Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ABBACADABRA - Abbacadabra (1983)
Par BAKER le 27 Novembre 2017          Consultée 650 fois

Retour sur un mythe. En 1983, ABBACADABRA, vous n'avez peut-être pas connu, mais c'était énorme. Les gamins adoraient, les adultes s'éclataient, les médias n'en avaient que pour eux (c'était KIDS UNITED mais avec du talent et sans autotune, en gros), et c'était après Emilie Jolie le "grand disque de variété pour enfants" que tout le monde s'arrachait. Il faut dire qu'il y avait de quoi. D'abord, toutes les musiques étaient basées sur des tubes d'ABBA. Donc niveau qualité mélodique, c'est bon, on va avoir ce qu'il faut les mecs. Ensuite, la narration était impeccable. L'histoire se suit parfaitement, même quand on a 8 ans, on s'identifie à tous les personnages en deux coups de cuillère à pot, et si les chanteurs adultes n'étaient pas forcément bons acteurs (n'est-ce pas Carabosse, qu'on dirait échappée de Plus Bêle La Vie), les enfants eux étaient tip top. Pour le son, les musiciens ne sont pas crédités mais il ne fait aucun doute qu'on a droit à la "A-Team" de Paris : ça joue comme pas permis, le son est superbe, gros, les arrangements sont fantastiques. Bon, d'accord, on va peut-être s'arrêter là pour les superlatifs, c'était en 1983, c'était pour les gosses, peut-on écouter ce bidule en 2017 sans mourir de honte, le fard aux joues et la sueur au front ?

Et comment donc, Houston ! L'intro est impeccable et met tout de suite dans l'ambiance : c'est pro, c'est bien fait, en deux minutes l'histoire est posée. Et très vite, on oublie que c'est pour les n'enfants. Car le livret, en traitant les héros de contes comme une bande de copains qui se cherchent des poux (Once Upon A Time n'a rien inventé), se permet quelques tournures adultes assez incroyables (Barbe Bleue qui drague au bulldozer, Pinocchio et Aladin qui sont les Jay & Silent Bob de 1983, sans compter l'idée loufoque d'une Carabosse égotique dont le hobby principal est de tourner des épisodes de Top Chef !). Le ton est donc à la fois sérieux (arrangements musicaux précis à la double croche près, voix toutes parfaites sauf Aladin qui braille joyeusement faux) et très décalé, exactement ce qu'il faut ("LE SOLDAT ROSE" tentera de reprendre ce système, avec moins de réussite). Le disque se laisse donc écouter de A à Z sans aucune honte, sans souci, sans gêne, mais allons plus loin, avec un sourire, une banane incroyables. Car non seulement il y a des titres sympas ("L'Enfant Do et son message sur les familles recomposées qui faisait mouche même quand t'as 9 balais et la morve au nez, "Belle" et le duo Frida / Daniel BALAVOINE touchant), mais attention les oreilles, vous avez pas mal de titres que je trouve supérieurs aux originaux. Carrément. Et on parle d'ABBA !

Ainsi "Delivrés" présente-t-il le casting avec un enquillement de voix connues qui donne la banane ; mention spéciale à l'immense Maurice Barrier, qui avait déjà sublimé "LES MISERABLES" (il y retrouve madame Thénardier d'ailleurs). On savoure son timbre ténébreux dans un très bon et très adulte "Pareils Et Mêmes" qui est, justement, l'équivalent ABBAesque de la "Valse de la Fourberie". "Abbacadabra", gros single, c'est du disco pr0n qui enfile les mélodies de façon stupéfiante, avec une complémentarité enfants / adultes exemplaire. Plastic Bertrand s'éclate sur un "Mon Nez" où le fantôme d'Earl SLICK s'empare de la guitare, "Tête d'Allumette" s'orientalise et fait rire, "Imagine-Moi" est un bijou de sensibilité avec un boulot colossal abattu par la sublime Fabienne Thibeault.

Les deux chefs-d'oeuvre sont cependant les interventions de Carabosse : un "Super Show" magnifique de pomposité avec une batterie allègrement piquée à Phil COLLINS (impossible de chanter le vrai refrain de Dancing Queen après ça), et lâché en plein milieu d'un disque pour enfants comme on relâche un serial killer dans Nigloland, "Lâchez Mes Cassettes", à la limite du metal prog (je ne plaisante pas), avec un BALAVOINE totalement à son aise, une prod immense, un orchestre STRAVINSKYesque, des synthés en éruption, un pont complètement DREAM THEATER ! Bref, totalement décomplexé. Et de se dire que ce n'est pas aujourd'hui, avec la Milice (police est bien trop gentil) du Goût Autorisé, qu'un disque aussi soigné, aussi transgénérationnel, sortirait avec moultes apparitions télé. Chef-d'oeuvre du conte enfantin moderne mais aussi disque de variétés haut de gamme, "ABBACADABRA" reste un des plus beaux vestiges d'une décennie qui n'a jamais été autant regrettée.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


Eddy MITCHELL
Seul (1966)
Le premier vrai tournant de sa carrière.




Eddy MITCHELL
Frenchy (2003)
Méconnue petite perle de savoir-faire


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Marie-france Roussel (carabosse / la directrice)
- Maurice Barrier (barbe bleue / le professeur de maths)
- Françoise Pourcel-boublil (cendrillon)
- Fabienne Thibeault (blanche-neige)
- Daniel Balavoine (petit prince)
- Frida (belle)
- Plastic Bertrand (pinocchio)
- Daniel Boublil (aladin)
- Catherine Ferry (alice)
- Stéphane Le Navelan (enfant)
- Stéphane Boublil (enfant)
- Emmanuelle Pailly (enfant)
- Clémentine Autain (enfant, et oui, c'est bien 'elle')


1. Qu’est-ce Que J’vais Faire Plus Tard
2. Délivrés
3. Abbacadabra
4. Mon Nez Mon Nez
5. Tête D’allumette
6. Imagine-moi
7. Carabosse Super Show
8. Pareils Et Mêmes
9. L’enfant Do
10. Lâchez Mes Cassettes
11. Belle
12. Envoyez Le Générique



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod