Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY MELODIQUE & PROG  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 



EVERGREY - A Night To Remember (dvd) (2004)
Par BAKER le 12 Novembre 2017          Consultée 73 fois

Même si ce DVD avait été mauvais ou passé inaperçu, il aurait au moins fait parler de lui pour ce record ultime. Fort heureusement, il est loin d'être mauvais, et par ailleurs a été numéro un des ventes de DVD en Suède pendant deux semaines de suite (et je parle de DVDs tous styles confondus !). Mais les accrocs de détails s'y seraient intéressés rien que pour l'accroche : "Plus de 6 heures et demie de bonus !". Sur un seul et même DVD ? Eh bien oui. 6 heures 43 très exactement ! Le record de longueur est donc pulvérisé. Bien évidemment, l'image n'est pas ce qui se fait de plus top mais comme la source est déjà mauvaise (camescope flou), les mecs d'EVERGREY se sont dit : "Quitte à avoir une qualité pourrie, autant tout mettre !" Et vous aurez donc tout, tout tout tout. Non sous-titré (et encore, quand ils parlent en Suédois c'est st anglais !), mais on peut dire que vraiment, ils ne se sont pas moqués du monde.

Mais débuter cette chronique par les bonus, c'est un peu réducteur. Car avoir pété les scores de vente de cette façon, c'est avant tout grâce à la musique. Et EVERGREY, qui est un des groupes les plus méconnus et sous-estimés de la galaxie prog-metal, est de ce point de vue absolument irréprochable. Ils ont fait mouche grâce à une formule sans concessions : un son énorme, très lourd, des mélodies somptueuses très "dark", des synthés se baladant souvent dans les infrabasses, un chant ultra-expressif et grave (comme pour RAGE c'est un bonheur), et surtout des chansons de quatre minutes et des albums de quarante-cinq. Donc aucune note en trop. Et pourtant, à aucun moment, ils n'usurpent leur appellation metal PROG. C'est un état d'esprit indéfinissable, mais soyez rassurés amis bourrins, quand ça cogne, ça cogne.

Le Maître de cérémonie, inutile de chercher plus loin : c'est Tom Englund. Principal compositeur, guitariste soliste (eh oui), chanteur exceptionnel (mais quelle chaleur !), bête de scène, ultra-charismatique, il est simplement phénoménal. A la rigueur, les plus mâles de nos lecteurs (et chroniqueurs, en un seul mot) auront plus d'yeux pour la choriste et co-chanteuse, avec une voix grave et veloutée elle aussi, la présence scénique enjolivée par un physique très avantageux. Les autres musiciens sont carrés, plus ou moins extravertis, et délivrent un set sans faille aucune. Parfois, c'est un poil roboratif (et encore c'est plus "huilé" que "robotique") mais allez donc chercher une seule erreur ! Même le quartet à cordes est, mais là c'est plus attendu, totalement carré, délivrant des bribes de pathos délicieuses, notamment sur l'un des clous du spectacle, servant d'entracte au chanteur : le quasi-instrumental "When the walls break down" émouvant plus que de raison, avec son narrateur explosant en sanglots (un prêcheur nous dit le livret ; j'ai toujours cru que c'était un pédophile en prison. Dans le doute, imprimons la légende !). Un titre anti-commercial au possible, et pourtant il fait le pont entre les deux parties du concert, c'est dire son importance. Et tout le concert est ainsi, à la fois concis et émouvant, puissant et accessible.

Une magnifique introduction au groupe, donc, doublée d'un live extrêmement convaincant pour les fans (même s'il manque le cruel et cynique "Ambassador" dont le hurlement final à glacer le sang aurait peut-être foudroyé le pauvre chanteur sur place). Question technique, on se posait cependant des questions : c'est Inside Out, l'éditeur. Tremblez, pauvres mortels ! (Tchika tchika !). Niveau son, c'est agréable sans convaincre totalement : si la stéréo souffre d'un certain écho, retirant donc de la précision clinique inhérente à EVERGREY, mais possède une belle patate, le DTS est plus précis, le public étant très présent (c'est tant mieux, vu l'enthousiasme d'icelui) mais souffre quand même du similaire fouillis. Niveau image, c'est curieux. Déjà, la jaquette annonce un 16/9 qui est bien évidemment absent : honnêtement, on s'y attendait ! L'image elle-même est, ben : curieuse... On mélange magnifiques images à la compression totalement invisible (avec fumée, halos et cie !) et horreurs granuleuses. Le ton ultra-bleuté est saoûlant et certains plans sont vraiment hideux à tous points de vue. Et pourtant, en cette faste année 2004, c'est un progrès de la part d'I/O. C'est juste que les défauts sont encore plus ignobles que d'habitude, mais les qualités sont bien présentes et il ne faut pas les passer sous silence.

Et puis il y a donc les bonus qui sont souvent aussi dingues et débiles que le groupe est dark et sérieux. Souvent sous-titrés en anglais car nos bonshommes parlent le suédois (la plupart du temps en titubant et en bégayant), ils sont dans la lignée de ce qu'on peut en attendre : rots, pets, jeux de mots et extraits de concerts. Ne comptez donc pas sur moi pour en dire du bien, cela dit si ce genre de choses vous intéresse, vous en avez presque trois heures. Vous avez aussi de très longues interviews non sous-titrées mais facilement compréhensibles qui sont excellentes car survolant un grand nombre d'aspects du groupe, et plus généralement d'UN groupe (démocratie, tournées, plan de carrière, influences, fan-club etc). Enfin, last but not least, les clips du groupe : surprise ! ils sont tous excellents ! Très bien filmés, toujours intelligents, pas abrutissants, bénéfiçiant d'une recherche artistique rare (mention spéciale à "Touch of Blessing" d'une efficacité monstrueuse), ils apportent un réel plus et leur beauté alliée à la très faible durée de toutes les chansons présentées assied le potentiel commercial du groupe (et puis vous pourrez encore mieux admirer la belle Carina). Potentiel commercial ? Mais après tout, le groupe en a-t-il besoin ? Parce que numéro un des ventes, deux semaines de suite, ça n'arrive pas par hasard. Vous avez ici les tenants et aboutissants d'un succès. Et même si le groupe n'a pas toujours la prestance qui est sienne ici, et que sa froideur extrême peut rebuter beaucoup de fans habituels de metal prog, ce live permettait à l'époque de parier gros sur le futur du quintet, futur qui passe obligatoirement par ce beau et riche DVD qui est, vous l'aurez compris, un bel investissement, si vous n'êtes pas trop exigeant côté technique.

A lire aussi en HARD ROCK par BAKER :


ALICE IN CHAINS
Music Bank (2001)
Clips glauques, musique fantastique




EDENBRIDGE
The Great Momentum (2017)
Un plaisir coupable tout à fait délectable


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Tom S. Englund (chant, guitare)
- Henri Danhage (guitare, choeurs)
- Michael Hakansson (basse)
- Rikard Zander (claviers, choeurs)
- Jonas Ekdahl (batterie)
- Carina Englund (choeurs)
- Tinna Karlsdotter (choeurs)
- Andy Engberg (choeurs)
- Peter Svensson (quartet à cordes)
- Nicola Vorukva (quartet à cordes)
- Lotte Lybeck (quartet à cordes)
- Karin Claesson (quartet à cordes)


1. Blinded
2. End Of Your Days
3. More Than Ever
4. She Speaks To The Dead
5. Rulers Of The Mind
6. Blackened Dawn
7. Waking Up Blind
8. As I Lie Here Bleeding
9. Misled
10. Mark Of The Triangle
11. When The Walls Go Down
12. Harmless Wishes
13. Essence Of Conviction
14. Solitude Within
15. Nosferatu
16. Recreation Day
17. For Every Tear That Falls
18. A Touch Of Blessing
19. The Masterplan



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod