Recherche avancée       Liste groupes



      
POP CALIFORNIENNE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

1999 14:59
2001 Sugar Ray

SUGAR RAY - Sugar Ray (2001)
Par COWBOY BEBOP le 22 Novembre 2017          Consultée 178 fois

SUGAR RAY est typiquement le genre de groupe que l'on adorerait détester : ouvertement commercial, cliché au possible, et sans la moindre trace d'originalité. En 2001, le genre de pop-rock qu'il pratique est depuis longtemps battu et rebattu : The OFFSPRING, GREEN DAY, BLINK 182 (pour ne citer qu'eux) sont passés par là et ont bien fait tourner la machine, si bien que le style commence sérieusement à s’essouffler – sans pour autant être passé de mode, comme en témoignent les ventes de ce quatrième album. Mais si ce dernier se révèle peu inventif, il possède néanmoins l'avantage d'être très bien exécuté : de la même manière qu'un bon roman à suspense peut être salué comme un travail d’artisan réussi, l'amateur éclairé et tolérant pourra apprécier dans cet album le résultat d'un songwriting efficace et cohérent.

En effet, à l'inverse de 14:59 qui partait un peu dans tous les sens, passant de la pop acoustique à la punk-pop puis au reggae (mais c'est aussi ce qui faisait son charme), cet album éponyme est beaucoup plus homogène. Globalement, il s'agit de power pop dans la plus pure tradition californienne : des chansons courtes, basées sur une ou deux mélodies immédiatement identifiables, taillées avant tout pour le passage à la radio et l'ascension dans les charts. La production est léchée, les guitares sont bien grasses sans être indigestes – le tout est de donner l'impression d'un son puissant sans effrayer l'auditeur moyen. Le résultat rappelle un peu le WEEZER de la période Green Album (qui sort d'ailleurs la même année) : peut-être est-ce dû aux influences rock'n'roll et surf rock que l'on perçoit à travers le vernis d'une power-pop aux mélodies très marquées.

Le principal artisan du groupe est le chanteur Mark McGRATH. Son secret ? Une connaissance encyclopédique du rock classique et moderne, ainsi qu'une facilité à en prélever les principes les plus réactifs pour les combiner dans son fourneau. « When It's Over » est engendré par le même creuset qui a vu la coagulation de « Fly » et de « Every Morning » : en brillant adepte de l'alchimie pop, McGrath réalise encore une fois la transmutation du son en (disque d') or. Quasiment tous les titres sont du même niveau, et bien insensible est celui qui pourra les écouter sans au moins battre un peu du pied. Les gimmicks de Craig Bullock (qui officie sous le pseudonyme poétique de « DJ Homicide ») sont moins présents que sur l'album précédent – et même quand ils sont utilisés, ils restent plutôt en retrait (« Words To Me »).
Dans la plus pure tradition du rock californien, les textes déroulent tous les clichés possibles et imaginables du genre : ruptures difficiles, nostalgie d'une jeunesse insouciante, évocation des plages de sable fin et des étés torrides ; bref, tous les poncifs y passent. Heureusement, le quatuor n'a pas totalement abandonné sa propension à l'auto-dérision : il suffit d'écouter les dernières secondes de « Satellites », ou encore « Ours » sur lequel on peut entendre des samples de « Every Morning » – qui reste, avec « Fly », leur single le plus connu. Toutefois, le groupe n'en fait plus une parade apologétique comme c'était le cas sur 14:59, où, à force de vouloir constamment prévenir les critiques en montrant que lui non plus ne se prenait pas au sérieux, il perdait finalement en mérite. On sent, sur cet album, que SUGAR RAY a fini par accepter son statut de one-hit wonder à la longévité anormale, et qu'il ne cherche plus à impressionner qui que ce soit. Le résultat est un album respirant la bonne humeur, la légèreté et la décontraction ; et qui a de fortes chances de provoquer ces mêmes effets, même chez l'auditeur le plus médisant.

A lire aussi en POP par COWBOY BEBOP :


The LA'S
The La's (1990)
L'acte de naissance de la britpop ?




The SMITHS
Strangeways, Here We Come (1987)
La fin d'une époque


Marquez et partagez





 
   COWBOY BEBOP

 
  N/A



- Mark Mcgrath (chant, guitare)
- Rodney Sheppard (guitare lead, chœurs)
- Murphy Karges (basse, guitare, chœurs)
- Stan Frazier (batterie, percussions, guitare, chœurs)
- Craig 'dj Homicide' Bullock (turntables, samples, claviers, chœurs)


1. Answer The Phone
2. When It's Over
3. Under The Sun
4. Satellites
5. Waiting
6. Ours
7. Sorry Now
8. Stay On
9. Words To Me
10. Just A Little
11. Disasterpiece



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod