Recherche avancée       Liste groupes



      
PUB ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


SOLID SENDERS - Solid Senders (1978)
Par LE KINGBEE le 17 Juin 2017          Consultée 341 fois

C’est grâce à l’émission télé « Chorus » présentée par Antoine De Caunes sur feu Antenne 2 tous les dimanches que les amateurs découvrent SOLID SENDERS en 1978. Cette émission aura permis de faire connaitre toute une flopée de groupes (Rock, New Wave, Punk, Blues) juste après l’inévitable « Le Jour Du Seigneur ». Après l’hostie, les auditeurs pouvaient se permettre un petit changement de cap avec une petite pinte … l’émission tombant juste à l’heure de l’apéro du dimanche.
Ancien membre de DR. FEELGOOD, Wilko Johnson avait quitté la formation en avril 1977, happé par des tournées épuisantes, le guitariste souhaitant se consacrer à sa famille. En 1978, le guitariste monte un nouveau quatuor avec le pianiste John Potter, un ancien copain d’école. Après avoir tourné quelques mois sur les scènes anglaises, le groupe a donc la chance de se produire à « Chorus » afin de défendre son premier et unique album.

Alors, revenons au nom du groupe*. Si la pochette du pressage anglais édité par Virgin UK présente le disque sous l’intitulé Wilko Solid Senders, un second pressage sous forme de double LP avec 6 titres bonus en Live propose l’appellation SOLID SENDERS. En 1990, une réédition CD avec 6 bonus présentait le disque sous le nom de Wilko Johnson’s Solid Senders. Avouez qu’on a là de quoi s’y perdre. Alors, selon certains ouvrages et interviews dédiés au guitariste, c’est bien le nom de SOLID SENDERS qui demeure le plus véridique.
Revenons à 1978. Wilko Johnson a quitté depuis un an Dr. Feelgood et se retrouve plus ou moins en carafe. Désireux de renouer avec la scène, le guitariste monte alors un petit quatuor avec un ancien copain d’école John Potter, un pianiste avide de notoriété. Les deux musiciens en quête d’une section rythmique s’adjoignent les services de Steve Lewins, un ancien des Count Bishops, et d’Alan Platt, jeune batteur des Ratbites From Hell. Les récentes productions souvent incandescentes du quatuor attirent l’attention du label Virgin qui propose un contrat à Wilko Johnson. Virgin Records longtemps orienté sur le Prog. a changé depuis peu son fusil d’épaule en éditant de la New Wave, de la Pop et du Rock. La firme de Richard Branson veut avant tout faire du fric er décide de placer le groupe sous la houlette du producteur David Batchelor. Pour Batchelor, c’est une aubaine qui ne se refuse pas, il est lui aussi plus sur le carreau après s’être occupé de Nazareth, des Skids et du Sensational Alex Harvey Band qui est en fin de course. Afin d’avoir une sonorité moins abrupte Batchelor décide de faire appel à l’ingé-son John Leckie, un ancien des Studios Abbey Road (Il a déjà enregistré Lennon, Kayak, Soft Machine et figure sur le « Meddle » et « Wish You Were Here » des Floyd).
Tout est réuni pour mettre Wilko Johnson et ses équipiers dans les meilleures conditions: un producteur qui ne lui tient pas la bride, un ingé-son capable d’évoluer entre Rock, Blues et New Wave. Et surtout un groupe qui en veut terriblement, entouré par l’un des meilleurs guitaristes rythmiques d’Angleterre. Johnson n’est pas venu les mains vides, il a composé pendant sa période de repos et apporte deux nouveaux titres, mais les différents membres du groupe ont coécrit la plupart des 11 pistes, seul « Shop Around », gros carton des Miracles de Smokey Robinson, échappant à leurs plumes.
Si ce nouvel opus représente un travail d’équipe bien encadré par un Johnson faisant naturellement office de vedette, il apparait aujourd’hui comme évident que Virgin Records ne s’est jamais véritablement intéressé au groupe, préférant se concentrer sur la promotion de groupes comme XTC, Public Image Limited (PIL), Devo ou The Motors. Le parachutage de « Wilko » devant le nom du groupe s’avère être une coquille ou un désintéressement total de la firme envers le groupe.

Toujours est-il que les Solid Senders vont marquer l’année 78 avec leur seul et unique album sans titre. Si les différentes prestations en territoire britannique et en France laissaient augurer de belles perspectives, ce disque remarquablement abouti demeure la conclusion studio des divers shows du band.
D’entrée de jeu « Blazing Fountains » avec son intro de batterie et une guitare stridente place le disque sur de bons rails. Gros riff de guitare, voix parfaitement reconnaissable, et piano boogie à la Jerry Lee Lewis pour un Rock moderne et entrainant se démarquant de la période Feelgood.
« You’re In My Way », autre Rock plein de nuance, reste marqué par la dualité entre le piano et la guitare. Les paroles typiques du répertoire Rock' n' Roll sonnent déjà comme une fatalité: « I got no class – I drive too fast – I make big money – But it doesn’t last – I don’t care now – That’s what I say … ». La guitare impulse une coloration beaucoup plus roots sur l’ambigu « Dr. Dupree ». Comme une sorte de désenchantement. Etrangement, c’est une pépite de slow down « First Thing In The Morning » (sans lien avec les titres homonymes du saxophoniste James Moody ou de la chanteuse anglaise Kiki Dee) qui allait attirer l’attention des radios. Le saxophone de Dave Brooks (ex Carl Douglas & The Stampede, Patto, Vinegar Joe) distille des volutes de douceurs subtiles sur ce titre dans la lignée du « Baker Street » de Gerry Rafferty, alors que la guitare touche sa cible à chaque note.
« Everybody’s Carrying A Gun » s’annonce comme une fable aussi désenchantée que nostalgique sur un tempo Pub Rock. Ce titre figurera sur l’album « Going Back Home » enregistré conjointement par Wilko et Roger Daltrey en 2014. Les Solid Senders durcissent le ton avec « Signboard » et « Keep Both Eyes On The Road » dans lequel John Potter se prend pour le Killer en personne, un véritable boogie piano à l’anglaise. Mais le groupe ne reste pas cantonné les deux pieds dans le même sabot, « Burning Down » s’inscrit malgré la présence du piano dans un registre à la Clash. Le disque se termine par « I’ve Seen The Signs », une sorte de valse mélancolique avec de légers passages de sax sur un tempo que n’aurait pas renié Ian Dury (futur partenaire de Wilko Johnson). L’unique reprise « Shop Around », œuvre de Smokey Robinson et tremplin pour le label Motown, a connu de multiples versions plus ou moins réussies (Mary Wells, Lloyd Price, Helen Shapiro, jusqu’au duo Captain & Tennille) mais ici le groupe nous convie à une version hommage à Johnny Kidd & The Pirates, repreneur du morceau en 1964. Une version décalée avec une pointe parodique dans laquelle le génie rythmicien de Johnson fait mouche. A noter que l’organiste John Denton, un vieil ami de Wilko, vient faire une petite pige en remplacement de John Potter qui a pris ses jambes à son cou pour voler vers une notoriété qu’il ne connaîtra jamais.

Si cet album ne connut pas en termes de ventes les chiffres escomptés par Virgin et coûta au guitariste plus d’argent qu’il ne lui en rapporta, il permit de relancer sa carrière après son départ de Dr. Feelgood. Aujourd’hui, après avoir vaincu miraculeusement un cancer, Wilko Johnson se produit toujours. On a pu le voir brièvement dans la série HBO « The Game Of Thrones ». Un disque de Rock conjuguant énergie, sincérité et Pub Rock. Ancien enseignant, Wilko Johnson a écrit sa biographie « Don’t You Leave Me Here : My Life » en 2016.

*Pour plus de clarté et une plus grande véridicité, nous proposons ce disque sous le nom de Solid Senders, la dénomination qui aurait normalement dû figurer sur la première pochette, comme en témoigne le guitariste dans sa bio. Steve Lewins est décédé en 2015 des suites d’une cirrhose du foie.

A lire aussi en ROCK par LE KINGBEE :


TOM PETTY & THE HEARTBREAKERS
Pack Up The Plantation Live ! (1985)
RIP - Son premier double live




The INMATES
Shot In The Dark (1980)
Pub rock essentiel


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Wilko Johnson (chant, guitare)
- Steve Lewins (basse, chœurs)
- Alan Platt (batterie, chœurs)
- John Potter (claviers, piano, chœurs)
- John Denton (piano 9)
- Dave Brooks (saxophone 5-11)


1. Blazing Fountains.
2. You're In My Way.
3. Dr. Dupree.
4. Too Bad.
5. First Thing In The Morning.
6. Everybody's Carrying A Gun.
7. Signboard.
8. Keep Both Eyes On The Road.
9. Shop Around.
10. Burning Down.
11. I've Seen The Signs.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod