Recherche avancée       Liste groupes



      
HILLBILLY, ROCKAB, RNR  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Warner MACK - Baby Squeeze Me (2011)
Par LE KINGBEE le 5 Juillet 2017          Consultée 147 fois

Aujourd’hui, le nom de Warner Mack est tombé aux oubliettes. Victime d’un grave accident de voiture en 1964, cet excellent chanteur guitariste a vu sa carrière décliner suite à de multiples problèmes de santé. Né à Nashville en 1935, Warner MacPherson passe son enfance à Vicksburg (Mississippi) où son père pasteur décroche un ministère. Tout gamin, il chante en famille avec ses parents, sa sœur et son frangin, se fait remarquer pour ses aptitudes sportives (baseball et football US) avant de s’orienter vers la musique, sa véritable passion. Admiratif d’Hank Williams et d’Eddy Arnold, le jeune chanteur bifurque soudainement vers le Rockabilly en découvrant les titres Sun (principalement ceux d’Elvis) qui passent sur les radios sudistes.

En janvier 1957, il enregistre cinq démos au Delta Recording Studio de Jimmie Ammons à Jackson, mais le patron de Delta Records ne se montre pas convaincu par le talent du chanteur. Remarqué par Paul Cohen, l’un des patrons de Decca à Nashville, Warner remet le couvert le 24 février gravant quatre chansons qu’il vient d’écrire. Placée dans les mains du producteur Owen Bradley, cette première session à laquelle participent les guitaristes Hank Garland, Grady Martin et Harold Ray Bradley, Owen Bradley officiant au piano, débouche sur les deux premiers singles du chanteur. Decca décide alors de raccourcir son nom pour des raisons commerciales, Warner MacPherson devient Warner Mack. Entre 1957 et 1959, Decca publie six singles du chanteur, mais les disques ne se vendent pas à la pelle faute d’une promotion digne de ce nom. Pourtant « Is It Wrong (For Loving You) » grimpe sur la 9ème marche des charts Country et figurera dans les classements durant 36 semaines. En 1959, Warner poursuit sa route sur des labels plus modestes (Scarlet, Top Rank, Kapp). Il revient chez Decca en 1962 pour une période de dix ans et un répertoire résolument ancré dans la Country sixties, remportant son plus gros succès en 1965 avec « The Bridge Washed Out » numéro 1 des classements Country. Warner Mack est également le premier countryman à enregistrer. Véritablement diminué physiquement, Warner Mack est viré par sa maison de disque alors qu’il disposait d’un contrat de vingt ans. Le chanteur monte ensuite sa propre maison d’édition et son label Pageboy Records. Son travail d’auteur compositeur connaît de belles réussites (Kitty Wells, Lynn Anderson, Loretta Lynn, Jean Shepard, Charlie Louvin, George Jones, Pat Boone ou Ricky Van Shelton). Warner Mack participe à deux tournées en Angleterre en 1982 et 84 et stoppe sa carrière en 1992 à cause de problèmes de vision. Depuis 2010, il s’est retiré à Smyrna, une ville située au sud de Nashville.
Si Warner Mack a fait l’essentiel de sa carrière dans le Hillbilly et la Country nashvillienne, le chanteur demeure toutefois l’auteur de deux classiques du Rockabilly : le mid tempo « Is It Wrong (For Loving You) » et « Roc- A-Chicka » (futures reprises de Jim Lowe et Frankie Vaughan).

Si la discographie de Warner Mack totalise une trentaine de disques (compilations comprises), « Baby Squeeze Me » permet de (re)découvrir cet excellent chanteur de Country. Cette compilation de 38 titres axée sur la période 1957/1961 propose de plus 7 inédits dont 3 spots publicitaires (hélas du même morceau). Le compilateur incorpore judicieusement 14 titres rares issus d’une session de 1961 sous la houlette de Paul Cohen. Mais cette compil regroupe surtout les 5 démos gravées en 1957 au Delta Recording Studio considérées à tort comme perdues.
Bien évidemment, si une grosse moitié des pistes nous invite à explorer un répertoire typique du Hillbilly fin sixties, nous retrouvons ici quelques pièces de Rockab et de pur Rock' n' Roll de haut calibre. 26 titres proviennent de la plume du chanteur, songwriter prolifique et efficace. C’est vers un répertoire éclectique que nous convie cette compil. Grosso modo, nous retrouvons ici 8 titres de Teen Rock, 2 Honky Tonk, 5 Hillbilly, 3 Rockab, 3 Rock' n' Roll, 3 Hillbilly Rock (plus les 3 versions du spot commercial « Mary Cartet Paint », 11 ballades dont 4 Slows bien dans l’air de l’époque. Cette palette harmonieusement bigarrée témoigne de la richesse de ce chanteur trop catalogué dans le tiroir de la Country de Music City.

Les pièces Rockab et Rockandrollesques sont particulièrement solides : « Roc-A-Chicka » demeure bourré d’énergie et de second degré, tandis que « Baby Ain’t Moving Me Anymore » ne déparerait pas du registre preslien. Mack savait aussi se réapproprier certains standards, sa reprise de « Baby Let’s Play House », succès d’Arthur Gunter pour Excello et futur hit Sun du King, comporte d’excellentes nappes de Hillbilly Rock bien roots, une version moins syncopée que la plupart des reprises. Autre bon moment avec « Ubangi Stomp », popularisé par Warren Smith pour Sun Records, délivré ici avec tous les ingrédients péquenauds pour une interprétation se différenciant des futures reprises d’Alice Cooper ou des Stray Cats. Le chanteur se montre également dans son élément dans le Hillbilly Rock : « I’ve Found Love » et le Teen Rock « Down By The Waterfalls » s’inscrivent direct dans un répertoire à la Johnny Horton.
Warner Mack savait aussi adoucir le tempo avec quelques ballades divergentes. « Won’t Do That No More » et l’excellente « Just Living My Life » s’avèrent délicieusement bluesy, alors que « My Ann » diffuse une ambiance exotique proche d’un calypso dans la lignée du duo Nina & Frederick. Le Hillbilly fifties ne pouvait être occulté. « Lonesome For You Know » avec passage de steel guitar et « Your Fool » dans lequel Don Helms (ex accompagnateur d’Hank Williams, Johnny Cash et Lefty Frizzell) distille un parfait contrepoint au violon, font office de pièces fortes rappelant les premières influences du chanteur. Warner se montre aussi à son aise sur des faces plus modernes destinées à un auditoire teenagers : « Someone, Somewhere », « I Don’t Know Why » ou « First Chance I Get » portent la marque de fabrique d’une Country Rock early sixties. Signalons pour conclure « Honk Tonk Song », œuvre de Mel Tillis, issue d’une séance Live enregistrée dans le studio d’Owen Bradley. Une version s’intercalant entre l’originale et les futures relectures de Carl Perkins ou de la blueswoman Koko Taylor.

Si le répertoire risque de produire une impression « has been » ou de mode dépassée (particulièrement aux plus jeunes), il n’en constitue pas moins un éventail éclectique et cohérent de la musique Country d’une époque charnière. Chanteur expressif capable de nuances, Warner Mack n’a jamais connu la carrière qu’il méritait. Certains témoignages nous dévoilent qu’il ne courait pas après la notoriété.
Signalons que ce CD est accompagné d’un livret intérieur richement illustré (42 pages) et que comme à son habitude le label Bear Family s’est livré à un excellent dépoussiérage sonore. Seuls petits hics, la chronologie des enregistrements n’est pas respectée et les noms de certains intervenants ne figurent pas dans la sessiongraphie, Warner Mack ne se rappelle plus lui-même tous ses équipiers. « Baby Squeeze Me » nous semble être le meilleur moyen pour découvrir cet artiste ayant enregistré plus de 180 chansons rien que pour la firme Decca. La note de 3,5 (ramenée à 3) nous semble justifiée.

A lire aussi en COUNTRY par LE KINGBEE :


Emmylou HARRIS
Quarter Moon In A Ten Cent Town (1978)
Album de l'une des diva de la country




CROOKED STILL
Shaken By A Low Sound (2006)
Du newgrass acoustique avec une superbe chanteuse


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Warner Mack (chant, guitare rythmique)
- Hank 'sugarfoot' Garland (guitare 2-4-5-13-15-17-18-21-22-31-33-35)
- Grady Martin (guitare 2-4-5-13-15-17-18-21-22-31-33-35)
- Harold Ray Bradley (guitare 2-4-5-13-15-17-18-21-22-31-33-35)
- Don Helms (steel guitar 2-4-5-33)
- Bob Moore (basse 2-4-5-13-15-17-18-21-22-31-33-35)
- Farris Coursey (batterie 2-4-5-13-17-18-22-33)
- Morris Palmer (batterie 21-31)
- Buddy Harman Jr. (batterie 15-35)
- Owen Bradley (piano 2-4-5-13-18-21-31)
- Marvin Hugues (piano 17-22)
- Papa John Gordy (piano 25)
- Leonard Stopellaire (orgue 15-35)
- Wilda Tinsley (violon 17-22)
- Solie Isaac Fott (violon 17-22)
- Lillian Vann Hunt (violon 17-22)
- Ovid Collin (violon 17-22)
- Michael Semanitzky (violon 17-22)
- Dale Pottre (violon 38)
- John Kline (violon 17-22)
- The Jordanaires (chœurs 2-5-33)
- Anita Kerr Quartet (chœurs 13-15-18-35)


1. Baby Let's Play House.
2. Baby Squeeze Me.
3. Falling In Love.
4. Is It Wrong (for Loving You).
5. Lonesome For You Now.
6. Down By The Waterfalls.
7. Say Those Love Words.
8. I've Found Love.
9. Prison Of Love.
10. Now I'm Living.
11. Oh, You Better Be Careful.
12. I'll Run Back To You.
13. Roc-a-chicka.
14. Ubangi Stomp.
15. Anything For You.
16. Won't Do That No More.
17. Suddenly.
18. Since I Lost You.
19. Just Living My Life.
20. Someone, Somewhere.
21. Too Bashful.
22. Going Away To School.
23. Baby Ain't Moving Me Anymore.
24. I Heard You Crying In Your Sleep.
25. That's My Heart's Desire.
26. I Do'n Know Why.
27. Tell Me Darlin'.
28. My Ann.
29. What A Feelin'.
30. My Love For You.
31. First Chance I Get.
32. Mary Carter Paint (prise 2)
33. Your Fool.
34. Mary Carter Paint (prise 1)
35. Yes, There's A Reason.
36. I'm Just Older And Wiser.
37. Mary Carter Paint (prise 3)
38. Honky Tonk Song.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod