Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ISILDURS BANE - Colours Not Found In Nature (with Steve Hogarth) (2017)
Par BAKER le 14 Décembre 2017          Consultée 591 fois

ISILDURS BANE vivant ? Et épaulé par Steve HOGARTH ? La géniale pochette passée, place au doute. L’un des groupes les plus instrumentaux du rock progressif, fortement identitaire qui plus est, s’acoquinant avec un chanteur, et pas n’importe lequel, question identitaire on est en plein dedans : diantre, qu’allait-ce donner ? Eh bien des surprises. Et ce dès le premier titre, le meilleur et pas le plus sage. Violon fou, rythmique étrange, cuivres ZAPPAesques, jazz, fou et sensuel : si les Nordiques du 7ème siècle avaient fait du rock, il aurait sûrement ressemblé à ça. Malgré des années de disette, de doute, et de silence radio, ISILDURS n’a donc pas perdu son style, sa spécificité. C'est à la fois prog 70s un peu cliché, moyen-Ageux mais sans avoir recours au folk à outrance, un peu space rock enfumé, et avec un petit soupçon de Canterbury. Instrumentalement, ce titre d'ouverture vaut donc à lui seul l'achat : amateurs de sensations à la fois nouvelles et diantrement classiques, vous ne serez pas déçus.

Et au milieu de tout ça, comment s’intègre H ? Etonnamment bien. Et surtout, c’est bien le maître mot : il s’intègre. Sa voix est intacte, c’est lui sans aucun doute, mais dès les premières notes il se pose réellement en tant que chanteur invité dans un projet, et pas H-de-MARILLION-lambda comme on aurait pu s’y attendre, voire le redouter. Sentiment renforcé par le fait qu’il fasse ses propres choeurs (une première il me semble). Il y a de l’intelligence d’écriture là-dedans, de la beauté, de la force et aussi un goût prononcé pour l’aventure musicale. Ardu mais superbe.

Si le reste de l’album n’arrivera pas à se hisser à cette hauteur, il en restera majoritairement proche. "Random Fires" et son refrain incroyable, à la fois enfantin et épique, la voix surnaturelle de H donnant un côté TALK TALK de la plus belle période. "Peripheral" laisse craindre un nouveau "Memory of Water" (alias ouinnnnnnnnnnn snirfl snirfl) mais le refrain, doux et lent, est une merveille. "Incandescent" tente le grand chelem de toutes les différentes ambiances de l’album, et nous emmène très loin tandis que H nous sussure le code secret pour avoir 9 vies à Metroid (ça marche pô !). Groovy mais lançinante, orchestrale mais également digitale (...mais avec de vrais instruments !), cette fin est aussi ardue que le début, et ose trop de choses pour être ignorée ou sous-estimée. Ca fonctionne aux forceps, mais eh, c'est ça la beauté, faut souffrir !

Deux titres sur six se montreront moins convaincants : l’épique "The Love and the Affair" un peu trop long mais avec une partie centrale passant du doux au cassant avec une instrumentation de toute beauté, et surtout "Diamonds" qui, erreur fatale, la joue “less is more” : marimba, xylophone, ambiance ouatée, mais aussi écriture assez pataude par rapport à la finesse du reste. Pourtant, le gros synthé analogique de fin qui tâche faisait joli dans le décor. Des ratés donc, ça et là, mais pas assez pour vraiment ternir l’aura d’un disque atypique, assez unique dans son genre, et qui est truffé de petits détails musicaux délicieux. Les fans de MARILLION ne seront probablement pas tous conquis, tant l'univers déclamé ici est différent de leur groupe favori, mais ce retour, qui ne manquera pas de diviser y compris au sein de la fanbase d'ISILDURS, a de quoi vous tenir en haleine pendant de longues écoutes.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


MEAT LOAF
Live With The Melbourne Symphony Orchestra (dvd) (2004)
Un régal de technique et de rires.




AYREON
The Final Experiment (1995)
Premier essai stupéfiant d'audace.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Steve Hogarth (chant, choeurs)
- Axel Croné (basse, claviers, guitares, saxophone, clarinette, )
- Mats Johansson (claviers)
- Samuel Hallkvist (guitares, prog)
- Christian Saggese (guitares)
- Katrine Amsler (claviers)
- Kjell Severinsson (batterie)
- Klas Assarsson (marimba, vibraphone, tubular bells, percussions)
- Pieter Lenaerts (contrebasse)
- Xerxes Andren (batterie)
- Liesbeth Lambrecht (violon, violoncelle)
- Luca Calabrese (trompette)
- Anneli Andersson (choeurs)
- John Anderberg (choeurs)


1. Ice Pop
2. The Random Fires
3. Peripheral Vision
4. The Love And The Affair
5. Diamonds And Amnesia
6. Incandescent



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod