du groupe, tout ramène à l'âge d'or du duo. A ce niveau, il faut avouer la réussite de "On The Web Again", mais surtout de "Serenad", qui aurait largement pu figurer sur le second album. En 77, ç'aurait été un tube.

L'humour et l'iconoclasme sont également de la partie, avec le délirant "Cosmic Chicken", blues electro-con entre "Popcorn" et l'attaque du poulet géant dans Un Ticket Dans l'Espace. On frise la techno, mais ça rajoute au côté rigolard. Et comment ne pas parler d' "Asturias" ? C'est bien une reprise classique qui commence comme du SPACE ART millésimé, mais l'ajout de la guitare heavy, bourrine, de Patrick RONDAT rajoute le côté récréatif délicieux et tant espéré, amenant vers un pont extatique. A vrai dire, ça fait du bien, d'entendre ce genre de chose. Patrick nous manque, bon sang...

Le disque n'est pas parfait ; il s'essoufle un peu dans son troisième tiers, un peu trop mou, ou trop dark, et "Another Destination" souffre d'un chant féminin peu assuré ("Eternally part 2" aussi, mais cette fois il manque le coeur). Surtout, bien que très bien fait et équilibré, le disque semble manquer d'une partie, comme une pièce de puzzle. Serait-ce le manque de grosses percussions que Roger savait savemment distiller, ici évidemment mal hérité par Laurent Faucheux ? Ce n'est pas bien grave : en l'état, Space Art Tribute n'est pas qu'un hommage, c'est un vrai quatrième album du groupe avec des délires et des tubes, et rien n'aurait pu me faire plus plaisir.

Note finale : 3,5 / 5

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par BAKER :


Ed STARINK
Synthetiseur 8 (1992)
Un regain de tension salvateur.




Harold FALTERMEYER
Tango & Cash (1989)
Tiens ? Armani en flic !


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
   BAKER

 
   (2 chroniques)



- Dominique Perrier (claviers)
- Michel Valy (basse)
- Alain Pype (programmations)
- Lili Lacombe (violon)
- Jannette Woollacott (chant)
- Laurent Faucheux (batterie)
- Patrick Rondat (invité guitare)


1. Eternally Revolving, Pt.1
2. On The Web Again
3. Cosmic Chicken
4. Optical Illusions
5. Stone Art
6. Another Destination, Pt.1
7. Another Destination, Pt.2
8. Asturias
9. Serenad
10. Lady Loop
11. Talk To Bunny
12. Droid Obsession
13. Eternally Revolving, Pt.2
14. Eternally Revolving, Pt.3



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod