Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 



The MONKS - Hamburg Recordings 1967 (2017)
Par JOVIAL le 16 Janvier 2018          Consultée 340 fois

Sans Internet, que serait devenu The MONKS ? Probablement une de ces nombreuses formations oubliées des sixties et connues seulement de quelques fins renifleurs qui verraient là l'un des premiers cris du punk-rock autant qu'une influence décisive du krautrock. Depuis l'avènement du web donc, nos cinq compagnons de la croix ont de nouveau pignon sur rue. Black Monk Time a ainsi été réédité plus d'une dizaine de fois depuis les années 90, principalement aux USA et en Allemagne. Le groupe s'est même reformé le temps d'un concert en 1999, gravé sur sillon et distribué par la suite (Let's Start a Beat – Live From Cavestom). La même année sortait également Five Upstart Americans, compilation de démos que complète Demo Tapes 1965 en 2007 et The Early Years 1964-1965 en 2009. Ajoutons à cela un single inédit, Pretty Suzanne, enregistré en 1967 mais également réalisé en 2009, au morceau-titre surprenant, un rock lourd comme seul The MONKS savait en faire avant BLUE CHEER.

Étonnement, tout les tiroirs n'avaient pas encore été fouillés. Fin 2017, les Américains refont ainsi parler d'eux avec Hamburg Recordings 1967. Cinq autres morceaux, totalement inédits, vraisemblablement enregistrés très peu de temps avant la séparation du groupe en septembre 1967.
Une note d'Eddie Shaw précise également que ces derniers « ne sont pas aussi radicaux que les autres chansons des MONKS », rapportant qu'ils furent écrits pour « apaiser les fans des BEATLES » du Top Ten Club d'Hambourg où les faux moines se produisirent durant l'été 1967 (1).

The MONKS vont donc devenir de gentils garçons. Derrière les fûts, Roger Johnston a réinstallé ses cymballes. Eddie Shaw ne branche plus sa basse sur distortion et le guitariste Gary Burger se limite aussi sur le sujet. On soigne également la voix, plus question de brailler désormais. Quant au pauvre Dave Day, on ne sait plus trop quoi faire de son banjo. En résumé, les Américains jouent ici ce que Black Monk Time raillait justement l'année précédente : des pop songs. Et en effet, ces ultimes recordings fleurent pas mal les Fab Four. PROCOL HARUM aussi. Parfois LOVE. Un peu The BYRDS. Beaucoup de choses en fait. Sauf The MONKS.

Pourtant, ce nouvel EP est loin d'être une purge. Impossible de résister à la fantastique calvacade de « I'm Watching You » par exemple, pépite rock, la dernière du groupe. Le propos se fait léger, presque trop sur « Julia », mais ne dérange plus sur les agréables « P.O. Box 3261 » et « I Need You Shatzi ». Le disque s'achève avec la surprenante « Yellow Grass », entièrement instrumentale, le chant n'ayant pas été retrouvé par Third Man Records. On boit du petit lait en s'abandonnant à ces claviers vintage, alors qu'un illustre inconnu rejoint le cortège à la trompette.

Considérer Hamburg Recordings 1967 comme un bon EP reste à nuancer. Il ne l'est certainement pas en tant que disque de The MONKS. Passez donc votre chemin si vous veniez chercher là le dernier Graal du groupe américain. Pour les curieux et les autres, pas de quoi se relever la nuit non plus, mais on tient ici quelques très sympathiques morceaux.

Note réelle : 2,5/5
À écouter : « I'm Watching You »

(1) The Top Ten Club est l'une des salles où les BEATLES effectuèrent leurs premières dates en Allemagne, de 1960 à 1962.

A lire aussi en ROCK par JOVIAL :


STORLOK
Stok Ha Stok (1979)
Premier groupe breton de rock




801
801 Live (1976)
Grand live oublié


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Gary Burger (chant/guitare)
- Larry Clark (chant/orgue)
- Roger Johnston (chant/batterie)
- Eddie Shaw (chant/basse)
- Dave Day (chant/banjo)


1. I'm Watching You
2. Julia
3. P.o. Box 3291
4. I Need U Shatzi
5. Yellow Grass



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod