Recherche avancée       Liste groupes



      
SYMPHONIQUE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


2017 Brimstone
 

- Membre : Junkie Xl

Tom HOLKENBORG - Brimstone (2017)
Par AIGLE BLANC le 8 Septembre 2017          Consultée 191 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Sorti en novembre 2016, Brimstone (traduit par "Souffre" en français) est un projet original de part sa production franco-néerlandaise et de part le genre dans lequel il s'inscrit : un mix de néo-western très fortement gratiné de thriller évangélique. Le film de Martin Koolhoven est souvent comparé à La Nuit du Chasseur (1955), l'unique film (et chef-d'oeuvre) de l'acteur britannique Charles Laughton avec l'inoubliable Robert Mitchum dans le rôle du faux prédicateur et vrai bandit uniquement préocupé par le butin caché d'un voisin de cellule et qu'il cherche par tous les moyens à se procurer en n'hésitant pas à harceler les enfants de ce dernier.
Le film de Martin Koolhoven, malgré quelques critiques plutôt positives, ne semble pas avoir marqué les mémoires. Il présente la particularité d'avoir été censuré en France en obtenant une interdiction aux moins de 16 ans. Au vu des commentaires des internautes, il semblerait que cette interdiction ne soit pas usurpée, le film abordant de front la violence infligée aux femmes dans l'Ouest américain à la fin du XIX°siècle.
Le sujet en effet est très proche de La Nuit du Chasseur : Liz qui vit dans la petite bourgade de Brimstone, dans l'Ouest américain, voit sa vie bouleversée le jour où débarque dans la ville un mystérieux prêcheur sadique qui la traque depuis l'enfance et auquel elle tente encore une fois désespérément d'échapper.
C'est la belle Dakota Fanning qui incarne Liz tandis que le prêcheur (le croquemitaine) a les traits rugueux de l'acteur Guy Pearce.

Le choix de Tom Holkenborg à la musique de Brimstone peut paraître des plus étonnants. En effet, ce musicien néerlandais né en 1967 et qui réside aux USA produit d'habitude de la House progressive sous le nom d'artiste Junkie XL. Or, pour le film, Martin Koolhoven lui commande un score orchestral que le compositeur non seulement écrit, mixe et produit, mais dont il signe aussi les arrangements orchestraux avec la collaboration de Emad Borjian. L'orchestre, lui, est conduit par Gavin Greenaway, exécuté par le Galaxy Symphonic Orchestra tandis que le Flemish Radio Choir interprète les parties chorales.
Il y a deux façons d'écouter et d'apprécier cette Bande Originale de Film. Soit vous êtes fan de musiques de films, et vous collectionnez les scores symphoniques. Dans ce cas, vous allez adorer les compositions de Tom Holkenborg. Mais pour vous qui ne raffolez pas des musiques de films, lesquels perdent à vos yeux la majeure partie de leur intérêt en l'absence des images, la longueur du disque (70 minutes) risque d'être rédhibitoire d'autant plus que le score de Tom Holkenborg adopte une seule tonalité qu'il exploite jusqu'à plus soif.

Que le réalisateur et scénariste du film ait suggéré au musicien une musique expressive et tragique n'est pas contestable en soi, mais de là à nous imposer 70 minutes d'orchestre affligé, versant dans une tristesse irréversible, à côté de laquelle le Requiem de Gabriel FAURE est un monument de joie et d'exaltation (sic !), il est une limite que le disque franchit allègrement.

Soyons clair : Brimstone est une BO très honorable et d'une tenue orchestrale incritiquable, mais l'ensemble comporte les défauts suivants :
Tout d'abord, les scores symphoniques tels que nous en livrent à la pelle les USA ont la fâcheuse tendance depuis la dernière décennie à être interchangeables. C'est bien simple, Brimstone le disque aurait pu accompagner les images du film fantastique "A cure for Life" de Gore Verbinski, sorti sur les écrans à peine trois mois plus tard. Cela est fort regrettable car allant à l'encontre de ce que devrait faire une musique de film : épouser l'ambiance du film, et sa personnalité, jusqu'à faire corps avec lui de manière indissociable. Or, beaucoup de scores aujourd'hui pourraient passer d'un film à l'autre sans souci. Ce qui en dit long sur leur absence de personnalité, leur uniformité.
On regrette aussi un orchestre exploitant une unique couleur tonale : quelle que soit la piste, les violons geignent avec dignité et tenue, alternativement dans les fréquences aiguës et basses, rien entre les deux. C'est particulièrement lassant, même si j'admets que cela doit parfaitement s'accorder avec le ton compassionnel du film envers Liz, son héroïne.
Quel dommage de même d'avoir sous-exploité le chœur qui se fait à peine entendre, noyé au fond d'un échos incertain ! Le score se prive malheureusement d'un des rares éléments qui eût pu lui conférer une force plus palpable.
L'absence de thèmes forts et variés également se fait cruellement sentir. On peut regretter les scores des années 70 et 80 qui proposaient un thème pour chaque personnage. Rien de la sorte ici. Pas de thème mémorisable, en dehors de celui qui ouvre l'album, le bien nommé "Brimstone", d'une mièvrerie affligeante à force d'être assénée et qui revient inlassablement sans aucune invention ni imagination. Electro-encéphalogramme plat.
Il y a bien par ci par là quelques saillies trop courtes au cours desquelles un peu d'intensité s'impose à l'oreille, mais cela ne suffit pas à capter l'attention.

En somme, cet album souffre de l'absence des images qui devient cruelle quand on n'a pas vu le film (c'est mon cas). Il manque de plus aux manettes la patte d'un musicien de la trempe d'Ennio Morricone ou Jeremy Goldsmith. Tom Holkenborg livre un beau boulot, mais sans âme. Une tristesse sans âme : le comble.

A NOTER : Il existe une version vinyle simple (parue en France chez Milan) qui condense ce score. Avec 9 titres au lieu de 18, c'est bien meilleur et moins lassant.

Note réelle : 2.5/5

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par AIGLE BLANC :


Zbigniew PREISNER
La Double Vie De Véronique (1991)
Une bo éblouissante




Michael NYMAN
The Very Best Of Michael Nyman : Film Music 1980-2001 (2001)
L'entrée idéale dans l'œuvre de Michael Nyman.


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Tom Holkenborg (composition, arrangements, mixage)
- Emad Borjian (arrangements orchestraux)
- Gavin Greenaway (chef d'orchestre)
- Galaxy Symphonic Orchestra (orchestre)
- Lei Wang (chef de chœur)
- Flemish Radio Choir (chœur)


1. Brimstone
2. The Reverend
3. She Belongs In Hell
4. Revelation
5. Rules Are Rules
6. I Will Kill Frank
7. Exodus
8. Two Strangers
9. God Are Other Plans
10. Scold's Bride
11. God Has Forgiven Me
12. Genesis
13. Abide
14. Fog
15. Ravening Wolves
16. Retribution
17. Watching Over Me
18. Liz



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod