Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


BACHDENKEL - Lemmings (1973)
Par JOVIAL le 29 Décembre 2015          Consultée 883 fois

BACHDENKEL est certainement l'un des groupes pour lesquels l'Histoire a tellement retenu peu de choses que désormais n'importe quelle information à son sujet passe pour n'être qu'élucubrations de quelque hagiographe fou, tombé à juste raison amoureux d'un premier album flamboyant, Lemmings. Ce qui est avant tout sûr, c'est que ce trio nous vient de Birmingham, obscur foyer d'avant-gardistes à l'époque. Le nom du groupe ? Aucun rapport avec Jean-Sébastien, on l'aurait parié. Mais aucun rapport non plus avec un mot existant quelque part, puisqu'il fut tout simplement, et selon la légende, produit par ordinateur. Vrai ou non, cela ne servit en rien la notoriété des zikos qui choisirent donc de quitter l'Angleterre direction Paris, ville sans doute plus réceptive aux idées révolutionnaires après mai 68. L'enregistrement de Lemmings y débute en 1970 mais, devant la réticence des producteurs, ne sortira qu'en 1973 chez Philips Records.

Et pourtant, comment refuser de produire une telle œuvre ? Il faut croire que le bon goût c'est comme le whisky et le bon vin, ça bonifie avec le temps. Car Lemmings rassemble tout ce qui se faisait de mieux à l'époque, gommant les défauts des uns et des autres pour n'en garder qu'une substantifique moelle tant recherchée. De la puissance de Led Zeppelin à l'audace de King Crimson, BACHDENKEL nous renvoie aussi à la noirceur de Van der Graaf Generator, à l'univers des premiers Pink Floyd ou des premiers Caravan, à la virtuosité de Yes, à la pop des Beatles. Mais hors de question de les ranger pour autant dans la fameuse case « progressive » ! Le trio de Birmingham pratique au contraire un rock sulfureux et héroïque, alternant climats nocturnes et avalanches lourdes, qu'illustrent des textes bien mélancoliques.

Lemmings est une pièce de rock lyrique. De l'introduction au dénouement se maintient une tension permanente et passionnée, une progression où chaque morceau répond au précédent en un écho presque obsédant. On débute à chaque fois calmement, sous un ciel étoilé, les pieds dans la poudreuse. Guitare claire et chant pensif guident un auditeur déjà conquis. Et puis, vlouf ! Un coup de blizzard. La montagne qui se dresse devant nous, froide et imposante. Les arpèges laissent place aux riffs robustes, aux soli acérés. La tempête « Translation » est passée, on se réveille sonné sous le soleil d'hiver d'un « Equals » contemplatif.

Ce même schéma se répète tout au long de l'album, sans toutefois lasser. BACHDENKEL sait varier les ambiances tout en se bornant à suivre le même sentier enneigé. « Equals » et « Long Time Living » se rendent ainsi la pareille à deux morceaux d'intervalle, tel un songe qui se revit, un coup d’œil en arrière vers quelques terres plus rassurantes. Mais l'atmosphère se dégrade inévitablement, les bourrasques reprennent. « Settlement Song » se couvre de nuages noirs, « Come All Ye Faceless » triomphe en un orage chargé d'éclairs.

Lemmings est une rencontre des genres et des atmosphères d'une cohérence magistrale. BACHDENKEL enregistre un album d'une intensité rare et subtile. Sombre, amer, violent. Mais toujours, toujours une sorte d'étoile polaire qui étincelle en toile de fond, une lueur d'énergie blanche, évitant au dernier moment la mièvrerie d'un côté, les ténèbres complètes de l'autre. Un premier disque qui, même aujourd'hui, n'a rien perdu de sa force, aux émotions intactes quarante ans plus tard. On en regretterait presque sa remasterisation qui lui adjoint trois pistes inutiles, rescapées d'un EP mort-né, qui ne trouveront par leurs places ici. Stoppez donc l'écoute après « Come All Ye Faceless », de ce fait vous ne gâcherez pas le propos d'un album incroyablement juste et original.

4,5/5

A lire aussi en ROCK par JOVIAL :


SONIC YOUTH
Confusion Is Sex (1983)
Tant pis pour vous.




MANO NEGRA
Best Of (2005)
Un simple Best of ? Pas forcément ...


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Colin Swinburne (guitare/claviers/chant)
- Peter Kimberley (basse/claviers/chant)
- Brian Smith (batterie)
- Guest :
- Karel Beer (orgue)


1. Translation
2. Equals
3. An Appointment With The Master
4. The Settlement Song
5. Long Time Living
6. Strangerstill
7. Come All Ye Faceless
8. + Ep :
9. The Slightet Distance
10. Donna
11. A Thousand Pages Before



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod