Recherche avancée       Liste groupes



      
NEWGRASS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



CROOKED STILL - Shaken By A Low Sound (2006)
Par LE KINGBEE le 13 Avril 2016          Consultée 696 fois

Auteur d’un excellent autoproduit en 2004 ("Hop High"), CROOKED STILL décroche un contrat deux ans plus tard avec Signature Sounds, un label indépendant spécialisé dans le Folk et l’Americana. On peut dire que Jim Olsen, big boss du label, a eu la main heureuse. On pourrait même se gausser et dire que ce patron a la main bleue, a défaut de verte, tant le registre Bluegrass (herbe bleue) prend ici toute sa signification.

Les quatre membres de cette formation originaire de Boston se sont croisés au sein des Republic Of Strings du fiddler Darol Anger et des Wayfaring Strangers. La chanteuse guitariste Aoife O’Donovan et le contrebassiste Corey DiMario partageaient les mêmes bancs au Conservatoire de Boston. Ils sont rejoints par le violoncelliste guitariste Rushad Eggleston, étudiant au Berklee College, une autre usine à musiciens, puis par le banjoïste Gregory Liszt, un garçon apparemment plus sérieux puisque élève prometteur du MIT (Massachusetts Institute of Technology). Bref quatre têtes pensantes qui vont rapidement se transformer en virtuoses. Après avoir écumé toutes les kermesses, le circuit des bars, les festivals Bluegrass, Jazz et Country et parcouru la moitié du pays pendant 18 mois, le quatuor n’allait pas tarder à faire les gros titres des revues spécialisées.

CROOKED STILL n’est pas une formation Bluegrass traditionnelle. Son répertoire n’a pas grand-chose à voir avec celui des pionniers (Delmore Brothers, The Callahan Brothers, The Stanley Brothers, Bill Monroe & the Blue Grass Boys ou bien Flatt & Scruggs pour ne citer que les principaux) ni avec celui du Folk Revival. Ici c’est de New Grass, de Jazz Grass de Bluegrass Alternatif ou de Progressive Bluegrass dont il s’agit. Pour nos autres européens, la barrière entre ces différentes étiquettes reste plus ou moins nébuleuse. Pour schématiser, ce répertoire acoustique se désengage de ses influences appalachiennes et sudistes. Mais les racines, le Folk d’avant guère et l’Old Time ne sont pas rayés de la carte pour autant.

"Shaken By A Low Sound" se caractérise par un étonnant assemblage d’instruments: des guitares acoustiques, un banjo, une contrebasse, un violoncelle auxquels vient se greffer un violon sur un quart des titres. Ici pas d’électricité ni de batterie (juste une percu minimaliste sur "New Railroad") Mais l’attrait principal de cet album, en dehors de son répertoire et de l’orchestration, réside dans le chant d’Aoife O’ Donovan. L’album fait la part belle aux ballades et s’ouvre sur "Can’t You Hear Me Callin", un beau clin d’œil à Bill Monroe, l’un des instigateurs parmi les plus rigoristes du Bluegrass à Grand Papa. Autre bonne ballade "Ecstasy", une compo de T.W. Carter, où le banjo vient en contrepoint d’un violoncelle mélancolique. "Wind And Rain" la dernière ballade concluant l’opus plonge l’auditeur dans une torpeur genre vague à l’âme.

Mais tout n’est pas que tristesse dans le monde du Newgrass, "Oxford Town", une reprise de DYLAN tout juste reconnaissable, incite l’auditeur à quitter sa chaise pour se lancer dans une quadrille et taper du pied. Le mid tempo "Ain’t No Grave" pourrait figurer dans la BO de Délivrance. La formation reprend "Railroad Bill" »un vieux Rag Grass issu du Piémont composé par Frank Hovington (alias Guitar Frank, un bluesman black). Autre belle pièce de Blues avec "Come On In My Kitchen" de Robert JOHNSON.
Dans le cadre du Newgrass, le quatuor modernise "Little Sadie" un vieil Old Time du banjoïste Clarence "Tom" Ashley, titre repris par son ancien partenaire DOCWATSON. Grand moment de nostalgie avec "Lone Pilgrim" une ballade de Aunt Molly Jackson, une figure du Folk et activiste pour l’Union.

La dualité complémentaire entre le banjo, la contrebasse et le violoncelle mettent en valeur le vocal d’Aoife (prononcez Eefuh) O’Donovan. Le répertoire conjugue Folk, Old Time du Kentucky, Bluegrass et Blues délivré à la sauce Newgrass s’avère être un pur joyau. A noter que le banjoïste Gregory Liszt, en dehors de ses études sur la biologie moléculaire (tout un programme !) a incorporé le Band du Boss SPRINGSTEEN durant une longue tournée américaine. Un album rafraîchissant boosté par une vocaliste de premier plan. A découvrir!

A lire aussi en COUNTRY par LE KINGBEE :


JIMMIE LOGSDON
I Got A Rocket In My Pocket (1993)
Influencé par hank williams puis adepte du rockab.




Link DAVIS
Big Mamou (2009)
Virtuose mêlant blues cajun western swing et rock


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Aoife O'donovan (chant, guitare 8)
- Rushad Eggleston (violoncelle, guitare 4)
- Gregory Liszt (banjo)
- Corey Dimario (contrebasse)
- Casey Driessen (fiddle 4,6,8,11)
- Scott Amendola (percussion 3)


1. Can't You Hear Me Callin.
2. Little Sadie.
3. New Railroad.
4. Oxford Town/cumberland Gap.
5. Lone Pilgrim.
6. Come On In My Kitchen.
7. Ain't No Grave.
8. Ecstasy.
9. Mountain Jumper.
10. Railroad Bill.
11. Wind And Rain.



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod