Recherche avancée       Liste groupes



      
ART POP/AMBIENT  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Japan

David SYLVIAN - Gone To Earth (1986)
Par WALTERSMOKE le 15 Février 2015          Consultée 902 fois

En 1986, on peut dire que le chanteur David SYLVIAN a parcouru un chemin des plus méritants. Le groupe qu'il a co-fondé et mené d'une main de maître, Japan, s'est imposé comme une référence de la new-wave, et plus précisément dans le sous-genre romantique. SYLVIAN a également collaboré avec Ryuichi Sakamoto avant de lancer une carrière solo des plus intéressantes. Brilliant Trees déployait en effet un éventail des talents de l'Anglais, et si Alchemy n'est pas l'album que l'on retiendra en priorité, il arbore une palette world music qu'il serait dommage d'ignorer. Et c'est alors que SYLVIAN sort le grand jeu au milieu de la décennie la plus injustement sous-estimée et compose son magnum opus, Gone to Earth.

Gone to Earth, c'est tout bonnement un apport de poids dans l'art rock, et même dans le registre des musiques calmes et lentes telles l'ambient. SYLVIAN a mis les petits plats dans les grands, ne serait-ce que par l'appel de nombreux collaborateurs récurrents, dont deux qui co-écrivent certains morceaux de l'album (Robert Fripp et Bill Nelson). Niveau format, SYLVIAN ne fait pas dans la dentelle non plus, puisqu'il tape dans le double album, et pas qu'un peu puisque Gone to Earth dure en tout et pour tout une heure et demie. Dès lors, il paraît logique d'avancer prudemment, comme quand on trempe son pied dans l'eau du bain, mais une écoute de la bête suffit à calmer certains réfractaires au double album.

Pourtant, si Gone to Earth se limitait au premier disque, ce serait déjà suffisant pour crier au génie. David Sylvian pousse encore plus loin sa classe et sa grâce, notamment derrière le micro, tandis que ses invités jouent avec lui. La musique des 7 compositions est d'une finesse et d'une beauté saisissante, qu'une sublime mélancolie vient compléter. "Taking the Veil" lance d'ailleurs les hostilités de manière à emporter l'auditeur de manière directe dans le monde de SYLVIAN. Le meilleur sur ce premier disque, c'est que ses chansons se ressemblent et s’enchaînent sans isomorphisme, chacune présentant toujours de quoi avoir envie de l'écouter jusqu'au bout. C'est d'autant plus admirable qu'elles sont parfois longues, en témoigne "Before the Bullfight", qui dure 9 minutes qui s'égrènent cependant à vitesse grand V. Tout au plus le morceau-titre peut paraître un peu irritant, mais sa durée au contraire courte relativise cet état de fait.

Le deuxième disque poursuit-il dans la même veine ? Oui et non à la fois. Oui parce qu'il présente des morceaux toujours aussi beaux et éthérés, mais aussi... parce qu'ils sont tous instrumentaux ! Enfin presque, un homme récite son texte sur "Upon this Earth", mais retenons que ce n'est pas du chant. Les morceaux sont plus nombreux et plus courts, mais n'en restent pas moins impressionnants. Un exemple concret se trouve en "Answered Prayers", qui sonnerait comme du grand Steve Roach si la guitare de Bill Nelson, co-auteur du morceau, ne l'imprégnait pas ses accords. L'émotion est également de mise sur "Camp Fire: Coyote Country", où c'est Fripp qui aide SYLVIAN à sortir une composition des plus sensibles.

Six ans après avoir atteint des sommets avec Japan (Gentlemen Take Polaroids), David SYLVIAN ajoute donc une nouvelle perle à la musique des années 80. Le croisement de l'art pop avec l'ambient et la préciosité du chanteur a débouché sur un album qui mérite pleinement le statut de grand chef-d'oeuvre. Sylvian ne s'arrêtera pas à Gone to Earth cependant, et sortira en 1987 l'album considéré par beaucoup comme le sommet ultime de sa carrière, j'ai nommé Secrets of the Beehive.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par WALTERSMOKE :


Jerry GOLDSMITH
Alien (1979)
Dans l'espace personne ne vous entendra crier




BANDE ORIGINALE DE FILM
2001 : A Space Odyssey (1968)
La bo ultime d'un chef-d'oeuvre absolu


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- David Sylvian (chant, claviers, guitare)
- Robert Fripp (guitare, frippertronics)
- Steve Jansen (batterie)
- Phil Palmer (guitare acoustique)
- Ian Maidman (basse)
- Kenny Wheeler (bugle)
- John Taylor (piano)
- Bill Nelson (guitare)
- Richard Barbieri (synthés)
- Harry Beckett (bugle)
- Mel Collins (saxophone)
- B.j. Cole (pedal steel guitar)


1. Taking The Veil
2. Laughter And Forgetting
3. Before The Bullfight
4. Gone To Earth
5. Wave
6. River Man
7. Silver Moon

1. The Healing Place
2. Answered Prayers
3. When The Railroad Meets The Sea
4. The Wooden Cross
5. Silver Moon Over Sleeping Steeples
6. Camp Fire: Coyote Country
7. A Bird Of Prey Vanishes Into A Bright Blue Cloudle
8. Home
9. Sunlight Seen Through Towering Trees
10. Upon This Earth



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod