Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  REMIX

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Anne DUDLEY - Plays The Art Of Noise (2018)
Par BAKER le 4 Février 2019          Consultée 256 fois

ART OF NOISE repris au piano ? Et pourquoi pas Jean-Michel JARRE à l'orgue de barbarie ?

Pardon ? Il l'a déjà fait sur Europe 2 ?

Mmmbmmrblrmlbmrlm... Bon, alors ART OF NOISE au piano, il y avait de quoi avoir très peur : la majeure partie de l'intérêt de ce groupe réside dans l'utilisation des samples et les collages audio. Non pas que leurs compos soient totalement atonales ou soporifiques, mais si on retire la partie majeure, il reste quoi ? La partie mineure ! Alors certains chanteurs français des années 80 en sont friands, mais la portion congrue, elle est congrue, cong ! Donc franchement, ce disque partait avec un sérieux handicap, celui du doute.

Seulement, il ne faut jamais sous-estimer un musicien, ici une musicienne, surtout si elle est anglaise. Anne DUDLEY n'est pas QUE la mastermind derrière ART OF NOISE : elle est aussi une musicienne solo accomplie, capable de suivre n'importe qui n'importe où (preuve en images avec l'excellent blu-ray comico-symphonico-cockney de Bill BAILEY). Donc, on peut déjà lui prêter confiance pour réinterpréter ce qui est après tout SON oeuvre ; mais en prime, elle a savamment évité le piège de l'album piano-seul ennuyeux (attention, ils ne le sont pas tous loin de là !). La majorité des titres sera interprétée sur un piano à queue... ou droit... ou préparé... ou martyrisé (ce qu'il se prend dans la gueule sur "Close to the Edit" !). Et comme la dame a deux mains, elle rajoute aussi des synthés, ou plutôt des claviers, joués principalement en live sauf quelques très rares progs, et allant du cheap drôle au bruitiste en passant par l'irrévérencieux.

Reprenant majoritairement les trois premiers albums, évidemment, mais n'en oubliant aucun, pas même "Debussy", DUDLEY s'amuse, et c'est bien ce qui fait le charme de ce disque : le fun en studio. Des pulsations sourdes sur le bois du piano, des rythmes staccato faisant oublier les programmations d'origine (le dingue "Paranoimia"), les grands tubes un poil modifiés ("Moments in Love" où elle sublime chaque changement harmonique, "Robinson Crusoe" au feeling jazz poussé au maximum), des tas de détails sonores parsèment l'album tout en conservant à la fois une identité propre et l'ambiance générale d'un "unplugged" ; c'est ce qui est très fort, d'autant qu'on se surprend par moments (in love) à oublier le côté expérimental du groupe.

Il n'y a pas que du bon, certes, mais les ratés vraiment plombants sont rares. "A Time for Fear" peut-être, trop laborieux, "Legs" qui va un poil trop loin dans la folie sonique, ou "Backbeat". Ca ne suffira pas à ennuyer l'auditeur qui ira au bout du disque sans forcer, jusqu'à ce "Video Killed the Radio Stars" qui doit être clairement pris comme un bonus clownesque (d'ailleurs il n'apparait pas sur le recto de la pochette !). DUDLEY n'a peur de rien, ni d' "Instruments of Darkness" à la seconde partie orgasmique pour tout pianiste amateur, ni de "Camilla" qui perd son identité africaine mais conserve ses percussions (!), ni donc le meilleur titre placé stratégiquement en second, ce fameux "Close to the Edit" frappadingue, qui se montre aussi amusant et inventif que l'original. Peut-être même plus.

On aurait eu peur que mélodiquement AoN ne tienne pas le choc, mais le travail effectué par Anne est vraiment impérial. Il n'y a pas de temps mort assez long pour décrocher, et chaque partie un peu moins mélodique, ou charmeuse, est contrebalancée par des pitreries de studio physiquement palpables. Doté d'un son absolument parfait (écoute au casque obligatoire) et possédant un léger melon que DUDLEY pouvait largement se permettre, ce disque n'est pas la perfection absolue de ce genre mais une récréation sacrément rafraîchissante, qui surprendra jusqu'aux fans du groupe de par ses prises de position parfois incroyables. Chapeau bas madame, et pour la reformation c'est quand vous voulez. Il parait que Trevor HORN n'a justement rien à faire entre le 6 février et le... ben le 6 février, mais plus tard dans la soirée.

Note finale 3,75/5, pour être aussi précis qu'Anne !

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par BAKER :


Brad MEHLDAU
After Bach (2018)
Album diesel de toutes les extravagances.




MARCELA BOVIO
Unprecedented (2016)
Insensée prise de risques.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Anne Dudley (piano, claviers, prog)


1. Ten Fingers Of Love
2. Close (to The Edit)
3. A Time For Fear
4. Paranoimia
5. Beat Box
6. Robinson Crusoe
7. Legs
8. On Being Blue
9. Instruments Of Darkness
10. Moments In Love
11. Il Pleure (at The Turn Of The Century)
12. Backbeat
13. Opus 5 Point 5
14. Camilla
15. Finale
16. Video Killed The Radio Star



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod