Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ATMOSPHERIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2005 Planetary Confinement
2006 Leaving Eden

ANTIMATTER - Black Market Enlightenment (2018)
Par BAKER le 10 Février 2019          Consultée 507 fois

Avec les années qui passent, ANTIMATTER commence à ressembler à un manège de la Foire du Trône : jusqu'où l'intensité peut-elle monter ? Nous avions laissé Mick Moss à la table de Judas et un album fort, excellent et avec pas mal d'éclats de lumière, de havres même temporaires. Black Market frappe d'abord par ses excès de Force Obscure : visiblement, le mal-être qui entoure Mick a progressé et il en fait profiter à tout le monde. Le son est plus électro, plus froid, et le moins qu'on puisse dire est que l'humeur n'est pas à la gaudriole. A part la très bonne récréation acoustique "What Do You Want Me To Do", plus nostalgique que haineuse, le disque baigne dans une fureur nihiliste assez impressionnante. Mais, c'est là que Moss fait fort, sans jamais verser dans le metal extrême. Ni le metal, d'ailleurs.

Non, ANTIMATTER continue de représenter la face la plus pessimiste du rock atmosphérique, avec toujours quelques points communs avec le ANATHEMA dernière période (les solos de guitare notamment, très Cavanagh Bros.), mais autant le groupe de Liverpool a acquis une nouvelle notoriété en éclaircissant son propos, autant ANTIMATTER est son black mirror. Et avec sa voix reconnaissable et quelques invités, il distille de longues plages mélodiques mais hantées dans un alambic fait de verre de regrets et d'acier de rage. La patte electro, largement plus présente qu'avant, est essentiellement constituée de sons rêches, aux basses fréquences malaisantes. Un titre comme "Partners in Crime" par exemple peut faire penser au plus noir de DEPECHE MODE, sans leur emprunter un atome de mélodie, mais avec cette même approche nihiliste de la pop electro.

Si le disque peut souffrir d'une certaine linéarité de sensations, à savoir une oppression incessante, il contient assez de grandes pages pour se montrer un des meilleurs du genre. A ce titre, "Wish You Were Here" est un summum, d'une intensité démesurée. Le premier build-up, le solo de flûte traversière pour suggérer une fausse accalmie, le second solo, c'est à vous en laisser le souffle coupé. "Sanctification" brouille aussi les pistes : petit à petit, on passe d'une pièce atmosphérique banale à un déluge de saxophone et de cordes orientales magnifiques, pour finir sur... de la double pédale. Le tout sans aucune vulgarité, sans gratuité.

C'est d'ailleurs ce qui caractérise le plus ANTIMATTER : la classe innée. Des intonations à la BOWIE sur le titre d'intro, nos fameuses cordes qui sont martyrisées sur "Existential" jusqu'à les faire passer pour un harmonica - et plus précisément l'harmonica magique qui a ébloui le "To the Bone" de Steven WILSON, et puis pour les frileux qui aimeraient tremper le petit orteil avant le plongeon, il y a "Between the Atoms" : Mick n'a jamais autant sonné comme Eddie VEDDER, et de façon générale, la première partie de cet epic est ce qui se rapproche le plus du PEARL JAM de Vs s'ils avaient proggifié leur rock. Là aussi, l'utilisation de cordes imitant un Mellotron (et pas l'inverse, très fort !) amène un plus.

Certes, "This is not Utopia" ou le closer "Liquid Light" donnent un peu l'impression de tourner en rond. C'est vrai qu'épuré d'une huitaine de minutes, ce disque n'en aurait été que plus fort. N'empêche, en ne baissant pas sa garde et en choyant savamment ses arrangements, Mick Moss accouche d'un nouvel album hautement réussi, à même de combler les fans de rock dépressif voire suicidaire (certaines suites d'accords touchent au doom atmosphérique) tout en rameutant la frange la plus délicate des hardos, en passant par la case darkwave. ANTIMATTER a mis du temps à décoller, mais maintenant qu'il est là-haut, ça va être dur de le décrocher.

Note finale : 4,5 / 5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


FROST*
Falling Satellites (2016)
Après la dépression, vient l'embellie !




IT BITES
Eat Me In St Louis (1989)
Dur sur l'homme, efficace sur le terrain


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Mick Moss (chant, guitare, basse, claviers, prog)
- Aleah (chant)
- Carla Lewis (chant)
- Fabian Regmann (batterie)
- Julie Rodaway (flute)
- Paul Thomas (saxophone)
- Vardan Baghdasaryan (cordes)


1. The Third Arm
2. Wish I Was Here
3. This Is Not Utopia
4. Partners In Crime
5. Sanctification
6. Existential
7. What Do You Want Me To Do
8. Between The Atoms
9. Liquid Light



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod