Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Membre : Ozzy Osbourne , Mad Season

ALICE IN CHAINS - Mtv Unplugged (dvd) (1996)
Par BAKER le 26 Octobre 2017          Consultée 183 fois

La solitude est peut-être bien la plus grave maladie de ces cinquante dernières années. Elle ronge le corps et l'âme tel un létal poison, vous détruit un homme de l'intérieur, le fait tournoyer dans une spirale dont il ne peut pas voir le bout. Pas de rémission, pas de lueurs à l'horizon, et pire, pas de sentence définitive comme d'autres horribles maladies ont au moins la décence de délivrer. La solitude est bien plus sournoise, en ce sens qu'on ne peut pas la dépister, et encore moins la guérir. Car on peut être entouré, très entouré, bien entouré, et se sentir seul, irrémédiablement seul, à la bordure du désert affectif, avec si peu d'énergie dans le coeur qu'il n'en reste même pas assez pour l'espoir. C'est probablement ce qui s'est passé ce soir du 10 avril 1996 lorsque Layne Staley a rejoint ses compères d'ALICE IN CHAINS sur le plateau de MTV, avec la démarche du condamné allant à la potence.

Pour pleinement apprécier ce live à sa juste valeur, et pas seulement musicalement, il faut se replacer dans le contexte. Associés à la vague grunge car ils habitaient Seattle et portaient des fringues moches, les ALICE IN CHAINS connurent une ascension fulgurante dès leur second album, et leur succès fut rapidement fatal à leur chanteur, le frêle Layne Staley donc, à la voix d'or et au spleen débordant. Il tomba rapidement dans l'héroïne. Les pauses du groupe, et sa décision de ne plus tourner ne changèrent rien, et en 1996, après leur troisième album et trois ans sans concert, ALICE était encore enchaîné ; le quartet décida alors d'accepter enfin la proposition de MTV de faire un unplugged. Décision facilitée par le succès et la qualité éblouissante de leurs deux EP semi-acoustiques, Sap et Jar of flies.

Et tout comme pour leurs amis de PEARL JAM, AiC délivrèrent un unplugged excellent en tous points. D'abord, la qualité des chansons est intouchable : les chansons déjà acoustiques passent parfaitement (ah ! ce "Got me Wrong" !), et les électriques ont été très bien remaniées par un Jerry Cantrell maître à bord et plutôt à l'aise (bien que fortement préoccupé par l'étincelle qui pourrait faire exploser son chanteur). A ses côtés, un second guitariste l'épaule de façon parfaite pour alterner riffs lents et solos mélodiques. Sean Kinney à la batterie est impeccable, n'en faisant jamais trop, et le beau Mike Inez met tout le monde par terre avec un son de basse plus rond et plus chaud qu'une séraphine de maison close. Ca joue bien, sans aucune prétention, simplement, mais avec coeur et implication.

Et au milieu de tout cela, et d'un public enthousiaste et à moitié composé de leurs amis et proches, perché sur un tabouret, le regard sur ses chaussures, baigné d'une lumière irréelle, le petit corps recroquevillé et immobile, les cheveux roses en guise d'ultime bouée de sauvetage égotique, Layne Staley meurt. Il est dans un cocon, admiré, adulé, soutenu, mais il est en train de crever de solitude. Jamais on n'a vu sur petit écran un artiste hurler sa détresse aussi silencieusement. Oubliez Cobain, qui en bonne épave carbonisée montrait ses si courtes limites ; le voilà, le vrai martyr de la scène U.S. des années 90 ; le voilà, le vrai oublié, l'artiste maudit, la véritable victime de la drogue et des médias ; la voilà, la rock star que nul ne pouvait sauver, ni lui-même ni personne, et qui le savait, bien des années à l'avance. Cobain avait une femme, une fille et (supposément) une jolie liberté artistique, il a préféré en finir devenant par là même une icône, une légende. Staley, lui, est mort d'une sale overdose, comme un chien, dans son 2 pièces miteux. Son corps a été découvert deux semaines après sa mort. Deux semaines sans que personne ne daigne prendre de ses nouvelles. Lui, une icône générationnelle qui a vendu 20 millions de disques. Dernière étape d'une lente désincarnation. Et pourtant...

Et pourtant Staley délivre une prestation impeccable de A à... disons X. Sa voix est très fluette, si tant que l'ingé son n'a pas pu le pousser un seul cran au-dessus sous peine de tout cramer. Mais son timbre et sa justesse sont intacts, aussi envoûtants que sur album, abusant sans vergogne des contre-chants et harmonies destructurées avec son pote Cantrell, recréant même en acoustique cet esprit malsain qui hante chaque chanson. Les choeurs morbides ont toujours été au coeur du groupe, et les retrouver aussi parfaits avec un chanteur dans cet état tient du miracle. La setlist peut sembler un peu facile car la moitié des chansons était déjà en configuration non-metal, mais l'enquillement de superbes titres force le respect. L'image possède en outre une réalisation de très bonne facture, ouatée, en harmonie avec la musique et respectueuse de l'ambiance si particulière. Enfin, comme souvent, le 5.1 proposé est très propre et spatialise les guitares, leur donnant bien plus d'espace. On regrettera juste l'absence d'un DTS qui aurait rendu justice à l'excellence du travail. En tout, un petit DVD qui ne paie pas de mine extérieurement, mais qui se révèle un grand moment musical, intimiste, souvent beau, et de la plus impressionnante sobriété. Une belle sortie de scène pour le pauvre Layne, et une émission de télé qui décidément s'accommode bien de notre support préféré.


Fiche technique
---------------
Date : 10 avril 1996 - MTV Studios (New York, U.S.A.)
Image : 1.33 4/3 PAL
Son : PCM 2.0 + DD 5.1
Durée totale : 73 minutes
Bonus : - timeline du groupe
- dscographie
- master digital (c'est marqué sur la jaquette. Parce que d'habitude les DVD sont gravés analogiquement par des nains philippins à l'aide de plumes de cacatoès diabétiques)

A lire aussi en FOLK :


DAMH THE BARD
Antlered Crown And Standing Stone (2012)
Folk et paganisme celtique font très bon ménage




The KINGSTON TRIO
Sold Out (1960)
Bien vendu !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Layne Staley (chant, choeurs, guitare)
- Jerry Cantrell (chant, choeurs, guitare)
- Mike Inez (basse)
- Sean Kinney (batterie)
- Scotty Olsson - Guitare


1. Nutshell
2. Brother
3. No Excuses
4. Sludge Factory
5. Down In A Hole
6. Angry Chair
7. Rooster
8. Got Me Wrong
9. Heaven Beside You
10. Would ?
11. Frogs
12. Over Now
13. The Killer Is Me



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod