Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY ROCK, SLUDGE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1990 Facelift
1992 Sap
  Dirt
1994 Jar Of Flies
1995 Alice In Chains
1996 Unplugged
2000 Live
2002 Music Bank - The Videos
2006 The Essential
2009 Black Gives Way To Bl...
2013 The Devil Put Dinosau...
2018 Rainier Fog
 

- Membre : Ozzy Osbourne , Mad Season

ALICE IN CHAINS - Rainier Fog (2018)
Par BAKER le 3 Décembre 2018          Consultée 519 fois

Certains groupes sont d'autant plus importants qu'ils sont rares. Certes le destin s'en mêle souvent, et l'on ne saura jamais ce que serait devenu ALICE IN CHAINS si Layne était resté en vie et en forme. 90, 92, 95, du coup le quatrième album serait probablement sorti en 99... Son décès a changé la donne et si l'on comprend qu'ALICE ait assez rapidement sorti Devil après l'incroyable comeback de Black Gives Way to Blue, il est tout aussi compréhensible - et bienvenu - que le quartet n'ait entamé ce Rainier Fog que quand il le jugeait utile, et sain.

Enregistré à Seattle, avec le soin maladif que l'on connait de Jerry CANTRELL lorsqu'il s'agit de guitares (acoustiques notamment) et de choeurs, Rainier Fog continue dans la voie du AIC post-Staley, à savoir toujours cette puissance sonore à base d'arrangements épurés mais solides (voir la partie solo de "Maybe"), cette fascination pour les éléments musicaux malades, malsains (le riff purulent de "Deaf Ears", l'effet "vinyl voilé" des choeurs et de la guitare sur "So Far Under"), cette omniprésence de mélodies à deux voix qui est leur somptueuse marque de fabrique (encore une fois, il sera impossible de dissocier Duvall et CANTRELL), mais également une certaine forme d'optimisme.

Certaine forme oui, car on ne peut pas dire que nos hommes du Nord donnent dans le youpi-metal. Mais à l'écoute du splendide morceau-titre, du refrain entraînant de "Maybe" ou celui, méconnaissable pour le gang, de "Never Fade", on entend des parcelles de bonheur, des bribes de joie de vivre que l'introversion névrosée de Layne Staley ne permettait pas. Même le morceau d'ouverture, le puissant et incitatif "The One You Know", mélange le son typique du groupe, un riff qui ferait presque RAGE AGAINST THE MACHINE, et un refrain très écrit, très bien construit, qui donne plus envie de découvrir l'album que d'aller se pendre - il est évident que malgré ses immenses qualités, "Grind" par exemple donnait envie de se suicider à la chaux vive avant d'entendre la première note de "Brush Away".

Le disque n'est pas parfaitement constant dans sa qualité, avec un "Red Giant" un peu trop lourd et "So Far Under" qui, à l'exception de son traitement décalé, n'apporte rien de particulier. D'autres titres mettront du temps à se dévoiler, comme "Drone", au riff de couplet pataud, mais qui se rattrape avec un refrain intense et un bon solo : peut-être le "Rooster" de 2018. D'autres enfin vous charment dès la première écoute, comme le très acoustique - et encore une fois relativement léger - "Fly", qu'on dirait tout droit sorti d'un album de QUEENSRYCHE. Ce qui est d'autant plus croustillant qu'on trouve, non pas sur ce titre mais le suivant, un guitariste invité surprenant : Chris DeGarmo !

Se terminant sur un beau et poignant "All I Am", chanson de fin typique avec une partie finale presque grandiloquente et un spleen voilé dans la brillance du jeu de Jerry, ce nouvel album d'ALICE IN CHAINS est très bon, en partie parce qu'on y trouve ce qu'on était venu y chercher : une recette musicale très identitaire, qui ne peut fonctionner que si derrière l'inspiration marche à pleins tubes. C'est pourquoi il était intelligent d'attendre si longtemps avant d'enregistrer ce sixième opus : en ne faisant pas de révolution de palais, juste des petites éclaircies supplémentaires, le groupe confirme définitivement son statut de géant, unique et beau.

A lire aussi en HARD ROCK par BAKER :


PAIN OF SALVATION
In The Passing Light Of Day (2017)
L'album le plus émotionnellement éprouvant de '17




EVERGREY
A Night To Remember (dvd) (2004)
Un beau best-of et un record du monde.


Marquez et partagez







 
   BAKER

 
  N/A



- Jerry Cantrell (chant, choeurs, guitare)
- William Duvall (chant, choeurs, guitare)
- Mike Inez (basse)
- Sean Kinney (batterie, percussions)
- Chris Degarmo (guitare additionnelle)


1. The One You Know
2. Rainier Fog
3. Red Giant
4. Fly
5. Drone
6. Deaf Ears Blind Eyes
7. Maybe
8. So Far Under
9. Never Fade
10. All I Am



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod