Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 



Alain CHAMFORT - Impromptu Dans Les Jardins Du Luxembourg (dvd) (2005)
Par BAKER le 15 Novembre 2017          Consultée 165 fois

Pierre-Dominique Burgaud. Retenez bien ce nom. Car si l'on en croit le générique, c'est lui qui a soufflé à Alain CHAMFORT l'une des meilleures idées de ces dernières années concernant notre domaine de prédilection, à savoir le DVD musical. Le principe est simple : Chamfort, qui n'est quand même pas le premier venu, a été alors viré de sa maison de disques pour mauvais résultats. La dernière fois qu'un artiste de cette trempe avait été sacqué ainsi, c'était NOUGARO, qui une fois libéré de son ancien label a atomisé les scores avec son fracassant "NOUGAYORK". M'enfin, les mauvaises idées étant toujours à la mode, pourquoi ne pas virer CHAMFORT ? Le gars est donc sans label. Et n'a pas sorti de live depuis un sacré paquet d'années, assez conséquent pour que la plupart de ses derniers disques n'aient pas été défendus dans l'urgence d'un concert de façon satisfaisante. Un best of ? Encore ? Non, mauvaise idée, et puis il y aurait des problèmes de droits. Non, pour relancer sa carrière, l'idée était un live "neuf", qui plaise aux fans tout en accrochant facilement le public souvent ignorant de sa vaste carrière, mais à priori ouvert. Une idée qui ne pouvait qu'être parfaite, ou totalement stupide. Lucy Jordache n'étant pas impliquée dans le processus, il y avait un peu plus de chances pour que ça tende vers le parfait. Et Chamfort, ou Burgaud, de passer un beau matin devant le tristounet kiosque à musique du Jardin du Luxembourg.

Et donc le 7 Mai 2005, le bô gosse (qui a eu la bonne idée de vieillir) a envahi le Jardin du Luxembourg et a donné, tout de go, un concert complet, avec musiciens, invités, tubes, surprises, tout quoi. Que de plus banal ? A priori oui, sauf que le public n'a pas payé un centime, n'était pas forcément au courant qu'il passait, avait peut-être d'autres choses à faire, et ne se sentait pas obligé de rester. Ceux qui sont allés jusqu'au bout du concert n'en ont eu que plus de mérite. Car toute folle qu'elle soit, cette idée de concert gratuit impromptu fonctionne à plein régime, car à la fois ironique ("36 15 Aimez-moi") et complètement naturelle. C'est l'ambiance fabuleusement chaleureuse qui est le principal atout de ce DVD - qui a fait beaucoup parler de lui, à raison, et qui a été honteusement dénigré aux Défaites de la Musique aux côtés du génial Zazie, du génial Calogero... mais bon, fallait bien parler du DVD de Noir Désir, hein, bref... Dénigré cette soirée-là, oui, mais encensé partout ailleurs. Et pour cause : je l'ai peut-être déjà écrit trois fois depuis le début de cette chronique, mais ça fait du bien de le répéter, ce concert est génial.

En plus de sa configuration totalement inédite, il bénéficie également d'une setlist bien fichue et qui permet de rétablir quelques vérités, car si CHAMFORT n'est peut-être pas le zombie qu'on a déclaré de çi de là, il faut avouer que certains vilains préjugés lui collaient à la peau. Déjà, j'ai toujours entendu dire qu'en live il était entre moyen et catastrophique, entre Etienne DAHO pour la présence et Axelle RED pour la justesse. Remettons les pendules à leur place, comme disait Laurent Gerra quand il était drôle (en 1248) : en live, et malgré des chansons demandant une tessiture très large dans l'ensemble, Alain chante très, mais alors vraiment très bien. Impérial, le gars. Une bonne présence (en plus il a une classe folle), une voix qui ne faiblit pas, une chaleur humaine bienvenue, et en plus, là on tord le cou à un autre raccourci facile, le bonhomme sait composer et jouer puisqu'il joue souvent, et de façon très précise, du Rhodes. Il devient donc musicien, et non plus crooner. Et se fond donc parfaitement au milieu des autres musiciens de son groupe, tous très jeunes, tous très pros, avec un son clair et beaucoup d'énergie.

Quelques invités viennent parsemer ce concert...impromptu, mettant du piquant et permettant de donner aux spectateurs improvisés une raison supplémentaire de rester (en plus Chamfort se gourre sur le premier invité !). On retiendra surtout Bertrand Burgalat (le susnommé), avec son style bien à lui et le ravissant minois d'Hélèna Noguerra (pas mon genre, mais je sais que toi, spectateur, baver tu vas). Par contre, la prestation vocale (ce n'est pas du chant, rassurez-moi) de Vincent Delerm ne fait que confirmer ce que je pensais du personnage, à savoir qu'il n'a aucune différence avec son imitation molassonne et enfumée par Gérald Dahan. Et quand un "jeune chanteur" est plus connu par son imitation que par ses chansons, c'est mauvais signe. Enfin, il reste heureusement 'le vieux', avec donc, nous y revenons, une setlist maligne et pleine de second degré, magnifiquement jouée, et qui ne s'axe pas uniquement sur ses tubes. Car, vous ne vous en souvenez peut-être pas, mais ce mister en a pondu une sacrée torchée. Beaucoup plus que ce que ce concert en laisse paraître. Eh oui, outre cet excellent gig, Chamfort a aussi marqué les esprits en 2004 avec un clip excellent, 'Les beaux yeux de Laure'. Ce que le DVD 2 va vous démontrer.

L'édition chroniquée ici est la collector, carrément plus chère que l'autre, difficile à trouver, et le tout pour 25 pauvres minutes qui en prime risquent fort à l'heure où vous lirez ces lignes de faire doublon avec une anthologie autrement plus intéressante. Cependant, il faut rendre à César ce qui était à Chirac, si vous ne vous sentez pas assez fan pour vous offrir une double intégrale de clips, mais avez entendu parler de ce concert-concept, ces 6 clips vous mettront une bonne grosse baffe. Non seulement vous y (re)découvrirez des tubes infaillibles (et pour la plupart non joués lors du concert), mais en plus, le Alain, ses clips sont simplement excellents ! Pas un qui ne soit à la fois original, techniquement bien foutu, et surtout mémorable, le meilleur étant "L'ENNEMI DANS LA GLACE" (vous avez TOUS vu ce clip, et vous avez TOUS oublié de qui c'était. Rattrapez-vous, c'est urgent). Du coup, ces euros supplémentaires ne font plus tiquer une fois ingurgités, surtout que question bonus "réels", la version normale est chiche : deux reportages de 3 minutes signés France Télévisions et pris sur le vif, comme le concert d'ailleurs. Chiche, donc, trop par rapport à un concept aussi culotté. Sympa cependant. Mais un commentaire audio manque cruellement, il aurait été encore meilleur qu'un "vrai" making-of par ailleurs fort bien esquissé pendant les premières minutes.

Nous ne pouvons enfin pas terminer cette chronique ensoleillée et franchement enthousiaste sans parler de la sacro-sainte technique, ici plus importante que d'habitude, et même incontournable. A tel point que ladite technique a même été pendant un moment sujet de doute envers l'honnêteté de ce concept. C'est que, voyez, quand les médias proclament partout, avec l'aval de l'artiste, que ce DVD a été fait "avec des petits moyens, sur le pouce, grâce à une maison de disques indépendante" (XIII Bis Records), eh bien on s'attend à quelque chose de bancal. Or, c'est tout simplement merveilleux. Au départ, on se dit que c'est de la magouille, tant le résultat est beau. En fait, c'est peut-être simplement parce que le concert a été préparé comme il faut, et par des gens de talent. L'image est hallucinante. On se croit au beau milieu du Jardin (si vous vous y êtes déjà promené, comme votre serviteur, vous serez d'accord). La réalisation est su-bli-me. Des loumas qui se baladent partout en parfaite harmonie, un montage nickel qui s'attarde longuement sur le public, les alentours du kiosque, les doigts d'Alain sur le Rhodes, les gamins qui s'amusent, les nuages, les canards, le batteur... Bref, un délice. Chapeau bas à toute l'équipe. Côté son, c'est génial : la stéréo est un live nickel aussi, et le 5.1, sans les retouches de la stereo (il y en a eu, ça se sent, mais pas grave), délivre toute l'ambiance pure de cet après-midi fantastique. Bref, deux formats audio complémentaires (enfin !!!) associés à une image onctueuse comme un velouté aux champignons. Grand DVD, inattendu (plus que ça tu meurs), soigné aux petits oignons, et réhabilitation express d'un grand monsieur sympa et doué. DVD de l'année 2005, ex-aequo avec le Calogero. Faudrait dire ça aux Victoires de la Musique, s'ils possèdent une paire d'oreilles, ce qui reste à prouver.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE :


Serge GAINSBOURG
Vu De L'extérieur (1973)
Pipi caca de qualité




Mylene FARMER
Cendres De Lune (1986)
Premier essai plein de noirceur


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Alain Chamfort (chant, claviers)
- Vincent Brulin (guitare, choeurs)
- Edouard Marie (guitare, choeurs)
- Mado (guitare)
- Igor Nikitinsky (claviers)
- Mathieu Devos (batterie)
- Skye (chant)
- Bertrand Burgalat (chant)
- Hélèna Noguerra (chant)
- Dani (chant)
- Vincent Delerm (chant)


1. Le Grand Retour
2. Charmant Petit Monstre
3. L'hôtel Des Insomnies
4. Rendez-vous Au Paradis
5. Les Beaux Yeux De Laure
6. Malaise En Malaisie
7. Qu'est-ce Que T'as Fait D'mes Idées Noires
8. Joujou à La Casse
9. Bambou
10. L'ennemi Dans La Glace
11. Si Tu T'en Allais
12. Lili Shanghaï
13. Chasseur D'ivoire
14. Reine D'autriche
15. Bébé Chanteur / Madona
16. Manureva
17. Tombouctou
18. Sinatra
19. Palais-royal
20. Géant
21. Clara Veut La Lune
22. Entre Cafard & Bourdon / Love Is A Gift
23. Le Grand Retour
- bonus
24. La Plainte Du Blessé Léger
- clips
25. Le Grand Retour
26. Traces De Toi
27. L'ennemi Dans La Glace
28. Ce N'est Que Moi
29. Les Beaux Yeux De Laure



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod