Recherche avancée       Liste groupes



      
GUITAR HERO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Tony MACALPINE - Death Of Roses (2017)
Par BAKER le 23 Novembre 2017          Consultée 395 fois

Il restera toujours, dans la longue liste des albums d’artistes confirmés et/ou prolixes, des sorties aussi importantes pour ce qu’elles offrent que pour ce qu’elles représentent. Lorsque la maladie s’en mêle, l’équilibre peut même vaciller. Dans ces cas, il est difficile de véritablement critiquer (au sens négatif du terme) ces oeuvres car pour l’artiste, le plus important, la chose essentielle, ce n’est pas que l’album soit génial ou définitif, c’est qu’il soit sorti. Après s’être battu contre un cancer du colon, le virtuose Tony s’est un peu reposé, puis a repris la forme petit à petit aux côtés de Michel POLNAREFF, pour finir au top de ses capacités physiques sur ce court et intense album. La mort des roses. Comme si tout mourait un jour. Ce sera le cas, les amis, ce sera le cas... mais pour ce qui est de la virtuosité de MacALPINE, c’est pas pour aujourd’hui.

Car si une chose est sûre, dès les premières (nombreuses) notes, c’est que notre beau shreddeur n’a pas perdu sa légendaire capacité à jouer plus vite que son ombre. "Chrome Castles" est une introduction qui n’a rien à envier à John PETRUCCI, influence forte que l’on ressent pas seulement dans l’enquillement de plans, mais aussi dans le son de guitare voire dans la mélodie. Une introduction qui hélas est assez représentative de tout l’album, et c’est là, ô stupeur, que l’on revient à notre sujet de départ : ce disque a pour principal intérêt d’exister, d’être une nouvelle carte de visite, de montrer que Tony sait toujours jouer et composer des trucs de dingue, mais justement, il va manquer un peu de folie, non pas technique mais créatrice.

Oh, elle sera présente au détour de quelques titres, cette étincelle de génie. Sur un "Electric Illusionist" qui fait incroyablement penser à Joe SATRIANI (depuis 30 ans que des guitar heros le prennent comme modèle à suivre, combien de fois a-t-on entendu une copie réellement convaincante ?). Sur "Axiomatic Jewels", le titre le plus zinzin du lot, avec ses synthés en ébullition, son rythme taquin et ses départs successifs en vrille. Sur le titre final dont le refrain fait penser à THRESHOLD (très bon point), très mélodique et qui termine sur une note encourageante, prenant l’auditeur à part pour l’entraîner dans son rythme. Et sur la moitié des titres, MacALPINE rappelle qu’il est également un pianiste virtuose, comme le bien nommé "Synthetic Serenity" vous le prouvera.

Cependant de bons passages, et des incursions dans des mondes inattendus (dream pop à la Robert MILES sur le pont dudit "Synthetic", blues gras presque doom sur le morceau-titre) n’arrivent pas à faire oublier que si l’album passe agréablement, il est également trop marqué par un trop-plein de technique face aux ambiances et mélodies, et qu’il navigue en outre entre deux eaux côté durée : assez long pour ennuyer un tantinet l’auditeur pas exclusivement axé sur les démanchés frénétiques, et un poil trop court pour développer une cohérence solide. Maintenant, on a déjà entendu bien pire dans le genre, et vous vous en doutez mais ça fait du bien de le rappeler : le son est énorme et la mise en place au cordeau (et n’oubliez pas que Tony est pratiquement seul aux commandes !). Les fans seront rassurés : Doigt Agile est revenu dans la réserve. Après, si vous aimez votre guitare douce comme le thé aux fruits rouges, vous aurez des achats plus essentiels.

A lire aussi en HARD ROCK par BAKER :


OPETH
The Roundhouse Tapes (dvd) (2006)
Techniquement perfectible mais belle introduction




ALICE IN CHAINS
Music Bank (2001)
Clips glauques, musique fantastique


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Tony Macalpine (guitares, claviers, prog)
- Borlai Gergo (batterie)
- Peter Griffin (basse)


1. Chrome Castles
2. Electric Illusionist
3. Synthetic Serenity
4. Death Of Roses
5. Axiomatic Jewels
6. Entropy
7. Shundor Prithibi



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod