Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Harold FALTERMEYER - Tango & Cash (1989)
Par BAKER le 7 Août 2018          Consultée 98 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Le petit livret accompagnant cette réédition... pardon, cette première (!) édition de Tango & Cash en 2007, comporte cette phrase magnifiquement mange-boules : "à l'époque Harold Faltermeyer était au top de sa forme". Et c'est vrai. Non pas que l'on s'attende à un livret qui, une fois l'édition KölleKtör achetée vingt-neuf euros quatre-vingt dix-neuf, nous annonce que l'album que vous tenez entre les mains est une bouse radioactive. Mais il se trouve que l'auteur de ces lignes avait raison : Faltermeyer était au top. Etre au top signifie redescendre par la suite.

Et malheureusement, c'est bien ce qui s'est passé avec non seulement notre Munichois, mais avec le cinéma d'action dans son ensemble. Les années 80 ont été une mine de platine pour les amateurs du genre et lorsque Tango & Cash est sorti, avec pertes et fracas (moi c'est fracas, lui c'est pertes) et après une gestation particulièrement pénible, il a été rapidement considéré comme un navet, un ratage. Les années passant, il est devenu plus culte qu'autre chose, simplement parce qu'après lui, le cinéma d'action a changé - et la musique l'accompagnant aussi. Il y a bien John McTiernan qui a tenté de sauvegarder une partie du patrimoine en la matière, notamment avec le génial et sous-estimé Last Action Hero, mais rien n'y fait : Tango & Cash est peut-être le dernier VRAI buddy cop movie mêlant action effrénée et rires gras. Même l'Arme Fatale, dans son troisième volet, a commencé à péricliter.

Et donc notre Harold, tout seul dans son studio avec une batterie de synthés, nous a concocté un petit bijou, une sorte de best-of de ce qu'il savait déjà faire au travers des super-tubes que furent Top Gun et surtout les deux volets du Flic de Beverly Hills (nous sommes bien d'accord, ami lecteur, que cette saga ne comporte en tout et pour tout que DEUX films, n'est-ce pas ?). Tango & Cash, ce sont trois thèmes synthétiques surpuissants, une batterie et des percussions passées à la gate + reverb à côté desquelles Phil COLLINS sonne comme Lars Ulrich dans St Anger, du groove méticuleusement géré, quelques effets sonores savamment dilués et une science ineffable du rythme et du suspens. A cet effet, les programmations de boîte à rythme sont un modèle du genre propre à se faire pâmer tous les amateurs de synthés.

Et des synthés, vous allez en avoir ; de grosses (fausses?) guitares suintantes aussi, tant qu'il y a de l'efficacité. Le plus surprenant ? Bien que trop long et un peu trop répétitif, surtout sur les passages lents qui n'ont parfois que très peu d'intérêt, ce disque se laisse écouter comme un vrai album, avec un plaisir parfois coupable, et parfois exalté, comme sur cette énorme suite "Conan Fries" mélangeant les thèmes d'action survitaminés et un long passage anxiogène parfaitement millimétré.

Au-delà de l'efficacité (les 30 premières secondes du disque sont une bible de la synthpop), Faltermeyer se permet même quelques bribes de génie : "Laundry Chute", "Fubar" ou "Hi-Five" sont des intros qui, retravaillées, auraient pu donner naissance à des chansons largement tubesques ! On dirait du STOCK AITKEN WATERMAN en mieux. Après, on ne va pas se mentir : il y a des répétitions (curieusement, le génial thème de Ray Tango n'est pas lassant - et celui de Cash est malicieusement transformé), la musique collant au personnage de Jack Palance est tout à fait oubliable, et les parties "romantiques" sont super mignonnes mais nécessitent un suivi pancréatique en milieu hospitalier.

Malgré ses défauts, ce disque marque réellement une fin de règne, un tournant. Plus jamais on ne refera un film comme ça. Rambo ne sera plus traité de pédale, on va mettre des terrains de golf dans les zonzons, on n'a plus le droit d'inviter une gueule de con à sa fête, deux gouines sur une machine n'en parlons pas, et évidemment, on a toujours PRESQUE plus d'essence. Faltermeyer, lui, sentant le vent tourner, est parti comme un prince, retournant dans sa Bavière natale et laissant Hollywood aux mains de Hans ZIMMER - tiens, un voisin ! Tango & Cash n'est pas le meilleur album de tous les temps, mais il possède un charme inexplicable qui va vous coller un sourire de tous les diables. Et les esclaves de Remote Control Productions auront beau se démener, côté efficacité et qualité, Faltermeyer a l'ancienneté. Beuah ah ah !!!

Note finale : 3,5/5 montée à 4 pour les moments d'orgasme auditif intenses

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par BAKER :


BULLET HEIGHT
No Atonement (2017)
Pure reason revolution revisited




EXXOS
Dune Spice Opera (1992)
Un voyage rare, sidéral et sidérant


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Harold Faltermeyer (claviers, guitare, prog)
- Sylvester Stallone (let's do it!)


1. Bus Chase - Cocaine
2. Cash Intro - Chinese Assassin
3. Tango At The Office
4. Cash's Gun - Chinese Toilet
5. Bad Guys Plot
6. Stake Out - Setup - Switching Tapes
7. News At Eleven
8. Perret Gloats - No Golf Course
9. Chaos
10. Slinky's Cell
11. Laundry Chute
12. F.u.b.a.r. - Shock Therapy
13. Cash In The Tunnel - Guards Come - Conan Fries
14. Most Disturbing
15. Dog Explodes - Tape Doctor
16. Love Theme
17. Brother & Sister
18. Ponytail's Apt - Plan A
19. Hi Five - Owen's Toy
20. Rv From Hell
21. Off Road Battle
22. Final Assault - The Bomb
23. Love Theme Reprise



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod