Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
16 commentaires notés  
[?]



Genesis
The Lamb Lies Down On Broadway
Page   1 | 2 | 3 | 4 | 5 |

le 28 Février 2016 par GOLGOTH 68


L'album ultime de GENESIS, un monument du rock progressif. Je n'ai pas grand chose à ajouter à ce qui a déjà été écrit sur ce site. Bonne découverte à ceux qui ne le connaissent pas encore.

le 27 Février 2016 par CéDRIC


Franchement magnifique ! Je crois sincèrement que GENESIS a atteint le sommet da sa créativité musicale sur The Lamb Lies Down On Broadway où chaque musicien donne le meilleur de lui-même, surtout Phil COLLINS qui nous prouve que c`est un grand batteur. The Lamb Lies Down On Broadway est d´une richesse incroyable, sans aucun doute un album parfait.

le 02 Juillet 2015 par KOTAVE


Genesis suit une trajectoire ascendante - progressive pourrait-on dire - depuis Nursery Cryme, et qui trouve ici sans aucun doute son aboutissement. Peu étonnant que ce soit donc aussi la d'une glorieuse époque, avec le départ de Peter Gabriel.

On est en présence du premier double-album de Genesis, un ambitieux disque dont le récit est sûrement aussi intéressante que la musique, sans prendre le pas sur elle, et qui se trouve aussi être porteur de nombreuses ruptures. Le thème est ici bien éloigné du folklore anglais, les sonorités participant à ce changement, comme dans le fameux Back in N.Y.C.

Le premier disque nous offre à la suite tout ce que le groupe fait de mieux, et s'amuse à accumuler les contrastes, en enchaînant le tendu Fly on a Windshield et le lourd Broadway melody of 1974, le léger Cuckoo Cocoon et l'angoissant In the cage, ou en intercalant avec une facilité incroyable le salace Counting out time entre le mélancolique Hairless Heart et le joyau pur qu'est Carpet Crawlers. Cette dernière chanson est en effet ce que Genesis a fait de mieux dans toute sa discographie, et dépasse allègrement en qualité Firth of fifth et The musical box réunis.

Le deuxième disque est, comme souvent dans ces cas-là, plus expérimental, en particulier dans The waiting room, rebutant dans un premier temps mais révélant bien vite tout le potentiel de son final. Anyway et the Lamia (inspiré d'un poème de Keats) sont aussi d'une beauté confondante, Tony Banks nous y offrant certains de ses plus beaux airs.
La dernière face est sûrement la plus difficile à digérer complètement, mais il faut que l'auditeur se souvienne qu'elle termine une heure et demie d'une longue traversée des enfers, de plus en plus inquiétante et étrange. Dans cette optique, elle joue son rôle parfaitement, à l'instar de l'interlude Ravine. Le tout se termine de manière surprenante par le mystérieux It., honnête dans son rôle conclusif.

Malgré quelques imperfections que sa longueur ne pouvait éviter, The Lamb Lies Down On Broadway reste un des plus albums les plus réussis et aboutis sur lesquels mon oreille a pu se pencher.

le 17 Mai 2015 par CLANSMAN57


Un chef d'oeuvre du Rock Artistique,ni plus ni moins.
M'enfin,à condition de bien vouloir s'investir, sinon c'est même pas la peine de perdre son temps avec ce double.
Car du temps,il vous en faudra pour l'apprivoiser celui là.
Les précédents ne sont déjà pas immédiats,celui ci l'est encore moins.

Conceptuel, double, long, prog, complexe, dense, fouillé sont des mots qui peuvent décourager l'auditeur.

Il est conseillé de se pencher sur le concept pour réussir à rentrer dans cet univers,aussi étrange qu'il puisse être.
Pour cela,on a droit à un texte s'étalant sur 8 pages dans le livret qui aide à mieux cerner cette histoire,les paroles étant assez vagues,c'est donc recommandable...
Même les photos de couverture et celles à l'intérieur du livret deviennent plus claires une fois le délire compris.

Et puis l'oeuvre devient évidente après cet investissement... La magie opère,on voyage dans une dimension parallèle,ou encore un rêve éveillé (au choix).
Je trouve que Peter Gabriel est celui qui arrive le mieux à mettre en mots les rêves...Le non sens total,le mysticisme, l'étrange...
Et bien entendu,tout ça est admirablement bien mis en musique!

Je suis d'accord avec les personnes qui disent que "The lamb lies down on Broadway" n'est qu'un seul titre.
Ils sont vraiment forts ces artistes...Le tout est d'une cohérence rarement entendue dans l'histoire du concept album.

GENESIS est peut être LE groupe de Rock Progressif... A condition d'être patient.

Oeuvre d'art.

le 15 Avril 2012 par BAYOU


Pour moi le meilleur album de GENESIS, le chant du cygne de Peter Gabriel qui quitte le groupe juste après.
C'est un concept album et c'est très important, car en racontant l'histoire de Rael qui débarque à New York, Gabriel narre d'une façon poétique sa propre expérience des USA.
Le morceau d'ouverture est exceptionnel, avec l'exposition du thème et la découverte de Manhattan au petit matin.
L'autre fait important, se trouve dans la musique, rock, violente, électrique, Gabriel pousse ses copains dans leurs retranchements, et le groupe a vraiment du feeling, on est loin des douces ambiances de Selling.... et encore plus de toutes les daubes génisiennes à venir.
The Lamb est né de la volonté de Gabriel, qui a porté sur scène merveilleusement l'histoire, puis s'envolant dans une carrière solo, laissant les autres orphelins, et permettant au médiocre Phil Collins de faire carrière....
Il reste un superbe double album qui contrairement à beaucoup d'autres sortis au même moment supporte l'usure implacable du temps














1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod