Recherche avancée       Liste groupes



      
HILLBILLY ROCK N ROLL  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Glenn REEVES - Johnny On The Spot (2011)
Par LE KINGBEE le 23 Juillet 2017          Consultée 135 fois

Si le nom de Glenn REEVES n’évoque rien dans les limbes de votre cerveau, n’allez pas vous jeter sous un train et évitez d’ingurgiter trois tubes d’antidépresseurs, ce gus est quasi inconnu en Europe, n’ayant enregistré que neuf petits singles entre 1955 et 1969. En 1978, la firme MCA lui consacre un album, enfin disons plus exactement un demi disque, le volume 18 de la série « Stars Of Rock' n' Roll » qui se partageait entre une face de Terry Nolan et une autre de notre rocker méconnu.

Glenn REEVES voit le jour à la fin de l’année 1930, à Shamrock, une bourgade au sud de Dallas où sa mère est pasteur pentecôtiste. Afin d’échapper à la Bible (élément fédérateur de cette congrégation religieuse), le gamin joue dans l’équipe de Foot US de son collège puis se met à la trompette. A l’adolescence, Glenn se met à la guitare et intègre un petit groupe local de Western Swing. Après avoir étudié à l’Université de Houston, il est enrôlé chez les Marines et part combattre en Corée. A son retour, il devient disc-jockey pour la KCTX une radio texane. Marié à 21 ans, la famille Reeves s’établit à Jacksonville en Floride. C’est là que notre Texan fait équipe avec le steel guitariste Tommy Durden et Mae Boren Axton, une compositrice créatrice de plus de 200 chansons. Et c’est à cette période que Glenn REEVES aurait pu connaître une plus grande notoriété : si la rumeur prétend qu’il a grandement collaboré au titre « Heartbreak Hotel », sans en être accrédité, notre Texan est le premier à l’enregistrer sous forme de démo en novembre 1955, soit deux mois avant qu’Elvis ne l’immortalise en janvier 56 dans les studios de la RCA avec à la clef un premier disque d’or.
On peut se demander quelle aurait été la carrière du Texan s’il avait mis en boîte ce standard avant le King.

Glenn REEVES n’a jamais enregistré pour la RCA ni jamais commis le moindre disque d’or et se contente d’un premier single pour le label Republic, une petite maison de disque que Murray Nash vient de racheter à Bill Beasley. Il enchaîne avec un single pour la toute nouvelle écurie Atco, mais son contrat s’arrête au bout d’un unique 45 tours. Entre 1957 et 58, REEVES prend part à trois séances dans les studios Decca de Nashville sous la houlette du producteur Vic McAlpin avec à la clef quatre microsillons qui n'ont connu qu’un succès d’estime. Le Texan partage alors son temps entre son job d’animateur radio, des concerts intégrant des tournées package et son travail d’écriture, composant ainsi avec Mae Axton « Honey Bop » pour Wanda Jackson et divers titres mineurs pour Faron Young et Jean Chapel.
Au début des sixties, déçu par le manque d’impact de ses compositions à Nashville, REEVES regagne la Floride, redevient disc-jockey pour la WQIK et anime une émission télé « The Glenn Reeves Show » dédiée à la Country. Victime d’un accident de voiture, il doit mettre un terme définitif à son show TV et rebondit dans l’organisation de Jamboree. Il enregistre en 1967 un dernier single pour le micro label Envy par le biais de Buddy Killen (contrebassiste, songwriter et producteur bien connu) et s’oriente durant les seventies dans l’organisation de concerts pour camionneurs, son job d’animateur radio et de producteur exécutif du Wheling Jamboree, l’une des plus célèbres émissions radio passant sur la WWVA. Glenn REEVES est décédé en 1998 d’un cancer, la tête pleine de rêves jamais concrétisés.

Cette compilation de 25 titres remet au goût du jour ce grand méconnu. Curieusement intitulée « Johnny On The Spot », issu d’un single TNT gravé en 1955 et véritable pièce de Western Swing, le recueil propose pas moins de six inédits (l’alternate de « That’ll Be Love » annoncée comme inédite était parue sur deux bootlegs édités par Cactus et Encore). On retrouve donc ici tous les titres gravés par notre Texan dont la fameuse démo de « Heartbreak Hotel » délivrée en acoustique sous une tonalité des plus roots pleine de saveurs. L’univers de REEVES se caractérise par trois registres bien distincts : des ballades à tendance Hillbilly (« I’m Hangin’ Around », « Precious Years » portée par la guitare d’Hank Garland, « The Last Time ») et des ballades teens faisant office de romances (« She Traded Her Pigtails For A Toni », « I Found A Dream » ou l’arrache cœur « Tortured Heart »). Le Hillbilly fait également figure de variable de cet éventail musical : « The Last Time », « I’m Johnny On The Spot » un véritable Western Swing, tandis que « The Blues Are Out Tonight » s’inscrit de plus dans le domaine de la valse texane.
C’est bien évidemment sur ses faces énergiques que Glenn Reeves parvient le plus à retenir l’attention. Nous retrouvons ici du Rock' n' Roll pur jus : « Rock Around The World » avec Grady Martin et Hank Garland aux guitares, « Tarzan » avec en filigrane le thème de la jungle très en vogue en cette fin fifties, « Rock-A-Boogie Lou » clin d’œil à Huey « Piano » Smith. Le Hillbilly Rock demeure bien présent avec « That’ll Be Love », « He Gotta Way » ou « Woman Trouble » gorgé d’une pointe bluesy. Mais c’est bien sur les deux titres les plus dynamiques que le chanteur donne le meilleur de lui-même avec le Rockab « Rockin’ Country Style », bien dans les codes de l’époque et « Drinkin’ Wine Spo Dee O Dee », œuvre de Sticks McGhee popularisée par Malcolm Yelvington pour Sun et Johnny Burnette.

Cette anthologie de 25 titres bénéficiant d’un excellent dépoussiérage sonore permet de découvrir un honnête second couteau voguant entre Hillbilly et Rock' n' Roll. Si cette compilation ne demeure pas indispensable, elle devrait intéresser en priorité les amateurs d’Hillbilly texan et nashvillien et de Rock fifties. Une note de 2,5 ramenée à 2, aucun des titres n’étant rentré dans les charts. Un artiste à classer dans le registre du Hillbilly et plus généralement dans la Country.

A lire aussi en COUNTRY par LE KINGBEE :


Johnny BOND
Put Me To Bed (2007)
Classique hillbilly fifties avec harmonica.




Link DAVIS
Big Mamou (2009)
Virtuose mêlant blues cajun western swing et rock


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Glenn Reeves (chant, guitare 20-21-25)
- Tommy Durden (guitare 25)
- Hank Garland (guitare 1-2-3-4-5-6-7-8-9-12-13-14-15-16-17)
- Harold Bradley (guitare 1-2-3-4-5-6-7-8-9-12-13-14-15-16-17)
- Grady Martin (guitare 1-2-4-5-6-7-8-12-13-14-15-16-17)
- Bob Moore (basse 1-2-4-5-6-7-8-12-13-14-15-16-17)
- Farris Coursey (batterie 1-5-6-8-12-13-14-15-16-17)
- Buddy Harman Jr. (batterie 2-3-4-7-9)
- Owen Bradley (piano 1-3-5-6-8-9-12-13-14-15-16-17)
- Hargus Robbins (piano 2-4-7)
- Augie Clevanger (saxophone 1-8-12)
- Robert Young (saxophone 1-8-12)
- Boots Randolf (saxophone 2-4-7)


1. Rock Around The World.
2. I Can't Love You (like You Want Me To Do).
3. Rockin' Country Style.
4. Tarzan.
5. I'm Hangin' Around.
6. Precious Years.
7. Born To Cry.
8. Betty's Bounce.
9. Drinkin'wine Spo Dee O Dee.
10. The Last Time.
11. That'll Be Love.
12. Rock-a-boogie Lou.
13. She Trated Her Pigtails For A Toni.
14. He Gotta Way.
15. I Found A Dream.
16. Tortured Heart.
17. Woman Trouble.
18. Wasted Time, Wasted Years.
19. I Ain't Got Room To Rock.
20. I'm Johnny On The Spot.
21. The Blues Are Out Tonight.
22. That'll Be Love (alternate).
23. Heartbreak Hotel.
24. My Home Town.
25. Today (is The First Day).



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod