Recherche avancée       Liste groupes



      
BOOGIE WOOGIE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


2009 Rocks

Amos MILBURN - Rocks (2009)
Par LE KINGBEE le 24 Juin 2018          Consultée 199 fois

Natif de Houston (Texas), Amos MILBURN aura connu quelques belles années, figurant dans le peloton de tête des représentants du boogie-woogie d’après guerre.
Issu d’une famille de treize enfants, Amos Milburn voit le jour en 1926. Il se met très tôt au piano, instrument qu’il apprend dans l’église de son patelin. Pianiste précoce, il se produit dans les tavernes de Houston et les clubs et barrelhouses de la Nouvelle Orleans et se taille une solide réputation. A 15 ans, il s’engage dans la Navy, mentant sur son âge, et l’Oncle Sam lui offre une belle petite croisière de trois ans dans les Philippines. Rien de bien méchant, il servira comme steward à bord d’un navire.
A sa démobilisation, il regagne sa région natale et forme un ensemble qui se produit dans les grands clubs de Houston et de la Crescent City. L’heure est à la joie, la Guerre est terminée et les Américains veulent profiter et s’amuser.
Lola Ann Cullum, l’épouse d’un dentiste, décide de l’enregistrer et d’envoyer les démos à la firme Aladdin. La fille a de la suite dans les idées, elle vient de monter une boîte de management musical à Houston. En septembre, l’impresario emmène son poulain à Los Angeles où Amos Milburn grave ses premières faces pour Aladdin, le label des frères Mesner.

Son troisième 78 tours « Down The Road Apiece », reprise d’un titre de Don Raye enregistré quelques semaines avant par le Will Bradley Trio avec Freddy Slack au piano, lui permet de gagner ses galons de star en puissance. Son chant velouté mais puissant, digne des meilleurs Blues Shouters, et son jeu de piano transforment un petit boogie somme toute classique en une tornade de boogie texan aux confins du Rock' n' Roll. Le titre est aussitôt repris par Ella Mae Morse et bien plus tard par les STONES dans une version n’offrant hélas que peu d’intérêt.

Bénéficiant souvent de l’appui de l’orchestre de Maxwell Davis, MILBURN aligne les succès : « Hold Me Baby », « Chicken Shack Boogie », « In The Middle Of The Night », « Tears Tears Tears », « Let’s Have A Party », sans oublier son « Bad Bad Whiskey » et « One Scotch, One Bourbon, One Beer », deux titres tristement révélateurs de son addiction. Au niveau composition, le Texan peut également compter sur la collaboration de Rudy Toombs, excellent songwriter décédé en 1962 après avoir été battu à mort par des cambrioleurs dans son appartement de Harlem.
A la surprise générale, le pianiste se sépare de son orchestre, un important big band de 16 musiciens, pour évoluer en solo dès l’été 52. En fait, il ne peut plus payer une formation si nombreuse. Quatre ans plus tard, le pianiste regagne ses pénates à Houston, mais le succès s’estompe. Très porté sur la bouteille, Amos est victime de crises de délirium et son contrat avec Aladdin prend fin en 1957. Le pianiste enchaîne chez King et Motown avec de pâles copies de ses succès passés, les tendances et les modes ayant évolué et le Rock' n' Roll a raison de cet héritier du boogie woogie. Ses derniers enregistrements remontent à 1972 avec un disque dans lequel Johnny Otis le remplace au piano pour la majeure partie, Milburn étant victime d’un accident cérébral. Après avoir été amputé d’une jambe, la troisième attaque cardiaque est la bonne. Amos Milburn disparaît pour de bon au début de 1980 à 52 ans.
Héritier du boogie woogie à la Albert Ammons, annonciateur des futurs succès de Little RICHARD et Fats DOMINO, cet excellent compositeur de chansons à boire et de boogie ne résiste paradoxalement pas à la vague de Rock'n'Roll urbain qu’il avait contribué à lancer.

Le label allemand agrandit sa série « Rocks » avec cette compilation de 31 titres (durée 1Heure 22) couvrant une période s’étalant de 1946 à 1957. La chronologie n’est pas respectée, le compilateur ayant privilégié un séquençage qui rend l’écoute de ces 31 pistes plus agréable et moins linéaire. Superbe pianiste au style décontracté et festif, chanteur à la voix chaleureuse, Amos MILBURN pouvait aussi s’appuyer sur de remarquables sidemen alliant Swing et R&B.
En guise de porte-drapeau, « Chicken Shack Boogie » (futures reprises par Lionel Hampton et Bill Wyman’s Rhythm Kings) ouvre les débats avec la version de 56, le compilateur glissant au milieu du disque celle, plus soft, de 1947. Pour les cinéphiles, ce titre figure dans plusieurs bandes-son hollywoodiennes dont l’excellent « Le Diable En Robe Bleue » avec Denzel Washington, Don Cheadle et Tom Sizemore. Les titres boogie woogie se partagent la plus grosse part du gâteau : « My Baby’s Boogying », « Roomin’ House Boogie », « Down The Road Apiece », « Chicken Shack Boogie », « Square Dance Boogie », l’impayable et frénétique « Amos’ Boogie », « Boogie Woogie » se révèlent de véritables morceaux de danse. Au gré des pistes, on imagine la main gauche tapant sur les touches et faisant ainsi office de basse tandis que la main droite tisse la mélodie.
A contrario, des titres tels « We Teenagers Know What We Want » ou « Roll Mr. Jelly», dans lequel le chanteur se vante de ses prouesses sexuelles, tiennent autant du Boogie que du Rock'n'Roll.
Les chansons dédiées à la beuverie et au plaisir des house party sont elles aussi bien représentées ici : « House Party », « Let Me Go Home, Whiskey », « Good, Good Whiskey », « Vicious, Vicious Vodka » deux variantes de « Bad Bad Whiskey », titre postérieurement repris par Jimmy Witherspoon et le duo Buddy Guy/ Junior Wells dans une veine Chicago Blues. Interprétés avec divers tempos, ces titres demeurent de bons prétextes à la danse. De toutes ces odes à l’alcool, « One Scotch, One Bourbon, One Beer » demeure la plus célébrée et la plus connue. La reprise de John Lee HOOKER vient souvent à l’esprit à tel point qu’on lui en attribue la pérennité. Autre reprise valant le détour avec George THOROGOOD qui en donnait une interprétation rustre pour pour un pur moment de Texas Boogie.

Si MILBURN se montre un digne héritier de Charlie « Cow Cow » Davenport, Pete Johnson, Jimmy Yancey ou Clarence « Pinetop » Smith, tous rois du boogie woogie, il n’oublie pas ses influences Blues avec « Three Times A Fool », « Amos’ Blues » ou « Greyhound », un Rockin’ Blues avec une intro incorporant le démarrage d’un bus. Le R&B fait lui aussi partie intégrante de son répertoire, « Rock Rock Rock », « Let’s Have A Party », « Juice Juice Juice » ou « One, Two, Three, Everybody » s’inscrivent pleinement dans une coloration R&B fifties entre Californie et Harlem. On retrouve également des phases en lien avec la Nouvelle Orleans, « Every Day Of The Week » et « Girls Of My Dreams » en demeurant les plus beaux exemples.

Cette compilation agrémentée d’un livret intérieur de 47 pages richement illustré nous paraît idéale pour tous les néophytes voulant se plonger dans l’ambiance torride et festive du boogie woogie post war, registre lui-même annonciateur du Rock'n'Roll. Rajoutons que le label Bear Family s’est livré ici à un dépoussiérage sonore d’une haute qualité. Certains titres d’Amos MILBURN sont aujourd’hui utilisés dans des cours de rock acrobatique. Amos MILBURN a passé les dernières années de sa vie à l’eau, ne subsistant que grâce à sa pension de l’US Navy.

A lire aussi en BLUES par LE KINGBEE :


ZYDECO FLAMES
Fire It Up (2006)
Zydeco made in california




The J. GEILS BAND
Blow Your Face Out (1976)
Un double live de référence.


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Amos Milburn (chant, piano)
- Isaac Royal (piano 19-27)
- Ernie Freeman (piano 2-25)
- Arnold Ross (piano 4)
- Willard Mcdaniel (piano 23)
- Johnny Brown (guitare 12-17-21-22-31)
- Justin Adams (guitare 1-9-24-30)
- Wayne Bennett (guitare 11-16-29)
- Chuck Norris (guitare 6-7-8)
- Irving Ashby (guitare 2-25)
- Johnny Moore (guitare 3-13)
- Mickey Baker (guitare 16-18)
- Jack Marshall (guitare 19-27)
- Tiny Mitchell (guitare 23-25)
- Bob Bain (guitare 4)
- Gene Phillips (guitare 28)
- Harper Cosby (basse 6-8-12-17-21-22-31)
- Ralph Hamilton (basse 3-7-13-23-28)
- Frank Fields (basse 1-9-24-30)
- Leonard Sonny Williams (basse 11-16-29)
- Red Callender (basse 2-4-19-27)
- Adolphus Alsbrook (basse 25)
- Earl Palmer (batterie 1-9-24-30)
- Calvin Vaughns (batterie 12-17-21-31)
- Jesse Sailes (batterie 3-13-23)
- Oscar Lee Bradley (batterie 19-27-28)
- Elden Mcintosh (batterie 6-8-11)
- Donald Dean (batterie 16-29)
- Rufus Jones (batterie 2)
- Milt Holland (batterie 4)
- Lee Young (batterie 7)
- Lawrence Norman (batterie 22)
- Ray Martinez (batterie 25)
- Maxwell Davis (saxophone 3-5-6-7-8-10-11-13-15-20-22-23-26-28)
- Willie Simpson (saxophone 6-8-12-17-21-22-31)
- Willie Smith (saxophone 6-8-11-12-16-17-21-22-29-31)
- Donald Wilkerson (saxophone 6-8-12-17-21-22)
- Jewell Grant (saxophone 3-13-19-23-25-27)
- Lee Allen (saxophone 1-9-24-30)
- Alvin Tyler (saxophone 1-9-24-30)
- Leroy Robinson (saxophone 11-16-29)
- Tina Brooks (saxophone 14-29)
- Claude Mclin (saxophone 19-27)
- Noble Watts (saxophone 16-19)
- Paul Williams (saxophone 16-19)
- Clifford Solomon (saxophone 19-27)
- Eddie Chamblee (saxophone 2)
- Joe Evans (saxophone 2)
- Bumps Myaers (saxophone 4)
- Bill Hill (saxophone 11)
- Clyde Dunn (saxophone 23)
- Plas Johnson (saxophone 25)
- Harry Parr Jones (trompette 19-27)
- Harry Sweets Edison (trompette 4)
- John Anderson (trompette 25)
- Arnett Sparrow (trombone 2)
- Herbie Harper (trombone 4)
- John Ewing (trombone 25)
- Harry Klee (flute 4)


1. Chicken Shack Boogie.
2. House Party (tonight).
3. Rock Rock Rock.
4. Soft Pillow.
5. My Baby's Boogying.
6. I'm Gonna Tell My Mama.
7. Rooming House Boogie.
8. Bad, Bad Whiskey.
9. We Teenagers Know What We Want.
10. Down The Road Apiece.
11. Roll Mr. Jelly.
12. Johnson Rag.
13. Greyhound.
14. Let Me Go Home, Whiskey.
15. Chicken Shack Boogie.
16. Let's Have A Party.
17. Square Dance Boogie.
18. One Scotch, One Bourbon, One Beer.
19. One, Two, Three, Everybody.
20. Amos' Boogie.
21. Boogie Woogie.
22. Sax Shack Boogie.
23. Good, Good Whiskey.
24. 2every Day Of The Week.
25. Juice Juice Juice.
26. Amos' Blues.
27. Vicious, Vicious Vodka.
28. Let's Rock A While.
29. Three Times A Fool.
30. Girl Of My Dreams.
31. Birmingham Bounce.



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod