Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2005 The Dreams Of Men
 

- Style : Arena, Twelfth Night

PALLAS - The Sentinel (1984)
Par BAKER le 21 Octobre 2017          Consultée 964 fois

La gestation de ce disque a été curieuse et douloureuse. Stupéfiée par le succès fracassant de son protégé MARILLION, EMI a tenté, en toute logique, de consolider ses acquis en cherchant la prochaine sensation neo-prog. Fort d’une expérience scénique déjà énorme, le jeune groupe écossais PALLAS proposa ses services, avec derrière eux le meilleur des deux mondes : des chansons relativement pop-rock, très punchy, et une suite progressive grandiloquente nommée "Atlantis", qui a déjà fait ses preuves. Après un imbroglio pas permis, passant notamment par la case “ce serait un double 33 tours et on n’a pas les moyens”, EMI a sorti une version tronquée de cet album, une sorte de best-of (qui d’ailleurs aurait pu être pire) avec des chansons pas à leur place. On rajoute le côté présomptueux de cette suite, une pochette sublime mais qui fait très sérieux, et oui, j’avoue, la découverte de cet album me faisait peur. La ressortie en 2002 d’un CD avec l’album dans sa version définitive a été le déclic. Et oui, cet album mérite pleinement sa réputation culte, mais bien plus stupéfiant, il est d’une accessibilité incroyable.

Dès l’intro, on sait à qui on a affaire : le son est très caverneux, les synthés euh... disons d’époque (la trompette de "Heart Attack" vous en donnera une !), mais c’est mélodique, grandiose, pompeux, et très entraînant. Par rapport aux grands noms du genre, PALLAS est plus heavy que MARILLION ou IQ, plus bourrin, mais en même temps leur chanteur est plus “classique”, ce qui rend les chansons à la limite du tube, le titre d’ouverture en tête. Les musiciens sont tout à fait compétents (la basse de "Cut & Run" qui rappelle justement Pete Trewavas) mais contrairement aux autres groupes neo de l’époque, à aucun moment ou si peu, la technique ne prend le pas sur les ambiances et la trame narrative. Très à l’aise dans les “grand finales” prétentieux, jouant toujours à la limite entre le médiéval et le futuriste, PALLAS fait feu de tout bois. La suite "Atlantis" est un sacré pavé et dès la première écoute, on se rend compte que la découvrir en live devait être pour les tout premiers fans un foutu choc. Même si la voix (qui sur cette suite a des accents de Greg Lake dans "Pirates") force un peu sur "March", on sent la passion, le jusqu’au-boutisme, mais, encore une fois, sans la moindre trace, le moindre atome de prise de tête. Tout n’est que plaisir, avec en point de mire la chanson "Atlantis", terrifiante de puissance pour l’époque. On comprend qu’EMI l’ait à l’époque mise en titre de fin tant elle explose la tête, mais ainsi suivie d’un "Ark" plus doux, plus onirique, on a réellement l’impression d’un voyage lointain qu’on aurait suivi jusqu’au bout, avec fatigue mais fierté. Si sa production a salement morflé, ce disque unique mérite une redécouverte, et ce groupe génial, une nouvelle chance.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


Robert REED
Sanctuary Live (dvd) (2017)
Pari réussi pour le copier/coller d'Oldfield !




IT BITES
Once Around The World (1988)
Une alchimie divine


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Niall Mathewson (guitares, choeurs)
- Ronnie Brown (claviers, piano, prog, choeurs)
- Euan Lowson (chant)
- Graeme Murray (basse, guitares, choeurs)
- Derek Forman (batterie, voix)


1. Shock Treatment
2. Cut And Run
3. Arrive Alive
4. Rise And Fall - Part 1
5. Eastwest
6. March On Atlantis
7. Rise And Fall - Part 2
8. Heart Attack
9. Atlantis
10. Ark Of Infinity



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod