Recherche avancée       Liste groupes



      
PROG ROCK HEAVY BLUES   |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

1970 Menu

Freddy LINDQUIST - Menu (1970)
Par LE KINGBEE le 15 Février 2018          Consultée 1123 fois

J’entends déjà mes oreilles siffler … … certains pourraient se gausser et dire que le kingbee ne s’est intéressé qu’à la pochette et non à ce Freddy LINDQUIST, guitariste totalement inconnu chez nous. Bah… laissons les mauvaises langues parler, après tout elles n’ont peut-être pas tout à fait tort. Si certains d’entre vous ont un penchant pour les pochettes de disques de Disney ou de Chantal Goya, libre à eux. Mais sans cette pochette, il est probable que je ne me serais probablement jamais penché sur l’ami Freddy.

Il fallait être quand même sacrément « burné » en 1970 pour sortir une telle pochette. Si vous regardez bien, il ne fait guère de doute que la dame de la pochette ne porte strictement rien, hormis deux bracelets, un collier de pacotille et une chaîne de taille en or.

Originaire d’Oslo où il voit le jour en 1946, Freddy LINDQUIST est issu d’une famille de musiciens : Maman joue de l’accordéon, Papa de la guitare. Oui, je sais bien, ce n’est pas le genre de détails très croustillants, surtout après une telle pochette. Gamin, Freddy se lance dans l’apprentissage de la clarinette mais opte rapido pour la guitare, instrument plus fun. Adolescent, le guitariste intègre diverses formations locales The Gibbons puis The Vanguards qui servent de première partie lors de la venue des anglais Herman’s Hermits. Pendant près de trois ans, notre guitariste joue alternativement pour les Beatnicks, Rypquist et The Jumbo.

En 1970, LINDQUIST, décidé à voler de ses propres ailes, enregistre et produit ce qui reste comme le seul disque sous son nom. Il recrute des musiciens issus de la scène Blues Psyché Soul : le chanteur Freddy Dahl (futur Ruphus, Chipahua, Mulens Portland Combo), le saxophoniste de Jazz Carl Magnus « Kalle » Neuman, l’organiste Geir Wentzel issu de la scène Blues et enfin deux batteurs, le jazzman Espen Ruud et son ancien équipier Leif Jensen. Un sextet monté de bric et de broc mais dont tous les membres oscillaient dans le giron du Club 7, le plus gros centre culturel norvégien.

Freddy LINDQUIST nous délivre ici un véritable brûlot bien plus incendiaire que pourrait le faire croire cette fameuse pochette. D’entrée de jeu, « Sundae Sellers », un Rock Psyché, nous renvoie vers un univers entre Gong et Cream. Si le jeu de guitare fait parfois penser à Steve Hillage, les autres instruments s’orientent vers un copieux magma naviguant entre Jazz, Prog Psyché et Free. Rien de mieux qu’une mélodie pour atténuer les ardeurs, « The Green And Little Pink Man » permet de découvrir les envolées d’un saxophone subtil, parfait contrepoint d’un orgue complètement barré et d’une guitare pleine de reverb. Rien de mieux qu’un petit shuffle assez court pour accrocher l’oreille. « Ridin', Huggin' And Kissin' » comporte tous les ingrédients d’un Folk Blues Psyché avec gros apport de slide. Cette face A s’achève avec « Shalako », une balade Folk Blues avec guitare acoustique, une flûte qui renvoie à If (groupe anglais de Jazz Prog) et des percussions minimalistes presque tribales débouchant sur une mélodie qui oscille vite entre zénitude et obsession.

Si les baguettes impriment les premières mesures de « How Nice », le morceau nous expédie rapidement dans une ambiance très NICE ou EMERSON, LAKE & PALMER avec une guitare aérienne oscillant entre envolée Psyché et phrasé cristallin sous des nappes d’orgue. Petite curiosité avec « Black Is Black », gros et unique succès du groupe espagnol Los Bravos qui deferla sur les ondes en 1966. Cette bonne grosse soupe adaptée en français en « Noir C’est Noir » a connu de multiples reprises, souvent pires que l’originale (Joey Dee & the Starliters, Jimmy Ruffin, Belle Epoque, même les Standells et Big Maybelle s’y sont cassé les dents, c’est dire !). Les Norvégiens introduisent le titre avec le classique de leur compatriote Edvard GRIEG « Dans l’Antre du Roi de la Montagne », issu de « Peer Gynt », pour bifurquer aussitôt vers une version où Psyché, Soul Prog s’emboîtent sous une couverture de chœurs féminins (peut-être trop présents) et d’une grosse ligne de basse. Oui, c’est autre chose que les sempiternelles copies serviles du groupe madrilène. Là, nous ne sommes pas sur la même planète.

La tension retombe avec « Woman Running Around », titre résolument orienté vers une Pop sans grand intérêt, malgré l’intervention tardive du sax dans une ambiance Jazz Prog. Le disque se clôt sur une excellente pièce bluesy « Join In And Freak Out » à la mélodie imparable, avec une guitare flamboyante de sobriété, un léger nappage de claviers et une basse aussi ronde que groovy.

Reste à savoir où classer ce disque singulier et surprenant : en Jazz Prog, en Prog Psyché ? Peu importe, avec « Menu » vous avez entre les mains un album qui mérite de la considération. En 1970, nos amis norvégiens, bien que méconnus, avaient une longueur d’avance sur nos stars du moment : chez nous, on écoutait « Laisse-Moi T’aimer » (Mike Brant), « L’Amérique » (Joe DASSIN) ou bien encore l’intellectuel « Darla Diladada »(DALIDA)*. Album méconnu, « Menu »** vaut bien une note de 3,5 qui sera ramenée à 4 par le biais d’une pochette singulière. Ah, dernière chose, on doit cette pochette au photographe Rune Venjar dont ce sera le seul fait d’arme, ses pochettes postérieures ne révélant strictement aucun intérêt.

*Il s’agit d’exemples parmi tant d’autres. Je n’ai rien contre ces gens, je ne les écoute pas ou alors c’est contre mon gré.
**Publié en 1970 par le label Flower Records, ce disque a été réédité plusieurs fois en vinyle. En 2004, Pan Records en proposait une version CD qui se négocie actuellement autour des 300 €. Excessif, me direz-vous, mais la dame du visuel a peut-être attrapé un coup de froid et lorgne sur un vison, allez savoir !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par LE KINGBEE :


NEKTAR
Remember The Future (1973)
Une pépite de rock prog cosmic seventies.




Steve HILLAGE
Motivation Radio (1977)
Rock prog psy mid 70's. un must!


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Freddy Lindquist (chant, guitare, flûte, basse)
- Freddy Dahl (chant)
- Geir Wentzel (piano, orgue)
- Carl 'kall' Neumann (saxophone)
- Espen Ruud (batterie)
- Leif Jensen (batterie)


1. Sundae Sellers.
2. The Green And Pink Little Man.
3. Ridin', Huggin' And Kissin'.
4. Sharako.
5. How Nice.
6. Black Is Black.
7. Woman Running Around.
8. Join In And Freak Out.



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod