Recherche avancée       Liste groupes



      
POP/R\'N\'B  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


FIFTH HARMONY - Fifth Harmony (2017)
Par MARCO STIVELL le 2 Septembre 2017          Consultée 230 fois

Une bonne raison de s'intéresser à FIFTH HARMONY : Lauren Jauregui, jolie de voix comme de corps (en haut à gauche sur la pochette, quoique pas assez mise en valeur). La seule à sortir un peu du précarré black-latino d'un point de vue musical et des simili Beyoncé & co en citant JOURNEY parmi ses influences principales, fait toujours partie du groupe. C'est du moins toujours le cas malgré les projets parallèles, et un effectif réduit de 5 à 4 membres après le départ de Camila Cabello. De là à se renommer Fourth Harmony...

Un album du girl-band floridien n'est pas une partie de plaisir de façon générale. On entend Lauren c'est vrai, mais souvent noyée au milieu de ses copines Ally, Dinah et Normani. Cela dit, même sur un album solo, elle aura de la difficulté à se départir du bouillon r'n'b continuel du groupe relevé à la pop minimaliste en vogue, court-bouillon même parce qu'on en est à trois albums en trois ans. 7/27 et ses tubes à la pelle ont pas mal marqué les jeunes esprits l'été dernier.

Alors, que reste-il de Fifth Harmony, l'album à la pochette trouble (quelle idée !) ? Pas grand-chose, une fois de plus, sinon des morceaux qui peuvent passer mieux que d'autres comme "Messy", "Bridges" et "Sauced Up", parce qu'il y a de vraies mélodies sur les refrains, ensoleillées et pas trop garnies de rap. En revanche, il y a comme toujours, trop d'effets sur les voix, Lauren au début de "Sauced Up", Normani ensuite. C'est comme ça ? Il faut s'y faire ? Vraiment ?

Et alors ce chat à la noix, transformation du chant comme pour "The Life" l'an dernier et, ici, sur les ponts de "Make You Mad", il faut s'y faire aussi ? Mais oui vous me direz, les chats ne sont pas loin de gouverner le monde, avec toutes les images-memes/GIFs/vidéos gentilles ou débiles que l'on trouve sur YouTube et les réactions en masse que cela crée. J'aime bien les chats cela dit !

De la pop faite pour marcher, avec les rythmes minimalistes qui apportent un groove léger et tous les poncifs du genre, rap féminin compris, boîtes à rythmes qui jouent des rythmes rapides infaisables à la batterie, auto-tune, tout y est dans cette musique factice et on se plait parfois à penser comment cela pourrait sonner autrement. En tout cas, le piano de "Deliver", le Fender Rhodes de "Messy" et une rare guitare sur "Bridges" sont là pour nous le suggérer. Vivement que la musique en général s'humanise à nouveau, pour de vrai !

Après, ce n'est pas désagréable pour peu qu'on se prête au style, et qui donne aussi de bonnes surprises, "Deliver" justement dans un style r'n'b à l'ancienne, et l'inattendu "Don't Say You Love Me", une véritable oasis dans le désert, un titre frais et sans excès ! En fait, sur les derniers titres, on atteint la plage, c'est agréable. C'est aussi l'avantage d'écouter FIFTH HARMONY plutôt que de les regarder, pas de costume osé conjugué à des danses plus déconcertantes que réellement sensuelles. Même chose pour les paroles, entre les parts sentimentales et les autres provocantes, le choix est vite fait.

"Down" est un duo avec le rappeur Gucci MANE, et là on retombe dans les poncifs lourdingues, notamment celui du beau ténébreux (parce qu'il a des lunettes de soleil) qui rappe – synonyme de cool aujourd'hui – et se flatte lui-même entre deux couplets. On préfère entendre les filles se faire des passes vocales sur "Lonely Night" même si il y a de l'Auto-Tune plus que limite, dommage.

Le côté frais et ensoleillé des quatre derniers morceaux relève la sympathie que peut inspirer ce groupe, jusque là fort réduite pour un non-fan. L'avantage sur ce disque, c'est qu'il y a moins de tubes et de contraste entre les chansons, d'un point de vue efficacité. De plus, il n'y en a que dix. Du coup, si FIFTH HARMONY suit des pentes déclinantes jusque dans leur effectif et qu'elles y gagnent, on peut espérer moins de Pro-Tools et d'Auto-Tune pour la prochaine fois ? Moins de compositeurs, moins de producteurs (Skrillex et Poo Bear ici) ?

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Joe JACKSON
Rain (2008)
Pop soft pour un jour de pluie




Bruce HORNSBY
Scenes From The Southside (bruce Hornsby & The Range) (1988)
Rêve musical


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Down
2. He Like That
3. Sauced Up
4. Make You Mad
5. Deliver
6. Lonely Night
7. Don't Say You Love Me
8. Angel
9. Messy
10. Bridges



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod