Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

1980 Visage
1982 The Anvil
 

- Style + Membre : Magazine, Ultravox

VISAGE - The Anvil (1982)
Par ARP2600 le 19 Juin 2017          Consultée 362 fois

Il peut déjà être surprenant pour certains d'apprendre que VISAGE était un puissant supergroupe de new wave et pas seulement le coup d'un single (le fameux « Fade to Grey »), mais en plus ils ont publié plusieurs albums, eh oui. Les deux premiers ont par ailleurs très bien marché, atteignant des places honorables dans les charts britanniques pendant un paquet de semaines, avec plusieurs singles marquants. L'histoire est vraiment cruelle de n'en retenir qu'un titre.

On pourra relire la chronique du premier album pour un bref historique de VISAGE, dont nous rappellerons juste ici qu'il est un assemblage de membres d'ULTRAVOX et MAGAZINE, plus ou moins chapeauté par le chanteur Steve Strange, une des icônes du nouveau romantisme. Entre 1979 et 1982, il s'agissait d'un projet uniquement studio auquel les différents musiciens contribuaient quand ils en avaient le temps. Or, John McGeoch ayant quitté MAGAZINE pour SIOUXSIE and the BANSHEES, il n'a, à son grand regret, plus guère eu le temps. Ce n'est pas un détail car sa guitare était, tout autant que celle de Midge Ure, responsable du son rock du premier album. En découle une orientation nettement plus électronique sur le second qu'ils ont préparé en 81 : The Anvil, où dominent les claviéristes Billy Currie et Dave Formula.

La pochette annonce la couleur tout de suite. Très ambigu dans son costume noir, Steve Strange est outrageusement néo-romantique. On peut même aller plus loin : le titre, et la chanson « Anvil », se réfèrent ouvertement à un club gay new yorkais. Cela n'a pas manqué de créer une certaine polémique, même si cette époque du début des années 80 a peut-être été la plus libérée de l'histoire en la matière. Quel dommage que le sida soit si vite venu briser cette évolution sociale, et du même coup un style aussi pittoresque que le nouveau romantisme avec ses looks excentriques et androgynes.

Musicalement, The Anvil se défend bien. Certains le placent au-dessus du premier, mais je n'en suis pour ma part pas convaincu. C'est un bien bon album, plus proche encore d'ULTRAVOX que le premier... on pensera souvent aux sonorités de Rage in Eden, parfois aussi à Quartet malheureusement, ce qui est logique car il est paru entre les deux. On trouve, heureusement pour la personnalité du groupe, quelques traces du style délirant de MAGAZINE, surtout sur le single « Night Train », où intervient le bassiste Barry Adamson, et sur le funky « The Horseman », voire un peu sur « Wild Life ».

Les meilleurs moments sont certainement les deux premières chansons. « The Damned Don't Cry » est sans-doute le deuxième single le plus connu du groupe, et mériterait d'être le premier car il est infiniment plus vivant que « Fade to Grey », mais bon, on ne commande pas les goûts du public, et encore moins ce qui fait l'histoire ou pas. Un très beau moment de synthpop, quoi qu'il en soit, avec de superbes harmonies mélancoliques qui ne peuvent venir que de Billy Currie. Ensuite, cet « Anvil (Night Club School) », plus rythmique, est très solide, similaire en style et qualité aux grandes chansons de Rage in Eden.

À part l'intéressante conclusion « Whispers », plus lente voire ambiante, il faut bien avouer que le reste des titres n'est guère mémorable. Tout est honnête, l'album est bien construit et le style assez cohérent, mais il y a du remplissage, c'est un fait, ce qui empêche de classer cet album très haut dans la hiérarchie de la new wave. Un bon complément au premier album, donc, ainsi qu'aux discographies d'ULTRAVOX et MAGAZINE, à recommander aux nouveaux amateurs du nouveau romantisme.

A lire aussi en NEW-WAVE par ARP2600 :


SIOUXSIE AND THE BANSHEES
Juju (1981)
C'est du bon mojo, ça, mec !




BAUHAUS
Mask (1981)
Un des sommets du post-punk


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Billy Currie (synthétiseurs, violon électrique)
- Rusty Egan (batterie, chœurs)
- Dave Formula (synthétiseurs)
- Steve Strange (chant)
- Midge Ure (guitare, chœurs, synthétiseurs)
- Barry Adamson (basse)
- Gary Barnacle (saxophone)
- Perri Lister (chœurs)
- Lorraine Whitmarsh (chœurs)


1. The Damned Don't Cry
2. Anvil (night Club School)
3. Move Up
4. Night Train
5. The Horseman
6. Look What They've Done
7. Again We Love
8. Wild Life
9. Whispers



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod