Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
16 commentaires notés  
[?]



Genesis
The Lamb Lies Down On Broadway
Page   1 | 2 | 3 | 4 | 5 |

le 14 Mars 2007 par TERRY


Un gros 5/5 au disque, assurément le meilleur album de la Génèse période Peter Gabriel (et pourtant, "Foxtrot" est sublime, de même que "Nursery Cryme"), et un gros 5/5 pour la réponse adéquate de A.T.N., à la fois respectueuse et moqueuse. Vraiment mouché, le commentateur anonyme !!!

le 14 Mars 2007 par A.T.N.


Très cher,
Je suis désolé de t'avoir mis dans cet état, mon pauvre. Tu sais, ce n'est qu'une chronique, si elle te rend haineux comme ça, je n'imagine pas comment tu réagis lorsqu'il s'agit d'un vrai drame humain.
Et en plus, je vais probablement te décevoir sur tous les plans :
- Je connais très, très bien Genesis, j'ai écouté chacun de leurs albums un grand nombre de fois.
- Je connais également la carrière solo de Peter Gabriel.
- Je joue même quelques morceaux à la guitare (Horizon, quelques passages de Supper's Ready...) ou au piano (Anyway, et Firth of Fifth... un jour, bientôt ;)).
- Après avoir rêvé éveillé sur des morceaux comme Supper's Ready, justement, je trouve aujourd'hui - tout en reconnaissant que c'est un morceau extraordinaire - qu'il a quelques longueurs, que les musiciens s'écoutent un peu jouer... C'est l'âge, je ne sais pas. The Knife, idem. Mais bon, ça reste loin au dessus de bien d'autres groupes, ne t'énerve pas, arrête de manger cet accoudoir, tu n'arriveras à rien.
C'est pour ça que je place "The Lamb" un poil au dessus dans mon Panthéon genesien, je trouve qu'ils sont davantage à la recherche de l'émotion par l'efficacité, le rock, quoi. Cela dit, si tu préfères d'autres albums, aucun souci, je comprends très bien.
- Je sais que Collins a transformé Genesis en machine à stades, j'en parle même dans ma chronique. A moins que tu ne saches pas lire au-delà d'un paragraphe ? Je parlais juste de sa technique et de son oreille que je trouve exceptionnelles.
- Un de mes morceaux cultissimes est Echoes, de Pink Floyd, et il fait 23 minutes. Dommage... Et ma copine va très bien, merci. :)
- La chronique sert à rendre des impressions personnelles, intimes, et si Genesis était une philosophie de la vie, génial, moi j'avais 1 an quand l'album est sorti et je ne fais pas vraiment partie de leur génération. Je transcris juste ce que leur musique laisse dans ma chair à chaque fois que je l'écoute. Les paroles me passent un peu au-dessus, je l'avoue, le rock est pour moi une énergie, un courant électrique, une vibration puissante et les paroles ne sont qu'accessoires. Tu peux parfaitement critiquer cela, mais la prochaine fois, essaie avec moins de fautes d'orthographe, alors. OK ?

le 13 Mars 2007 par ???

[ndc: exceptionnellement on valide donc -tel quel- ce genre de message étant donné qu'A.T.N. a bien voulu y répondre. D'autre part, le commentateur avait bien donné un pseudonyme à l'origine, mais nous l'avons égaré, toutes nos excuses. Que ceci reste une exception, merci]
Je viens de lire attentivement ton article. Je ne mets pas en cause ton analyse technicomusicale de cet album… mais tête de nœud il faut que tu comprennes que Genesis (enfin du temps de Gabriel ! ) ce n’était pas seulement de la musique, mais plus une philosophie de la vie et de la société. D’ailleurs, les thèmes abordés (ceux que tu as compris, sont toujours d’actualité !) Avouer même avec honte « tâter du bouton avance rapide » est digne d’un « écouteur de techno ». Et puis c’est quoi cette histoire de temps ? Parce qu’un morceau fait plus de x minutes, il est long et chiant ?! C’est ta copine qui doit être contente…lorsqu’elle te surprend en train de regarder ta « Timex »
« La fin de ce tour de force est un peu plus laborieuse, avec des passages pour spécialistes, des instrumentaux pompeux et une fin un peu pompier »
Non mais je rêve ! tu te crois au cirque ! En tout cas tu est loin d’être un spécialiste de Genesis et si il y a le feu… c’est pas sur toi qu’on peut compter !
Le pompon c’est sur Phil Collins ! C’est un cousin à toi ou quoi ? Regarde ce qu’est devenu Genesis (paix à son âme) sous l’influence de Phil après le départ de Gabriel et compare avec la richesse et la force des morceaux de l’ensemble des disques de Peter depuis qu’il est partis du groupe ! Ah mais j’y pense, peut-être n’as tu jamais écouté du Peter Gabriel ?

le 17 Janvier 2007 par ONCLE VIAND' AGNEAU

Mon préféré de Genesis. J’ai une affection toute particulière pour ce groupe à cette époque, et même si j’apprécie tous leurs disques jusqu’en 1977, celui-ci joue dans une autre division.
La musique va effectivement à l’essentiel en compactant ses titres, mais elle n’a jamais été aussi trouble, aussi floue, aussi obscure, si bien que The lamb est l’album idéal pour se fabriquer nos propres images mentales, là ou les autres disques pèchent par trop de transparence. Je ne trouve pas ce disque inégal, bien au contraire, c’est l’un des rares doubles albums qui parvienne à maintenir le même niveau du début à la fin. Les morceaux n'ont d'ailleurs pas été écrits pour remplir un format double, mais existaient pour la plupart depuis 1970. Par contre, The Lamb n’est pas du tout homogène, et la répartition des titres a de quoi surprendre, avec toutes les chansons sur le premier volume, les instrumentaux et les ambient sur le second.
C’est probablement le seul album où Genesis s’intéresse à la recherche de sons nouveaux. Certaines bidouilles ont pris un sérieux coup de vieux, mais la bizarrerie et l’étrangeté recherchées à l’époque restent intactes.
Le divorce est déjà prononcé, avec Gabriel pour les textes, et Banks/Rutherford pour la musique, le premier agaçant les seconds en ne bouclant pas sa part du travail à temps.
A.T.N. a très justement noté l'importance du jeu de batterie. Une technique et un touché mis au service de la musique. Les caisses claires sur les temps faibles, l’utilisation de la charleston, cette façon d’insérer du ternaire dans du binaire, sans avoir l’air d’y toucher…prodigieux. A cette époque, Collins ne compose rien, (et c’est tant mieux), mais il est la vraie force instrumentale du groupe, bien plus qu’un Hackett ou qu’un Banks ; encore un adepte de la technique invisible comme je l’affectionne. 95 minutes de grâce dans 35 ans de carrière. :-)

le 17 Janvier 2007 par DAVID


J'ai toujours été bluffé par l'évolution de Genesis sur cet album, si peu de temps après Selling England by the pound. C'est d'ailleurs l'opposé de Selling : moderne (les claviers de Banks n'ont plus le même son vintage qu'avant), presque agressif par moments (limite heavy sur Lilywhite Lilith, la guitare de Steve Hackett est très présente pour une fois), très loin de l'ambiance romantico-cul cul la praline de Selling.

Et j'adore comme tu l'as dit, ce côté "droit à l'essentiel" avec des morceaux finalement assez courts. Counting out time (et non pas Counting on time) est la cuvée "pop commercial" de l'album, mais moi elle me plaît bien celle là.
Tout n'est pas parfait, le 2nd disque a quand même quelques longueurs. Pour moi, Genesis ne fera jamais aussi bien après (un peu comme Yes ne fera jamais aussi grand que Relayer après), tellement ça me paraît impossible d'arriver à un tel niveau une 2nde fois.













1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod