Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1991 Iced Earth
1992 Night Of The Stormrid...
1995 Burnt Offerings
1996 The Dark Saga
1997 Days Of Purgatory
1998 Something Wicked This...
1999 Alive In Athens
2001 Dark Genesis
  The Melancholy E.p
  Horror Show
2003 The Reckoning
2004 The Glorious Burden
2007 Overture Of The Wicked
  Framing Armageddon : ...
2008 The Crucible Of Man -...
2011 Dystopia
2014 Plagues Of Babylon
2017 Incorruptible

ICED EARTH - Incorruptible (2017)
Par BAKER le 23 Décembre 2017          Consultée 356 fois

Il serait faux de dire qu’en 2017, la sortie d’un nouveau ICED EARTH soulève les attentes les plus dingues. C’est peut-être pour cela que la surprise n’en est que meilleure. Parfaitement calibré, "Incorruptible" n’est pas un grand album, mais il est sans doute possible un bon album, de ceux qui se laissent écouter d’un bout à l’autre le sourire aux lèvres. Pratiquement rien n’a changé, les terres inconnues ne sont pas défrîchées à la hussarde, la mainmise de Jon Schaffer sur le groupe est toujours prépondérante, c’est juste la qualité des chansons qui rend l’entreprise viable. Et Incorruptible porte du coup bien son nom : Schaffer est le Elliott Ness des guitaristes de heavy metal américains. Nu-metal, pop, electro, black ? Fi, manants ! ICED EARTH est mon nom, le heavy mâtiné de rythmiques thrash ma couleur et le headbanging ma raison d'être.

Dès l’intro, la peur de l’ennui fait place au sourire : "Great Heathen" débute mal, avec son ambiance mille fois entendue, mais une fois les riffs décochés, c’est un bon mélange de mélodie et de furaxabilité, épique et sombre. Pas du grand Schaffer, mais avec quelque chose. "Black Flag" possède un refrain désespéré (la course au suicide programmé des militaires, thème cher à Jon ?). Pour "Raven", le petit plus vient des synthés, mixés très bas mais juste comme il faut, et d’un refrain dynamique et concerné. "Black Veil", pareil : ballade clichée réhaussée par un pont qui lui donne sa vraie raison d’exister... et qui magnifie le refrain. "Seven Headed Whore" est un brûlot, furibard et strident. On est plus dans la dimension CRADLE OF FILTH que ICED EARTH. "Defiance" possède un refrain aux relents de... nu-metal. Damned, trahison ultime, désertion ? Non, ce ne sont que des effluves, le coeur de la bête est encore saignant et 100% heavy thrash. Bref, beaucoup de titres sont tout à fait consommables et possèdent le petit plus d’âme qui de temps à autre manquait parfois au groupe.

Deux titres vont cependant un peu plus loin. D’abord, l’epic final qui est l’habituelle chanson-sur-la-guerre-de-Secession. Ah ben oui, avouez que vous l’attendiez celle-là ! Et elle est sympa. Vraiment. Assez héroïque mais surtout presque optimiste. La première partie est basée sur un riff qui rappelle furieusement autre chose, mais comme j’ai été incapable de trouver quoi, bénéfice du doute (NDLR : Cherche pas, t’es juste mauvais !). Le chant est prenant et il y a une belle utilisation de la... euh... de la cornemuse ? de la bombarde ? (NDLR : T’es sûr, le mauvais ?). Bref c’est attendu mais agréable. Ce qui n’était pas attendu, c’est l’instrumental "Ghost Dance" qui, teinté de world music, rend hommage au peuple Amérindien. Classieux, inattendu, point d'orgue d'un album pas essentiel mais très attachant, ce titre finit de hisser ICED EARTH au rang de ces groupes où, décidément, on ne pourra jamais savoir à quoi s’attendre ; pas au niveau du style, car il est quand même bien balisé, mais au niveau de la qualité. Schaffer plaisir à voir ! (NDLR : Dégage. Trop mauvais).

(PS : Après la semi-débâcle de Plagues of Babylon, à savoir un 5.1 qui avait autant de plan de carrière qu'un altermondialiste vegan chez McDonald's et un beau sticker prônant "un mastering vinyl de qualité supérieure", laissant entendre par là que le CD avait un mastering de cochon, Schaff et sa bande ont préféré en rester à ce qu'ils savent faire de mieux : une bonne rondelle de 12cm argentée toute simple toute bête)

A lire aussi en HARD ROCK par BAKER :


ALICE IN CHAINS
Music Bank (2001)
Clips glauques, musique fantastique




PAIN OF SALVATION
In The Passing Light Of Day (2017)
L'album le plus émotionnellement éprouvant de '17


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Jon Schaffer (guitares, claviers, prog, choeurs)
- Stu Block (chant)
- Jake Dreyer (guitares)
- Luke Appleton (basse, choeurs)
- Brent Smedley (batterie)
- Jeffery Day (choeurs)
- Sam King (choeurs)
- Tobias J Smith (choeurs)
- Cj Williamson (choeurs)
- Heyden Labelle (choeurs)
- Hunter Phares (choeurs)


1. Great Heathen Army
2. Black Flag
3. Raven Wing
4. The Veil
5. Seven Headed Whore
6. The Relic (part 1)
7. Ghost Dance (awaken The Ancestors)
8. Brothers
9. Defiance
10. Clear The Way (december 13th, 1862)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod