Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Aaron DILLOWAY - The Gag File (2017)
Par LE BARON le 22 Mai 2017          Consultée 903 fois

Aaron DILLOWAY est une expérience à lui tout seul. En concert, il se transforme littéralement, passant d’un être calme et concentré au début de ses prestations à une créature grimaçante, agitée de soubresauts, dont on jurerait qu’elle a la bave aux lèvres. Dire qu’il est habité par sa musique relève du doux euphémisme. Il est sa musique, et cette dernière n’est pas là pour transcrire des émotions, mais pour vous les balancer en pleine gueule, sans filtre qui plus est. On ne sort pas indemne d’un tel moment. Heureux d’avoir vécu un moment de grande intensité, soulagé aussi, on préférera tout de même dormir la lumière allumée la nuit suivante.

Aaron DILLOWAY joue en solo. Il utilise plusieurs 8-track tapes, des cartouches à bandes magnétiques utilisées dans les 60’s et 70’s, avant que la cassette ne devienne la norme. La source est donc analogique, et cela participe largement de l’étonnante chaleur sonore qui se dégage des boucles bricolées par le musicien. Chaleur, oui, mais qui est utilisée comme un contraste, car l’étrange résultat sonore n’est pas fait pour nous réchauffer, mais pour nous mettre mal à l’aise. DILLOWAY nous entraîne avec lui dans les tréfonds de sa conscience, rien de moins. C’est prenant, lancinant, rarement agressif mais toujours inquiétant, avec un côté très organique.

Il faut dire qu’en plus de son utilisation des 8-track tapes, DILLOWAY a au fil du temps développé une autre spécialité, celle de chanter avec un micro dans la bouche. Oh, pas un SM58 bien sûr, mais un de ses microphones qui ressemblent à des cigares. Donc, une fois son micro calé en bouche, DILLOWAY chante, ou plutôt : il alterne les bruits de gorge plus ou moins menaçants et les geignements, hachés si possible, ajoutant une couche supplémentaire d’effroi à une atmosphère déjà glauque.

Il y a tout de même une sorte d’humour, ou du moins, un goût du grotesque, par exemple dans le choix des pochettes. Celle de The Gag File, avec ce portrait de marionnette, est symptomatique de l’espèce de drôlerie embarrassante qu’aime DILLOWAY. Les titres des pistes sont du même tonneau. J’avoue ma préférence pour « Karaoke With Cal ». Pas sûr qu’une soirée avec ledit Cal soit le truc le plus marrant du monde, mais parions qu’il s’agit d’une expérience qu’on ne risque pas d’oublier.

The Gag File n’est pas un coup d’essai. Aaron DILLOWAY hante le monde de la musique expérimentale/concrète/noise depuis une vingtaine d’années, avec WOLF EYES, puis à travers diverses collaborations ou albums en solo. Avec The Gag File, DILLOWAY poursuit son exploration d’un incroyable bestiaire, plus proche de la foire aux monstres que d’autre chose. Sa musique, primitive, lancinante, et qui finit toujours par dérailler, vous happe, vous malmène. Elle vous fait également parcourir d’étranges territoires où l’ambiguïté le dispute à l’angoisse. Cela pourrait largement suffire à justifier l’urgence d’écouter ce drôle de type, mais il faut encore ajouter que sa musique est parfaitement abordable, loin de toute construction intellectuelle. Si elle peut déplaire, elle ne peut laisser indifférent. A découvrir absolument.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE :


BREAKBOT
By Your Side (2012)
Voilà de la gaieté en masse et pas chère




Jean-michel JARRE
Oxygène 7-13 (1997)
Plus fort qu'un remake, une suite géniale !


Marquez et partagez







 
   LE BARON

 
  N/A



- Aaron Dilloway (8-track tapes, électronique)


- the Gag File
1. Ghost
2. Karaoke With Cal
3. Inhuman Form Reflected
4. Born In A Maze
5. It's Not Alright
6. No Eyes Sockets For Otto Sindy
7. Switch
8. Shot Nerves



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod