Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-PUNK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2018 The Judge

SCOTT SELLERS - The Judge (2018)
Par T-RAY le 26 Février 2019          Consultée 279 fois

Et si le meilleur album de Pop-Punk de l'année 2018 n'était pas un album… mais un E.P. ? Disons le meilleur disque, alors, toutes catégories de supports musicaux confondus. Un courte-durée qui, en à peine moins de vingt minutes, nourrit son fan de Punk à roulettes en manque plus qu'aucun L.P. n'a pu le faire au cours de ces derniers mois. Parce qu'il faut le reconnaître : la scène est bien en peine de se trouver des leaders, en dehors d'un NOFX en pilotage automatique et d'un BLINK-182 revenu aux affaires mais pour ne rien apporter de neuf à son pédigrée. Hormis l'authentique réussite que constitue le dernier opus studio de SUM 41, c'est du côté d'artistes au spectre plus étendu encore, lorgnant tantôt vers le Metal, tantôt vers le Hardcore, tels que A DAY TO REMEMBER ou CHUNK! NO, CAPTAIN CHUNK!, qu'il faut chercher pour trouver de quoi revivifier un genre dont l'heure de gloire date d'entre 1994 et 2004, grosso modo.

Alors quand un disque qui s'affiche aussi obstinément Pop-Punk déboule avec autant de promesses – dont certaines déjà tenues – que "The Judge", de Scott SELLERS, faire la fine bouche quant à la durée totale de la galette revient à jouer les rabat-joie. Car joie il y a lorsque l'on fait tourner l'E.P. pour la première fois. Et même au cours des suivantes, elle est toujours là, s'ancrant dans notre caboche jusqu'à provoquer l'étirement des zygomatiques dans une expression de béatitude ! Une vraie bombe de félicité que ce véritable mini-album de 7 titres, tous plus réjouissants les uns que les autres. Mais avant d'en venir au fait, c’est qui, Scott SELLERS, au juste ? Un Californien pur jus, pardi ! Élevé au son des artistes précités (les précurseurs, pas les vedettes actuelles) et lui-même à la tête d'un groupe à succès sur la West Coast à l'époque : RUFIO.

Un combo qui, il faut l'avouer, n'était pas si porté vers la Pop que ça, pourtant, tant l'influence Metal se faisait sentir dans sa musique, parfois à coups de shred bien senti. Mais si le temps adoucit tout et que le style que pratique aujourd'hui SELLERS est désormais plus proche du Pop-Punk de la charnière du deuxième et du troisième millénaire, c’est de sa grande palette d'influences que "The Judge" tire sa force. Le Metal, tiens, d'inspiration néoclassique, qui plus est, on le retrouve sur un "Evolution" qu'on n'avait absolument pas senti venir après deux premiers morceaux qui n'en auguraient rien. Guitaristiquement, le gaillard a toujours les moyens de ses ambitions et cela s'entend sacrément ! Écoutez-moi ce riff envoyé à toute berzingue et ces twin-guitars qui vient apporter de l'harmonie à une mélodie hyper accrocheuse.

Inspirations néoclassiques et Metal se côtoient encore sur le morceau-titre, "The Judge", ravissant de nouveau nos oreilles aux côtés d'harmonies vocales simples mais réussies. Le penchant Metal est de nouveau au rendez-vous, quoique plus discrètement, sur un titre tel que "Perspective". La distorsion appliquée à la gratte lead n'en fait pas mystère et si le morceau n'est pas aussi différenciant que l'était "Evolution", il n'en reste pas moins une friandise à laquelle on regoûte volontiers. Ces trois titres-là démontrent avec bonheur combien Metal et Pop-Punk peuvent s'accommoder l'un avec l'autre parfaitement tant que l'impératif de la mélodie qui smile est préservé, malgré le muscle des guitares. Et ça tombe bien car Scott SELLERS n'a rien perdu du tout de son talent de mélodiste depuis les débuts de l'aventure RUFIO !

Le garçon, véritablement guitar-driven, a le chic pour trouver les lignes de gratte qui s'inscrivent immédiatement en mémoire et sur un disque aussi concis que "The Judge", il fait feu de tout bois. Un morceau ensoleillé et fédérateur, presque innocent, tel que "Gravity", et son pendant plus sombre et désenchanté, "In Darkness", tous deux foncièrement Pop, s'en sortent ainsi avec autant d'honneurs que les bien plus punky "Drugs" et "Closure". Ces derniers, d'ailleurs, ont été fignolés dans les moindres détails, qu'il s'agisse des refrains, irrésistibles, des riffs, catchy bien comme il faut, de petites fantaisies guitaristiques de-ci, de-là, qui enjolivent notablement l'ensemble, ou des harmonies vocales, certes moins franches que chez certains autres artistes de Pop-Punk mais employées avec à-propos.

La grande qualité de "The Judge" est sa capacité à brasser une large fanbase, se permettant de séduire tout aussi bien les amateurs de Power-Pop croyant s'encanailler que des Metalleux en manque de soleil californien, sans perdre un milligramme de crédibilité. Scott SELLERS est absolument sincère lorsqu'il s'adresse à toute cette variété de publics et son disque vient des tripes, ne cherchant absolument pas à surfer sur la nostalgie des années RUFIO même s'il ne peut en nier l'influence. Tellement sincère, cet E.P., qu'il n'était même pas prévu qu'il sorte autrement qu'au format numérique sur son Bandcamp, tel un ballon d'essai, avant qu'une demande importante des fans ne convainque finalement SELLERS de presser l'ouvrage au format vinyle. Une petite campagne de crowdfunding et hop, c’était parti !

Vivement un album en bonne et due forme car le bonhomme a toujours des choses à dire et je ne suis manifestement pas le seul à désirer en entendre davantage.

A lire aussi en PUNK-ROCK par T-RAY :


BLINK 182
Take Off Your Pants And Jackets (2001)
Blink au sommet de son art... et de sa popularité




BLINK 182
Blink-182 (2003)
Un album pour clore le débat Blink-182


Marquez et partagez





 
   T-RAY

 
  N/A



- Scott Sellers (tout)
- Clark Domae (guitare lead sur #1)


1. Drugs
2. Gravity
3. Evolution
4. In Darkness
5. Closure
6. Perspective
7. The Judge



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod