Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK CELTIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : The Silencers

The CELTIC SOCIAL CLUB - A New Kind Of Freedom (2017)
Par MARCO STIVELL le 21 Juin 2017          Consultée 910 fois

Il y a trois ans, le premier album du CELTIC SOCIAL CLUB avait constitué une belle surprise rafraîchissante, à point nommé pour les vacances de juillet-août. Au lieu de rejoindre vos plages ensoleillées ou alors vos montagnes pour les plus réfractaires à l'esprit estivant, on vous poussait au fin fond de la Bretagne, dans un pub où l'orchestre joue fort, celui de Jimme O'Neill et sa bande de copains !

Seule modification depuis cette époque, le co-fondateur Jean-Pierre Riou a décidé de quitter le navire pour reprendre celui de RED CARDELL. Il est remplacé par Goulven Hamel aux guitares, mandoline et banjo, qui a joué pour SANTA CRUZ et MIOSSEC. Quoiqu'il en soit, cette fière équipe de (sept) musiciens a eu le temps de rouler sa bosse, notamment pendant l'année 2016, de la Bretagne au Vietnam et de la Suisse à New York City.

L'album A New Kind of Freedom est plus proche encore de ce que l'on espère entendre de la part d'une formation comme le CELTIC SOCIAL CLUB. Les influences reggae y sont très discrètes, les invités absents ou presque, et l'influence de POGUES se fait nettement mieux ressentir. Les délires vocaux de l'excellent Jimme O'Neill ressortent dès l'introduction, tandis que la suite de la chanson propose une forme de pop américaine mélangée à l'influence celtique.

Le violon de Pierre Stéphan, le banjo de Goulven Hamel et les uilleann pipes de Ronan Le Bars s'en donnent à coeur joie et font les transitions entre les refrains. Ca joue fort, l'énergie est très communicative. Les couleurs antillaises de "Lucy Wan" sont bien rythmées par l'harmonica de Mathieu Péquériau et l'emploi des vocaux, conjointement à tout le reste, font beaucoup penser aux CLASH dans leurs élans les plus créatifs... Mis à part que la bande à Joe Strummer n'aurait pas proposé de variation jig gaélique à la fin ! Ici, c'est parfait.

"Hollieman" et ses basses fortes apportent un vent de nouveauté tout à fait bienvenu, c'est un autre titre qui "déménage" à sa façon ! Le groupe libère son imagination virtuose, choeurs, guitares jumelles, harmonica, 12 cordes électrique... L'osmose entre les musiciens se fait ressentir mieux que jamais. On ne peut que deviner la tournure qu'un tel titre prend sur scène, avec un public en délire ! De même pour "The Birds" et ses faux chants féminins, ou "Sack a Bones" et ses guitares très surf-music.

Puis vient le temps des rencontres, Faada FREDDY en l'occurrence. L'artiste sénégalais, de plus en plus populaire sur les créations bretonnes (il a chanté avec Cécile CORBEL l'an dernier), participe à l'émouvant carol/chant de Noël "Christmas 1914", en hommage à cette célébration où, en pleine "drôle de guerre", les ennemis des tranchées ont fraternisé un moment. L'âme du morceau évoque énormément TRI YANN.

En écho aux Nantais, d'ailleurs, ce deuxième effort propose des morceaux plus raffinés en termes d'arrangements, sur des compositions moins strictement traditionnelles dans leurs structures. "Dreams to Believe in" s'inclue parmi les morceaux où la rythmique, batterie et basse, tient un rôle prépondérant et qui n'est pas forcément celui de faire danser ou soutenir les instruments traditionnels. Les mélodies sont incantatoires, hypnotiques.

"Aliens" mélange à loisir la sauce BEATLES et PINK FLOYD, tandis que les sept minutes d'"Afterthefall #2" dévoilent clairement des accointances d'O'Neill & co avec le rock progressif à la STEELEYE SPAN (cette conclusion funk cosmique !). Bien sûr, ces hommages divers ne se laisseraient pas apprécier si la qualité musicale n'était pas au rendez-vous. Or, c'est le cas, un régal de quelques quarante minutes.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


MYRDHIN
Graal (1972)
Harpe celtique et voix, poésie garantie




Bernard BENOIT
Rigena (1978)
Morceaux courts et morceau long


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Jimme O'neill (chant, guitares)
- Goulven Hamel (guitares, mandoline, banjo)
- Richard Puaud (basse, chœurs)
- Manu Masko (batterie, claviers, samples, chœurs)
- Pierre Stéphan (violon)
- Mathieu Péquériau (harmonica, guimbarde, chœurs)
- Ronan Le Bars (uilleann pipes, low whistle)


1. A New Kind Of Freedom
2. Dreams To Believe
3. Lucy Wan
4. Hollieman
5. Christmas 1914
6. Aliens
7. The Birds
8. When You Need Someone
9. Sack A Bones
10. Afterthefall #2



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod