Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ELECTRO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2018

BUCK-TICK - N° 0 (2018)
Par BAKER le 12 Juillet 2018          Consultée 222 fois

Il y des signes qui ne trompent pas, la fin du monde est proche. Culturellement, socialement, à tous les niveaux ça va mal, mais alors que Buck-Tick sorte un disque avec une JOLIE POCHETTE, ça, c'est la fin de la récré les mecs. Bon, au bout de 21 albums, il fallait bien que ça arrive. Une fois la stupeur passée, reste à savoir ce qu'un tel groupe peut justement apporter après autant de chansons déjà gravées pour la postérité. Le titre, N° 0, pourrait faire penser à une suite directe du précédent, N° 9. Mais c'est mal connaître le groupe de s'attendre à une resucée de deuxième catégorie.

N° 0 sera donc un petit peu moins enthousiasmant que son aîné, mais au moins le groupe ne sera-t-il une fois de plus, pas resté inactif : cette fois, les deux petites nouveautés - ce n'en sont pas, plutôt des résurrections - se trouveront dans la chanson d'intro, où une fois qu'Imai a fini d'imiter le moustique, le groupe se met en mode Airbus (décollage lent mais inexorable) avec une emphase assez théâtrale (et délectable), et dans quelques titres, à consonance Française ("Gustave" qui devient évidemment Gûstavû, et "Femme Fatale" qui devient... ah non, Sakurai le maîtrise bien !), qui ont de nettes influences... eurodance ! Euh, j'espère que ce n'est pas une référence à la French Touch car là, on ne va pas s'entendre.

Après une carrière si intense, il est vrai que des titres qui seraient impressionnants pour d'autres peuvent se retrouver en équilibre précaire s'ils ne possèdent pas l'arme fatale adéquate - en général un refrain tuant. C'est donc ainsi que "Bishû Love" sauve sa peau, avec un sentiment d'urgence, tout comme "Hikari" qui finit par rentrer dans la tête à force d'optimisme disco pop electro comme seul Buck-Tick sait en faire (et soyons honnête, difficile de ne pas visualiser Higuchi se trémousser sur ce groove).

C'est également ainsi que le milieu du disque déçoit un peu, après une série de titres qui sont toujours bien faits - le groupe et sa prod restent au même niveau depuis 25 bonnes années - mais pas assez percutants ni identit... Non, oubliez ce dernier terme : Imai a réussi à nous placer encore une fois "sa" chanson, "Igniter", au refrain qui risque de vous agacer. On retrouve des effets partout ("Nostalgia") mais aussi un ventre mou un peu plus conséquent que d'habitude. Un peu esseulée, "Moon" n'a pas de mal à briller, avec son ambiance calme mais massive, ses jolies cordes discrètes et son pont harmoniquement très subtil.

Mais si vous pensiez avoir affaire à un album bâclé, vous en serez pour vos frais. "Saving the best for last", Buck-Tick termine sur un trio absolument charmant, en plus d'être relativement original. Si "Babel", peut-être le sommet de l'album, est ravissante mais peut faire penser à une petite sœur de "Ai No Sôretsu", "Guernica" joue la double carte acoustique aérien / valse heavy avec sur la fin un magnifique orgue hard rock gluant de feeling. Et pour clôturer, "Tainai Kaiki" propose, outre une guitare folk étonnamment bien mixée, une chanson à l'identité intrigante, dansante et massive sans charger l'auditeur.

Alors oui, sur le long terme cet album n'est pas le plus emballant du groupe. Mais il comporte suffisamment d'originalités et de plaisirs gratuits pour rester dans une moyenne tout à fait correcte. Peu de formations peuvent se vanter d'une carrière aussi prolixe, surtout avec un line-up aussi stable, et l'album n'a rien de honteux. Béotiens, vous avez d'autres albums à découvrir pour ouvrir votre culture à l'étrange pop electro ni electro ni pop de Buck-Tick ; les fans, vous... ah ben vous êtes déjà partis l'acheter ? Vous ramènerez les bières en passant ?

A lire aussi en ROCK par BAKER :


BLACK COUNTRY COMMUNION
Bcciv (2017)
Le rock ne meurt jamais. BCC non plus.




KNEBWORTH
The Event (1990)
La crème du rock anglais.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Sakurai Atsushi (chant)
- Hisashi Imai (guitare, prog, chant)
- Hoshino Hidehiko (guitare, choeurs)
- Yagami Toll (batterie)
- Higuchi Yutaka (basse)
- Yow-row (claviers)
- Hiroyuki Ahayshi (prog)


1. Reishiki Jyusangata Ai
2. Bishû Love
3. Gustave
4. Moon Sayonara Wo Oshiete
5. Barairo Jpujidan - Rosen Kreuzer
6. Salome (femme Fatale)
7. Ophelia
8. Hikari No Teikoku
9. Nostalgia - Vita Mechanicalis
10. Igniter
11. Babel
12. Guernica No Yoru
13. Tainai Kaiki



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod