Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2017 In This Moment We Are...
 

- Style : Ayreon, The Gentle Storm
- Membre : Anneke Van Giersbergen , The Gathering

VUUR - In This Moment We Are Free (cities) (2017)
Par BAKER le 20 Mars 2018          Consultée 942 fois

"Vous les critiques, vous zêtes que de pauvres frustrés qui disez gratuitement que du mal des disques". "Vous les critiques, vous zêtes que des privilégiés payés pour dire du bien de tout pour toucher des commissions". Les deux très grands classiques, que dis-je ? les incontournables du métier. Que répondre à cela ? Si c'était vrai, d'une part je ne serais pas ici et vous ne pourriez pas lire mon inénarrable prose de bel enfant sauvage, et d'autre part, en imaginant un seul instant que ce fusse vrai et qu'on soit tous assez veules / fainéants / calculateurs / salauds / désoeuvrés (rayer les mentions inutiles) pour agir ainsi, resterait un cas qui est typiquement LE cas le plus difficile : l'album moyen.

Or, VUUR tombe précisément dans ce cas de figure. Moyen. Oh, pas moyen au sens péjoratif du terme, celui qu'on emploie pour être neutre mais qui signifie en réalité "en-dessous de la moyenne". Non, moyen au sens où tous les points positifs et négatifs se neutralisent, laissant un disque parfaitement réalisé, mais qui manque cruellement de ce petit supplément d'âme, ce frisson tant attendu, ce quelque-chose d'intangible qui donnera envie d'y retourner. Mais d'abord, cékoidon VUUR, que se cache derrière ce doux patronyme ? Demandez plutôt qui se cache : Anneke VAN GIESBERGEN, la douce ex-GATHERING à la voix de sirène, probablement une des chanteuses les plus gentilles et piquantes du circuit, et dont l'organe puissant et racé n'avait pas été utilisé à des fins metalleuses depuis trop d'années.

C'est donc une formation de metal progressif "à la sauce néerlandaise" qui comporte en son sein quelques cadors du genre, dont l'excellent batteur Ed WARBY qui a notamment écrit les plus belles pages percussives d'AYREON. Une formation qui devait également comporter la ravissante Marcela BOVIO, évincée en cours de route pour différends artistiques (non Tuomas, tais-toi, tu vas dire des bêtises !). Le retour à une seule chanteuse et un but artistique précis conduisent au piège fatal : l'uniformité. Et c'est bien la raison principale pour laquelle ce disque est furieusement moyen : il est très, vraiment très très long (coupé de moitié ne l'aurait pas rendu moins intéressant), il possède une production trop saturée, trop massive, trop fatigante (l'écoute entière au casque est éreintante), et en prime malgré les nombreux solos et passages progressifs sautillants, techniques ou planants, il est d'une effroyable monotonie stylistique. Il faudra attendre le DERNIER titre pour changer complètement de rivage.

Pourtant, pourtant, messieurs dames, il y a de bien belles choses et nombre de qualités. Déjà, bon, c'est trop ridige, trop froid, mais les musiciens, comme vous vous doutez, sont tous des zébus de la forêt dans leur domaine : ça joue vite et ça joue précis. Il y a de bons titres, à commencer par le meilleur : le premier (qui, ô stupeur, est aussi le single). Gros riff fédérateur, refrain un peu planant, on retrouve le côté lourd de GATHERING associé aux aventures plus pop d'Anneke, qui est toujours aussi impériale. La chanson est excellente, juste un peu trop longue, et ce sera le cas de TOUS les titres. Sur chacun, on aurait pu couper trente secondes facile ; il faut dire que les passages progressifs semblent parfois totalement artificiels.

On retrouve quelques balises : le style de STREAM OF PASSION sur "Time" (avec ce côté un peu pataud qui faisait l'identité du groupe mais ici gâche la fête), celui très caractéristique de Devin TOWNSEND sur "Beirut" (ainsi que du Lana LANE, prog metal batave oblige), un peu de néoclassique sur "Mexico", mais une chanson sur deux, on retrouve aussi beaucoup trop de clichés du genre pour véritablement apprécier. "Istanbul" par exemple est un enquillement de gammes orientales qui n'ont absolument plus aucun intérêt depuis que Kirk HAMMETT a marché sur l'eau. Heureusement, deux titres viennent sauver le navire du naufrage : "Rio", vraie réussite optimiste avec une super relance à la batterie et qui fait fin d'album (hélas ! on n'en est qu'à la petite moitié), et une jolie "Helsinki" qui, outre un solo glorieux, calme un peu le jeu avec sa jolie intro orchestrale : après 8 titres, il serait temps.

Ultime titre qui arrive bien trop tard, "Reunite !"(tiens ? je DEVINe d'où vient ce !) veut rendre hommage au Bataclan mais l'émotion ne passe pas autant qu'on le souhaiterait. L'explosion de joie sur la seconde partie est compréhensible, mais elle arrive trop tard, et n'a pas la force de 'Rio'. C'est un peu trop mécanique, trop attendu, et c'est en fait un bon résumé de tout l'album : tout est réuni pour réussir, mais la sauce ne prend pas. L'album dans son entier est beau, bien fait, rempli de bons passages, mais on en ressort plus saoûlé qu'heureux. Sans compter que le côté une chanson = une ville ne fonctionne que très rarement. On est donc contents de réentendre Anneke sur des riffs heavy, mais l'entreprise n'a pas la force escomptée. C'est dur de suivre le troupeau quand on a été une pionnière...

Note finale : 2,5/5, arrondi à 3 car comme pour le premier Sons of Apollo, les amoureux fous du style pourront y trouver leur compte grâce au chant

A lire aussi en HARD ROCK par BAKER :


EXTREME
Pornograffitti (1990)
Sexe ! sexe ! sexe ! sexe, wouuuuuuh !




Derek SMALLS
Smalls Change (2018)
Vieillir est un naufrage : gloups !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Anneke Van Giersbergen (chant, choeurs, guitare)
- Jord Otto (guitare)
- Ferry Duijsens (guitare)
- Johan Van Stratum (basse)
- Ed Warby (batterie)
- Joost Van Den Broek (prog, claviers)


1. My Champion (berlin)
2. Time (rotterdam)
3. The Martyr And The Saint (beirut)
4. The Fire (san Francisco)
5. Freedom (rio)
6. Days Go By (london)
7. Sail Away (santiago)
8. Valley Of Diamonds (mexico City)
9. Your Glorious Light Will Shine (helsinki)
10. Save Me (istanbul)
11. Reunite ! (paris)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod