Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1980 Visage
1982 The Anvil
 

- Style + Membre : Magazine, Ultravox

VISAGE - Visage (1980)
Par ARP2600 le 4 Janvier 2016          Consultée 1831 fois

Raconter l'histoire de VISAGE, c'est aborder une bonne partie de celle de la new wave. Avant de parler de la formation complexe de ce qu'il faut appeler un supergroupe, une mise en garde s'impose cependant. Ils ont fait plusieurs tubes mais l'histoire n'en a retenu qu'un... tout le monde connaît « Fade to Grey », mais c'est un peu dommage car cette chanson n'est absolument pas représentative de leur style, elle sent le coup commercial à plein nez et est à tout le moins totalement artificielle. Ensuite, on l'aime ou pas, là n'est pas le problème, mais il faut bien se mettre en tête que VISAGE était en fait un groupe de new wave certes romantique mais bien rock et dynamique sur la plupart de ses titres.

Ceci étant dit, commençons au commencement. Stephen Harrington était un jeune amateur de musique gallois, impressionné comme tant d'autres jeunes britanniques par le concert qu'avaient donné les Sex Pistols dans son patelin. Il a commencé par aider les groupes punk locaux avant de décider de monter à Londres. Là, s'étant renommé Steve Strange, il est vite devenu un personnage important du mouvement néo-romantique naissant. Il a participé à d'éphémères groupes punk du côté de 77-78, mais il a surtout été un DJ et organisateur de soirées important, avec son comparse Rusty Egan. Le club Blitz où il officiait était un bastion de la mode néo-romantique, où il était de bon ton d'arborer les déguisements les plus extravagants et chatoyants.

En 79, Strange et Egan ont eu envie de monter un groupe, à vocation studio, dans le style nouveaux romantiques bien entendu. C'est l'époque où Gary NUMAN avait fait le buzz, lui-même s'étant basé sur le travail d'ULTRAVOX sur Systems of Romance. Rusty Egan avait en parallèle été batteur du groupe RICH KIDS, avec Glen Matlock des Sex Pistols et Mick Jones des Clash, mais également un jeune guitariste-chanteur très talentueux : Midge Ure. Après la dissolution de cet éphémère formation, Egan a donc embrigadé Ure pour former avec Strange la base de VISAGE. Pour renforcer un peu le projet, ils n'ont pas choisi n'importe qui. ULTRAVOX semblait condamné à ce moment et Billy Currie était disponible, il a donc accepté. C'est ainsi que Ure et Currie se sont rencontrés, ont sympathisé et ont vite décidé de remettre ULTRAVOX sur pied, avec les succès qu'on connaît.

Il est plus difficile de savoir ce que sont venus faire dans ce projet trois des cinq membres de MAGAZINE, l'autre groupe essentiel des débuts de la new wave. Et pourtant c'est ainsi, sur le premier album de VISAGE se côtoient aux claviers Billy Currie et Dave Formula, et aux guitares Midge Ure et John McGoech, le tout avec la basse de Barry Adamson sur quelques plages. On croit rêver... comment serait-il possible que ce groupe ne soit pas un des plus représentatifs de la new wave qui soient ? Bien sûr, le mélange ULTRAVOX – MAGAZINE aurait pu ne pas marcher, ce sont des choses qui arrivent, mais ce n'est heureusement pas le cas. En fait, il semble que Steve Strange connaissait un peu tout le monde dans le milieu et c'est ça qui le rend important dans la réussite de ce projet, plus que son chant, certes agréable mais pas très impressionnant non plus. Le fait qu'il y ait trois instrumentaux sur l'album, où il ne fait apparemment rien, est d'ailleurs curieux.

Et donc voilà, même sans connaître les membres du groupe, la première impression qu'on aurait en entendant la chanson « Visage » est d'avoir affaire à un ULTRAVOX avec le piano de Formula et la suite le confirme. Il semble évident que la contribution de Currie et Ure à la composition de cet album a dû être dominante, même si on pensera logiquement aussi à ce que faisait MAGAZINE en 80, sur The Correct Use of Soap, par exemple sur « Malpaso Man ». C'est le cas aussi sur « Tar » et « Mind of a Toy », deux chansons plus glam qui sont paraît-il en fait de la patte de Strange. Difficile de citer d'autres influences, forcément, ce son est trop marqué par des musiciens déjà connus, cependant le cas de l'instrumental « Moon over Moscow » semble prouver que ces musiciens de new wave connaissaient bel et bien les belges de TELEX.

En tout cas, la plupart de ces chansons sont très bien faites et l'album est globalement bien construit, avec des ambiances intéressantes entre kitsch et mélancolie. C'est presque un album supplémentaire d'ULTRAVOX, certes, mais avec un minimum de personnalité propre, et puis quand on voit le niveau qu'ils avaient à l'époque, ce n'est absolument pas un mal. Notons que la nature de supergroupe a rendu la production des albums de VISAGE assez lente, ce qui fait que ce disque est sorti quelques mois après Vienna. Celui-ci reste supérieur, mais bon, il s'agit de la référence absolue de la new wave romantique...

Quelques mots sur « Fade to Grey » ? On ne l'a que trop entendue, malheureusement, c'est le problème des grands tubes comme ça, souvent on s'en lasse vite mais ils sont l'arbre qui cache la forêt, on a le même cas chez The HUMAN LEAGUE. Le grand mystère, c'est qu'elle ne sonne pas très ULTRAVOX, or elle a été écrite par Currie, en collaboration avec Chris Payne, claviériste de Gary NUMAN. Un bon coup, sans doute vu qu'on en parle encore aujourd'hui, mais je ne peux m'empêcher décidément de considérer cette plage comme intruse sur l'album, elle aurait dû être un single indépendant.

La conclusion s'impose d'elle-même. Visage est un très bon album, bien sûr, pas parfait mais très agréable. Il est emblématique de cette époque où cohabitaient encore dans la new wave le rock et la synthpop, on y trouve les deux aspects en train de se dissocier, mais sans y sacrifier la cohérence stylistique, avant tout grâce au talent des musiciens d'ULTRAVOX et de MAGAZINE... simplement, écouter ce disque est logiquement aussi essentiel qu'écouter les discographies de ces deux groupes.

A lire aussi en NEW-WAVE par ARP2600 :


XTC
Go 2 (1978)
Le disque post-punk de xtc.




SIMPLE MINDS
New Gold Dream (81-82-83-84) (1982)
Un des chefs-d'oeuvre de la new wave.


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Billy Currie (synthétiseur, violon électrique)
- Rusty Egan (batterie, chœurs)
- Dave Formula (claviers)
- John Mcgoech (guitare, chœurs, saxophone)
- Steve Strange (chant)
- Midge Ure (guitare, chœurs, synthétiseur)
- Barry Adamson (basse sur 1,2,4)
- Chris Payne (synthétiseur sur 5)
- Brigitte Arens (voix sur 5)


1. Visage
2. Blocks On Blocks
3. The Dancer
4. Tar
5. Fade To Grey
6. Malpaso Man
7. Mind Of A Toy
8. Moon Over Moscow
9. Visa-age
10. The Steps



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod